MAYOTTE: LE FORUM DES MAHORAIS d'içi et d'ailleurs
NA MOU KARIBU

MAYOTTE: faits divers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MAYOTTE: faits divers

Message par Maadabass le Jeu 28 Juin - 19:34

Cambriolages : les victimes arrêtent leur visiteur nocturne

Jeudi, 28 Juin 2012 09:16

Faits Divers

Deux hommes victimes de cambriolages à
deux reprises, les mardis 19 et 26 juin identifient, les deux fois, un
adolescent à proximité de leur domicile.

La seconde fois, ils décident euxmêmes
de procéder à son arrestation pour le livrer à la gendarmerie. Face aux
forces de l'ordre, le jeune de 16 ans avoue le cambriolage et restitue
une partie des biens dérobés. Les investigations complémentaires ont
permis de découvrir dans un banga à Bandrélé le reste du matériel volés
durant les deux cambriolages.

Un receleur, âgé de 25 ans est aussi
appréhendé dans la foulée. Les deux individus ont reconnu les faits en
garde à vue. En outre, d'autres auteurs de cambriolages ainsi que des
receleurs pourraient être interpelés aux termes de l'enquête.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 116
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: faits divers

Message par Maadabass le Mar 3 Juil - 4:16

Faits Divers Agression Matinale à Tahiti plage

Agression Matinale à Tahiti plage

Lundi, 02 Juillet 2012 09:46

Faits Divers

Dimanche matin, un couple qui avait
décidé de dormir dans sa voiture au bord de la mer à Tahiti plage sur la
route Poroani/Sada a eu la mauvaise surprise de se réveiller sous la
menace de couteaux. Deux individus armés de coupe-coupe et de barre de
fer les ont sommés de leur remettre leurs affaires personnelles. Les
agresseurs ont pris la fuite après le vol.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 116
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: faits divers

Message par Maadabass le Mar 3 Juil - 4:39

Faits Divers Cambriolages : les victimes arrêtent leur visiteur nocturne

Cambriolages : les victimes arrêtent leur visiteur nocturne

Jeudi, 28 Juin 2012 09:16

Deux hommes victimes de cambriolages à
deux reprises, les mardis 19 et 26 juin identifient, les deux fois, un
adolescent à proximité de leur domicile.

La seconde fois, ils décident euxmêmes
de procéder à son arrestation pour le livrer à la gendarmerie. Face aux
forces de l'ordre, le jeune de 16 ans avoue le cambriolage et restitue
une partie des biens dérobés. Les investigations complémentaires ont
permis de découvrir dans un banga à Bandrélé le reste du matériel volés
durant les deux cambriolages.

Un receleur, âgé de 25 ans est aussi
appréhendé dans la foulée. Les deux individus ont reconnu les faits en
garde à vue. En outre, d'autres auteurs de cambriolages ainsi que des
receleurs pourraient être interpelés aux termes de l'enquête.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 116
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: faits divers

Message par Maadabass le Dim 8 Juil - 1:30



Cambriolage au tribunal

Mardi, 03 Juillet 2012 08:35

Dimanche vers 19h, un ou des
cambrioleurs se sont introduits dans le bureau d'un juge pour enfants au
tribunal à Kawéni. Entrés après avoir brisé la vitre à l'aide d'une
grosse pierre, ils sont ressortis avec un ordinateur de bureau. Un
groupe d'adolescents a été aperçu dans les environs, quelque temps
après, par des témoins. L'enquête suit son cours.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 116
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: faits divers

Message par Maadabass le Dim 24 Nov - 1:57

"La grève continue puisque rien n'est réglé"

Vendredi, 22 Novembre 2013 12:59



Les fonctionnaires d'État sont descendus dans la rue ce jeudi 21 novembre, poursuivant leur lutte contre la défiscalisation de leurs indemnités d'éloignement, mesure prise, "arbitrairement" s'insurgent-ils, par le gouvernement.
 
La ribambelle de fonctionnaires (près de 400 personnes) est partie de la Place de la République à 10 heures moins le quart. L'ittinéraire devait rester secret. Les grévistes ne feront pas cette fois le tour du rond-point Passot, mais se dirigent vers le Nord, laissant croire qu'ils allaient vers Kawéni. Mais les mécontents fonctionnaires n'iront pas loin. Ils sont allés bloquer l'amphidrome, immobilisée à une cinquantaine de mètres du quai.

Une autre "action surprise" a été engagée vers midi aux Services fiscaux. Les fonctionnaires sont venus "déranger ceux qui travaillent" et organiser un "voulé" (grillade) dans la cour de l'institution étatique.

"Il y a toujours autant de colère chez les collègues", avance Thierry Wuillez, fervent membre de l'intersyndicale de la fonction publique d'État et secrétaire départementale du Snes Mayotte. Celui-ci regrette le fait qu'ils n'ont eu "aucun retour" depuis le 29 octobre, date la première journée de manifestation contre l'imposition des indemnités d'éloignement. Mais il assure que "les fédérations nationales harcèlent toujours les ministères parisiens".

"Une grosse action est prévue mardi", annonce le syndicaliste qui rappelle que leur mouvement de contestation continue et qu'un autre préavis est émis jusqu'à la semaine prochaine. La journée du 26 novembre est annoncée "importante", mais les actions qui seront menées ne devraient pas être dévoilées. Ce seront des "surprises", probablement des blocages.

Un homme qui voulait prendre l'amphidrome, direction l'aéroport de Pamandzi car il devait prendre l'avion s'est retrouvé bloqué dans une queue de véhicules pendant des heures. "Très énervé", il estime que "les fonctionnaires n'ont pas le droit de faire ce qu'ils font". "Ils empêchent les gens de travailler. Ils n'ont qu'à aller faire un sitting devant la préfecture", dénoncent-ils. "Alors, que ceux qui ont la solution nous la donnent !" lui répondrait Thierry Wuillez. Le syndicaliste indique qu'ils essaient de trouver une solution depuis les dernières vacances scolaires et ont même voulu rencontrer le ministre pour discuter, sans succès. "On a toujours un problème de méthode", déplore-t-il, car le gouvernement préfère envoyer des communiqués de presse au lieu de se mettre autour d'une table pour discuter. "On est vraiment au 19e siècle. Les promesses présidentielles du gouvernement sont aux oubliettes. Le gouvernement ne souhaite pas discuter".

Le mouvement des fonctionnaires d'État se durcit, "la grève continue puisque rien n'est réglé". En tout cas, "l'entêtement est du côté du gouvernement, c'est lui qui a mis le feu aux poudres".
Rafik
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 116
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: faits divers

Message par Maadabass le Dim 24 Nov - 2:03

Maadabass a écrit:"La grève continue puisque rien n'est réglé"

Vendredi, 22 Novembre 2013 12:59



Les fonctionnaires d'État sont descendus dans la rue ce jeudi 21 novembre, poursuivant leur lutte contre la défiscalisation de leurs indemnités d'éloignement, mesure prise, "arbitrairement" s'insurgent-ils, par le gouvernement.
 
La ribambelle de fonctionnaires (près de 400 personnes) est partie de la Place de la République à 10 heures moins le quart. L'ittinéraire devait rester secret. Les grévistes ne feront pas cette fois le tour du rond-point Passot, mais se dirigent vers le Nord, laissant croire qu'ils allaient vers Kawéni. Mais les mécontents fonctionnaires n'iront pas loin. Ils sont allés bloquer l'amphidrome, immobilisée à une cinquantaine de mètres du quai.

Une autre "action surprise" a été engagée vers midi aux Services fiscaux. Les fonctionnaires sont venus "déranger ceux qui travaillent" et organiser un "voulé" (grillade) dans la cour de l'institution étatique.

"Il y a toujours autant de colère chez les collègues", avance Thierry Wuillez, fervent membre de l'intersyndicale de la fonction publique d'État et secrétaire départementale du Snes Mayotte. Celui-ci regrette le fait qu'ils n'ont eu "aucun retour" depuis le 29 octobre, date la première journée de manifestation contre l'imposition des indemnités d'éloignement. Mais il assure que "les fédérations nationales harcèlent toujours les ministères parisiens".

"Une grosse action est prévue mardi", annonce le syndicaliste qui rappelle que leur mouvement de contestation continue et qu'un autre préavis est émis jusqu'à la semaine prochaine. La journée du 26 novembre est annoncée "importante", mais les actions qui seront menées ne devraient pas être dévoilées. Ce seront des "surprises", probablement des blocages.

Un homme qui voulait prendre l'amphidrome, direction l'aéroport de Pamandzi car il devait prendre l'avion s'est retrouvé bloqué dans une queue de véhicules pendant des heures. "Très énervé", il estime que "les fonctionnaires n'ont pas le droit de faire ce qu'ils font". "Ils empêchent les gens de travailler. Ils n'ont qu'à aller faire un sitting devant la préfecture", dénoncent-ils. "Alors, que ceux qui ont la solution nous la donnent !" lui répondrait Thierry Wuillez. Le syndicaliste indique qu'ils essaient de trouver une solution depuis les dernières vacances scolaires et ont même voulu rencontrer le ministre pour discuter, sans succès. "On a toujours un problème de méthode", déplore-t-il, car le gouvernement préfère envoyer des communiqués de presse au lieu de se mettre autour d'une table pour discuter. "On est vraiment au 19e siècle. Les promesses présidentielles du gouvernement sont aux oubliettes. Le gouvernement ne souhaite pas discuter".

Le mouvement des fonctionnaires d'État se durcit, "la grève continue puisque rien n'est réglé". En tout cas, "l'entêtement est du côté du gouvernement, c'est lui qui a mis le feu aux poudres".
Rafik
Les mahoraise c'est de branleurs; des parasites toujours à vouloir faire la grève et gratté des aides au niveau de l'Etat.
Mais disons que tout ca est du et tous ces fonctionnaires socialo-communiste que la gauche envoye à Mayotte pour inculqué aux mahorais la culture du "branlage". Conclusion avec la gauche le tiers monde est condamné à le resté. Si c'est po malheureux
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 116
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: faits divers

Message par Maadabass le Dim 24 Nov - 2:18


Un jeune chironguien, attaqué, a été laissé pour mort dans la nuit de samedi à la sortie d'un dahira. Certains des agresseurs sont connus et attendus devant leur établissement scolaire ce lundi pour une vengeance... Déjà,des habitants de Chirongui ont décidé de bloquer l'entrée au village, au niveau de la station-service et du carrefour.
 
Énorme tension à la mairie de Chirongui ce dimanche après-midi, où des villageois de Poroani ont failli y laisser la vie devant des jeunes armés et complètement révoltés... Tout a commencé la nuit précédente. De retour à pied et vers 0h d'un dahira qui se déroulait à Poroani - avec un mouringué à proximité -, des jeunes de Chirongui se font rattrapés par un véhicule d'où est descendue une demi-douzaine de personnes armée de barres de fer, de couteaux et autres coupe-coupes.

Tous ont pu fuir vers la mangrove à l'exception d'un adolescent, m'zungu, battu, poignardé et laissé pour mort sur la route à proximité de Malamani. Sa maman raconte. "Il a fait le mort et une fois ses agresseurs partis, il s'est levé et a eu la chance de trouver rapidement une voiture qui l'a conduit immédiatement à l'hôpital". Le jeune a entretemps perdu beaucoup de sang et est conduit au bloc opératoire de Mamoudzou. Ses amis qui l'accompagnaient sur la route ont eux passé une grande partie de la nuit, cachés dans la mangrove.

Le bilan est lourd : plusieurs blessés dont trois graves, même si aucun pronostic vital n'a été engagé. Cette agression gratuite a réveillé la colère des jeunes chironguiens, amis des victimes qui ont toute la journée crié vengeance. D'autant qu'une partie des agresseurs a été identifiée par ceux qui ont pu leur échapper : il s'agirait de Poroaniens scolarisés aux collège ou lycée de Chirongui. L'un des agresseurs sortirait à peine de prison. Comprenant que la situation pourrait dégénérer ce lundi matin devant ces deux établissements scolaires, les habitants des deux villages ont organisé plusieurs réunions du matin au soir. L'une d'elles regroupait les représentants des deux villages au sein de la mairie à Chirongui. Alors que le mot d'ordre était l'appel au calme, des jeunes chironguiens ont fait irruption dans la salle en cassant la porte, armés à leur tour, et décidés à se venger directement sur les parents et représentants poroaniens présents. La tension était à ce moment à son comble. Dans la panique, les Poroaniens ont pu être évacués par les Chironguiens. La réunion n'a pas pu s'achever. Les gendarmes qui auraient, selon les nombreux témoignages, ignoré l'appel au secours des jeunes chironguiens cette nuit-là, au moment de l'incident, ont été pointés du doigt toute la journée par les villageois. Des villageois, jeunes et moins jeunes qui se sont rendus en nombre au CH M de Mamoudzou prendre des nouvelles de l'adolescent blessé au couteau. "Voir toute cette solidarité des habitants de Chirongui nous a fait du bien", assurent les parents, qui à leur tour exhortent les jeunes chironguiens de laisser la justice faire son travail et, justement, ne pas se faire justice.

Lundi, 18 Novembre 2013 14:23


I.M
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 116
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: faits divers

Message par Maadabass le Ven 23 Mai - 23:14

Un policier gazé par un taximan

. .



Lorsqu'une bagarre éclate entre deux taximen à l’embarcadère de la barge à Mamoudzou mardi à 17h, un policier municipal accourt pour les séparer. Or l'un des deux protagonistes, qui se plaignait de ne pas pouvoir faire sa course alors que son taxi était plein et que son confrère lui bouchait le passage, dégaine une bombe lacrymogène et envoie une giclée vers le policier municipal et vers son concurrent, qui sont incommodés.
Les policiers ont placé le contrevenant en garde à vue et ses clients, ont fini par prendre un autre taxi.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 116
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: faits divers

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum