MAYOTTE: LE FORUM DES MAHORAIS d'içi et d'ailleurs
NA MOU KARIBU

MAyotte: la racaille a encore frappé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MAyotte: la racaille a encore frappé

Message par Maadabass le Dim 8 Juil - 1:23



Une poignée de jeunes paralysent le poumon économique de l'île

Jeudi, 05 Juillet 2012 09:14




Après une discussion cordiale entre le
délégué à la jeunesse au sport et à l'action sociale de la préfecture,
Grégory Kromwel, quelques élus municipaux de Mamoudzou originaires de
Kawéni et des représentants des jeunes, mardi en fin d'après-midi, les
jeunes ont remis le couvert, ce mercredi matin, en fermant le carrefour
aux environs de 9 heures.

Comme la veille, le barrage bloquant est
devenu tantôt barrage filtrant, au grès de l'humeur des garnements. Et
comme la veille, la police et les badauds sont restés impuissants,
observant les bambins jouer au football au milieu du rond-point El
Farouk. Encore une fois, les élus de la municipalité ont été les grands
absents, se refusant à exercer leurs responsabilités. La revendication
unique des jeunes reste la construction de la MJC sur le terrain vague
en face de l'école de Kawéni-Poste, un projet qui remonte à "au moins
dix ans", selon eux. Un projet de 1,5 millions d'euros dont la
municipalité n'a pas le premier centime pour financer.

Le Conseil
général à la rescousse. Le Conseil général a toutefois contacté les
jeunes pour entamer des discussions dès 11h mercredi. Saïd Salimé,
conseiller de Chiconi et Assani Ali, conseiller général de Mamoudzou I,
ont expliqué qu'ils allaient travailler étroitement avec la préfecture
pour "trouver une solution rapide et positive à ce conflit". Toutefois
la construction d'une MJC ne relève pas des compétences du CG, ont-ils
précisé. Selon Saïd Salimé, les conseillers généraux ne sont pas
parvenus à entrer en contact avec les élus de la municipalité, malgré
leurs appels répétés. Cependant, il a jugé, en tant que président de la
commission à la jeunesse et au sport, qu'"il n'y avait pas de raisons de
ne pas recevoir cette jeunesse en ébullition". "J'ai néanmoins demandé
la tenue d'une table ronde avec la municipalité et la préfecture sur la
question" a-t-il ajouté.

La situation se débloque pour la
semaine. Pendant ce temps les jeunes ont donc réglementé la circulation
jusqu'à 14h30, dans le chaos le plus total, mais sans débordements,
acceptant parfois de laisser circuler les véhicules, surtout les
urgences et parfois de bloquer. A plusieurs reprises des discussions
animées éclatent entre les jeunes et les chauffeurs de taxi, ceux qui
veulent aller travailler et surtout entre les jeunes eux-mêmes, pas
forcément d'accord entre eux sur le déroulement des opérations.

L'objectif des jeunes de Kawéni est maintenant d'obtenir une
délibération du conseil municipal de Mamoudzou qui doit se réunir ce
samedi 7 juillet, demandant un emprunt de deux millions d'euros afin de
financer les travaux de construction de la fameuse MJC. D'ici là les
barrages seront levés, mais les jeunes préviennent que si la mairie les
oublie samedi lors des délibérations, eux n'oublieront pas de retourner
dans la rue dès lundi prochain.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAyotte: la racaille a encore frappé

Message par Maadabass le Dim 8 Juil - 1:24

















avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAyotte: la racaille a encore frappé

Message par Maadabass le Dim 8 Juil - 1:25



Les jeunes de Kawéni s'élèvent contre les promesses non tenues


Mercredi, 04 Juillet 2012 08:39




Hier matin, vers 8 heures, plusieurs
groupes de jeunes du village de Kawéni convergent vers le rond-point El
Farouk avec l'intention de bloquer la circulation. Avec quelques
poubelles, ils mettent en place un barrage de fortune qui paralyse ce
centre névralgique de la circulation routière. Ils ont occupé le terrain
le temps qu'une discussion constructive puisse voir le jour en fin
d'après-midi.

Dès le matin, la police est intervenue
pour discuter avec les jeunes sans succès. Ils n'ont pas osé déboucher
le carrefour de peur de déclencher leur colère. Seuls les services de
secours d'urgence étaient autorisés à franchir la barricade de fortune.
Le barrage presque total a repris peu avant midi pour s'interrompre à
nouveau vers 13h30, au grand soulagement de la population, prise en
otage durant une bonne demi-journée. Le délégué à la jeunesse de la
préfecture, Grégory Kromwell a quand à lui fixé un rendez-vous à 16h,
son supérieur, le préfet Thomas Degos devant se rendre à Paris dans
l'après-midi.

Selon nos informations, ces échanges n'ont pas
satisfait les jeunes qui pourraient reprendre leur mouvement ce mercredi
matin. Les revendications de la jeunesse kawénienne sont pourtant
simples : ils veulent que la maison des jeunes et de la culture de leur
village. L'infrastructure fait partie des promesses non tenues à cette
jeunesse qui ne demande que des outils devant leur permettre de
s'épanouir. On se souvient qu'en juillet 2011 déjà, une cinquantaine de
jeunes du quartier avait pris d'assaut la mairie, espérant faire avancer
ce dossier qui moisit dans les cartons depuis plusieurs années.

La mairie s'en était tirée avec quelques promesses, à l'approche des
élections sénatoriales. Force est de constater que le dossier n'a pas
avancé, rien n'est fait, les fonds obtenus dans le cadre du
Fip-investissement ayant déjà été consommés pour refaire des routes.

Les
jeunes de Kawéni redoutent la fin de l'année scolaire comme un nouvel
été sans activité. La population de Kawéni est en effet très jeune, sur
les 11.000 habitants recensés à Kawéni en 2007, plus de 60% ont moins de
20 ans. Les trois écoles élémentaires ont des effectifs supérieurs à
800 élèves par établissement. Un grand nombre d'adultes travaillent dans
la journée.

Les structures collectives et les associations de
jeunes sont donc grandement sollicitées pour assurer la garde et
l'activité des enfants pendant que leurs parents travaillent. Or les
infrastructures sont rares, ce qui est paradoxal car en face, de l'autre
côté de la route, Kawéni est le poumon économique de l'île où se
concentre la majeure partie des entreprises.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAyotte: la racaille a encore frappé

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum