MAYOTTE: LE FORUM DES MAHORAIS d'içi et d'ailleurs
NA MOU KARIBU

AFRIQUE : Sarkozy ramène sept Européens libéré au Tchad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

AFRIQUE : Sarkozy ramène sept Européens libéré au Tchad

Message par BABA.net le Lun 5 Nov - 13:16

Par Stephanie Hancock et Alain Amontchi Reuters - Dimanche 4 novembre, 23h57

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a ramené dans son avion les trois journalistes français et quatre hôtesses de l'air espagnoles inculpés au Tchad dans l'affaire de "L'Arche de Zoé" et libérés dimanche.
(Publicité)

Dix autres Européens - les six membres français de l'ONG, les trois stewards espagnols et le pilote belge de l'avion qui devait acheminer en France 103 enfants africains - restent inculpés et écroués pour enlèvement ou complicité.

L'avion du président français s'est d'abord posé aux alentours de 21h00 locales sur un aéroport militaire de Madrid pour y déposer les hôtesses avant de repartir pour l'aéroport militaire de Villacoublay, près de Paris, où il s'est posé à 23h30 locales.

Lors d'une conférence de presse à N'Djamena avec le président tchadien Idriss Déby, Nicolas Sarkozy a manifesté sa préférence pour que les membres de l'ONG détenus au Tchad soient jugés en France, tout en se défendant de toute ingérence.

"Il est assez normal (que le président français) souhaite que des ressortissants français puissent être jugés dans leur pays", a-t-il déclaré.

Sarkozy a souligné que des accords de 1976 entre les deux pays permettaient que les six humanitaires toujours détenus soient jugés en France. "C'est à la justice de nos deux pays d'en décider", a-t-il dit.

Ajoutant qu'un juge français viendrait "vraisemblablement au Tchad", il a espéré une solution "le plus rapidement possible, en terme de semaines".

Le chef de l'Etat a cependant souligné que le président Idriss Déby avait "aussi ses propres contraintes" et qu'il devait "en tenir en compte."

SOULAGEMENT

Idriss Déby a rejeté l'existence de pressions en faveur de la libération des sept Européens le jour de la visite de son homologue français.

"Les magistrats ont procédé dans le respect de leur indépendance jusqu'à parvenir à la libération des hôtesses de l'air qui ne sont pour rien dans cette affaire", a-t-il dit.

"Les journalistes (...) ont coopéré avec la justice et s'ils ont été libérés, c'est parce qu'ils se sont défendus."

Il s'agit du photographe de l'agence Capa Marc Garmiran, de celui de l'agence Synchro X Jean-Daniel Guillou et de Marie-Agnès Peleran, de France 3 Méditerranée.

"Je vais bien, ils m'ont bien traité", a déclaré Guillou après sa sortie de la maison d'arrêt de N'Djamena sous escorte militaire et son transfert par autocar au palais de justice où sa libération a été formellement prononcée.

Peleran a dit son "soulagement" tout en ayant une "pensée" pour ceux qui restent et encourent théoriquement des peines de cinq à 20 ans de travaux forcés. "Il ne faut pas les oublier."

A Paris, environ 300 personnes ont participé dans l'après-midi à une marche silencieuse en soutien aux membres de "L'Arche de Zoé" détenus au Tchad.

"Faites rentrer nos familles", ou "Ne les laissons pas tomber", indiquaient des pancartes brandies par des manifestants. D'autres tenaient des fleurs blanches à la main.

EQUIPEE "LAMENTABLE"

A N'Djamena, Nicolas Sarkozy a réaffirmé que "cette équipée assez lamentable" n'avait "rien à voir" avec le déploiement dans les prochaines semaines de la force européenne au Tchad (Eufor), à la frontière avec le Darfour soudanais.

"Je reviendrai à N'Djamena en février pour une visite politique (...) Je viendrai au Tchad et j'irai ensuite en Afrique du Sud", a ajouté le président français.

Idriss Déby a rejeté pour sa part l'argument selon lequel il aurait voulu utiliser cette affaire pour "faire monter les enchères" ou faire obstacle à l'arrivée de la force Eufor.

"Ce qu'il faut savoir, c'est que c'est à la demande du Tchad depuis 2003 et avec le concours du gouvernement français que nous avons pu obtenir l'arrivée de ces forces au Tchad", a-t-il affirmé. "Il n'a jamais été question pour le président Déby d'un refus quelconque de l'arrivée des forces européennes."

L'affaire, outre qu'elle a compliqué les relations entre la France et le Tchad, a pris un tour politique en France à propos du rôle des autorités, qui étaient au courant des intentions de l'Arche de Zoé mais ne sont pas parvenues à interrompre l'opération.

Le Premier ministre François Fillon a demandé samedi aux ministres des Affaires étrangères et de la Défense, Bernard Kouchner et Hervé Morin, d'établir dans un délai d'un mois un rapport d'enquête sur les circonstances qui ont permis à l'association de dissimuler ses agissements au Tchad.

Le premier secrétaire du Parti socialiste François Hollande a souhaité qu'une mission d'information parlementaire fasse la lumière sur cette affaire.
avatar
BABA.net
ADMINISTRATOR
ADMINISTRATOR

Date d'inscription : 15/10/2007
Localisation : MAYOTTI(976), NA MU KARIBU
Messages : 176
Points : 39

http://www.mayotte-forum.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum