MAYOTTE: LE FORUM DES MAHORAIS d'içi et d'ailleurs
NA MOU KARIBU

MAYOTTE: GREVE

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MAYOTTE: GREVE

Message par Maadabass le Mar 4 Oct - 21:28

Rappel du premier message :

Mayotte - Les dessous chauds d’une grève


Par Annette Lafond

Jeudi 8 Septembre 2011 à
06:56:38


Alors que l’appel devait être unitaire pour la grève du 21
septembre, les syndicats se déchirent avec un but, selon FO : les
élections professionnelles du 20 octobre.






En mai, les syndicats avaient défilé ensemble
Crédit photo : A.L./Malango
La CGT
Ma
et la Cisma
CFDT
appellent à la grève pour le 21 septembre. Les motifs
tournent autour de la vie chère qui justifie selon eux « un
SMIG à 1300 euros
» et l’égalité des droits. Ce devait
être une grève générale mais « après des heures de
négociations avec les autres organisations syndicales, le 25 août
puis le 02 septembre, il n’y a pas eu un accord commun sur les
revendications
» révèle Salim
Nahouda
, secrétaire général CGT Ma. L’association de défense
des consommateurs ASCOMA
se joindra à eux.
« Un travail de sensibilisation de tous les
salariés du public et du privé et des divers classes sociales est
en cours
» complète Salim Nahouda.

Alors qu’Hamidou
Madi M’Colo
, secrétaire FO, compte intervenir sur les ondes de
Mayotte 1ère pour dire son amertume, relatant « je ne sais
pas pourquoi ils ont fait un tel coup !
». Très
certainement, comme il le dit, « parce que nous ne
souhaitions pas remettre en cause les avancées sur l’intégration
»,
alors qu’il rajoute que « faire des démagogies syndicales
c'est berner les salariés et ça je ne pense pas que l'on va (le)
tolérer
».


Rajoutant que la CGT Ma « veut nous
déstabiliser
», il rappelle que sa position « était
soutenue par les représentants des instituteurs (RIVO).
Sur le privé, on avait réussi à s'entendre sur 2 revendications
(conventions collectives et rattrapage du SMIC)
».

Il en tire une conclusion : « l'enjeu
est de taille puisque ce sont les élections professionnelles du 20
octobre
» qui sont en ligne de mire. « Donc
mobilisons nous au lieu de nous déchirer
».

A.L.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas


Re: MAYOTTE: GREVE

Message par sada le Lun 17 Oct - 22:12

Bonjour à tous,

Si j'ai bien compris, des élus sont allés manifester pour obliger un
commerce à fermer ses portes, pour chasser de leur poste de travail les
employés et faire pression, voire mettre en danger des clients.

Si cela est bien le cas, ces messieurs, représentants élus (mais dans le
cas d'Ibrahim Aboubacar de Sada élu systématiquement annulé pour
fraude... quel bel exemple !)violent donc délibérément la loi qui
protège la liberté de se déplacer, la liberté de travailler, la liberté
de faire ses courses... Le préfet aurait dû donc, en conséquence, les
inviter à poursuivre leur marche jusqu'à Majicavo : ils eussent été à
leur place !



Si je me trompe, merci d'expliquer plus clairement la situation.

sada
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par juju976 le Lun 17 Oct - 22:13

depuis
le début ils sont sous leurs clims, et alors moi aussi je me suis fait
agressé par les manifestant parce que je n'ai pas retrouvé mon cadenas
assez vite pour eux je renvoi aussi le préfet n'importe quoi bande de
bouffons

juju976
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par azoula le Lun 17 Oct - 22:14


Nous métropolitains français demandons un référendum pour
libérer les mahorais du joug français.L'avis des français de l'hexagone
n'a pas été demandé pour que Mayotte devienne un département
français.Qu'il se démerdent les petits chéfaillons entre eux du style
aboubacar

azoula
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par bdn976 le Lun 17 Oct - 22:15

3 ans et
demi aprés bacar, c'est toujours la même chose, on s'en prend à la
république francaise et à l'institution. Mettez vous dans la tête que
vous êtes ressortissants français avec tous les avantages et les
inconvénients. J'ai testé le 27 mars 2008 et je n'habite plus à MAYOTTE
depuis peu. Mais je pense que les iliens sont un peu laxistes sur
certaines choses. Quand on veut on peut. La gréve et la manifestation
est un droit de la république mais il n'est pas normal de prendre en
otage toute l'ile pour une vie chére que tout le monde subit. Mais j'ai
apprécié cette ile et tous les mahorais par leur façon de vivre et leur
sympathie mais pas leur façon de faire devant ces soucis.

bdn976
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par cavani le Lun 17 Oct - 22:16

Et oui
ce Monsieur donne des cours de civisme. Heureusement certains se
souviennet de ses casseroles. Mais il a raison le Préfet doit partir et
emporter avec lui tout ce que les métropolitains ont payé... Le écoles,
l'hôpital, toutes les administrations,les subventions et là on va
s'amuser. Peut être se mettront ils enfin à faire leur travail d'élu
avec honneteté.

cavani
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par In le Lun 17 Oct - 22:16

Pour répondre à
Azoula. Je suppose que comme toute élection en France, pour pouvoir y
participer il aurait fallu résider dans la commune du scrutin au moins
50% de l'année. En tant que métropolitain français, je ne vois pas de
quel droit tu aurais pu y voter.

In
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par makisard le Lun 17 Oct - 22:18


En lisant certaines réactions, je ne peux m'enpêcher d'apporter mon propre avis...
En effet, on parle d'insulte à l'égard des mahorais pour les prix
pratiqués par un magasin...Il n'y a qu'un magasin dans l'île? Quand on
trouve quelque chose trop cher, on va acheter ailleurs, c'est
tout...Maintenant, à choisir, je préfère manger des produits aux normes
sanitaires, plutôt que des produits importés de Chine ou de je ne sais
où...
On parle de vie chère...Mais est-ce uniquement à Mayotte? Demandez à un
français moyen si lui a sa maison, s'il loue des pièces à 150,00 euros à
des clandestins, s'il exploite des clandestins à 300,00 euros le mois
pour je ne sais combien d'heure sept jours sur sept...Aurait-on menti
aux mahorais pour obtenir le taux impressionnant de "OUI" lors du
référendum pour la départementalisation? Près de 99 %...Aurait-on oublié
de leur dire qu'il n'y avait pas que des avantages sociaux? On parle du
prix de certains produits...Vous avez vu le prix de la viande de porc?
Et pourtant ils n'en parlent pas...Car après tout, c'est aussi de la
viande non? Et il y a plus à manger que sur une aile de poulet...
Sans compet la ferveur envers le leader du LKP...Un mouvement
indépendentiste, dans un département qui a prôné sa volonté à près de
99% son désir d'être français... Impéritie ou...hypocrisie...? Quand
après le résultat du vote au référendum on leur demandait pourquoi cet
engouement à être français à part entière, la réponse était "se
désolidariser des Comores"...Alors qu'ils sont les premiers à exploiter
leurs "cousins" comme cité précédemment...Et aujourd'hui, la vérité
éclate... : avoir les avantages sociaux...mais ne vous en faites
pas...on le savait...
Une question se pose...Inquiétante...Qu'est-ce que cela va être quand,
dans leurs boîtes aux lettres, ils vont découvrir la taxe habitation,
impôts fonciers, taxe ordurière, redevance télévisuelle...? Ah...On ne
leur avait pas dit? Rassurez-moi...Ils le savent au moins...? Ils savent
que le RSA, même à 100% de la métropole, ne suffira pas à couvrir ces
taxes qui vont fleurir leur boîte aux lettres?
Autre chose...Maintenant qu'on est Département...A quand la française
des jeux et les films porno sur toutes les chaînes satellites ? car ne
me dites pas qu'ils seraient contre, tant on les voit déffiler à
Madagascar, sans leurs femmes (non, non, ce n'est pas une faute
d'orthographe), pour se taper des minettes d'à peine 18 ans et jouer les
riches dans un Pays qui est plus français dans l'âme qu'eux, alors que
de Mayotte et Mada, qui est devenu le 101ème Département français...?
Car entre-nous...N'avez-vous pas remarqué combien les malgaches parlent
bien mieux le français que bon nombre de mahorais? Dernièrement j'ai
entendu une revendication de construire des écoles, etc...A quoi cela
servira-t-il si, à la maison, les parents ne parlent que le
shimahorais...Et combien d'annonces d'emploi ne sont-elles pas conclus
par : "parler shimahorais obligatoire"... J'imagine que c'est respecter
le Pays pour lequel on a voulu se rapprocher à près de 99%...

makisard
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par Maadabass le Lun 17 Oct - 22:20

Mayotte subit ses 10 jours de grève


Par Annette Lafond

Samedi 8 Octobre 2011 à
12:19:08


Tout ça pour ça : 22 heures enfermés dans un local de la
Direction du travail pour sortir des propositions désavouées par la
population. Alors que magasins et routes sont toujours fermés.






Les militants exprimaient leur désapprobation avec gestes et décibels
Crédit photo : A.L./Malango

A trop vouloir jouer avec le feu, on se brûle…
C’est la leçon du jour que vont pouvoir méditer les
syndicalistes. Car après avoir plus que mollement géré un
mouvement dont l’ampleur les a servi pour donner du poids aux
négociations, les leaders syndicaux n’arrivent plus à reprendre
la main : après 22 heures de négociations avec le patronat et
les représentants de l’Etat (préfecture et DIECCTE), une
proposition dont ils étaient plutôt satisfaits en matinée a été
rejetée par le millier de manifestants massés sur la place de la
République.

Sans avoir ni dormi ni mangé, les leaders
syndicaux, épuisés ont commenté à leur base, de manière
factuelle, trop sans doute, les propositions nées de la concertation
de la veille. Un tel investissement humain, tant de leur côté que
de celui du patronat ou de l'État aurait mérité une plus large
défense des avancées, et non une obéissance immédiate dès que
quelques uns d’entre eux eurent levé le poing « on veut
plus d’effort du côté de la grande distribution
».
Boinali Said Toumbou (Cisma CFDT), bien qu’exténué, parvint
pourtant à faire rassoir la foule de plus de 1000 manifestants qui
écoutèrent de nouveau en silence, mais ne défendit pas assez
vigoureusement certains prix qui pourtant ont bien baissé.

Une vingtaine de bwenis a passé la nuit sur le trottoir sans arrêter de chanter "en encouragement" expliquaient-elles

Pour preuve les ailes de poulet qui étaient à 27
euros, baissent à 21,23 euros ou la bouteille de gaz de 31 euros à
25 euros chez Somagaz et de 26 euros à 24 euros chez Total. La foule
commençait à gronder sur la boite de tomates pelées, auparavant à
53 centimes et désormais à 50 centimes, ou sur le prix du paquet de
5 kg de riz parfumé Thaïlande qui passait de 6,50 euros à 5,70
euros… Il faut rajouter que les baisses proposées ne le sont plus
seulement pour un mois mais jusqu’à la fin de l’année.

« Nous n’avons pas tout obtenu, mais nous
avons ouvert une porte
» se défendait pourtant Boinali
Said. C’est alors que la foule de manifestants se leva pour contrer
les arguments des leaders syndicaux, et entama la Marseillaise.


« Ils peuvent
mieux faire » s’exclamait Riffay Said Hamidouni,
Association de consommateur mahorais, à l’adresse du patronat en
demandant que les marges soient davantage rognées. Alors que Boinali
Said avouait : « nous ne savons pas quels efforts
supplémentaires le patronat est capable de fournir, personne n’ayant
voulu nous détailler la formation de ses prix
». De son
côté, et sur les ondes des nos confrères de Mayotte 1ère,
Alexandre Charalambakis, directeur des magasins Sodifram-HD-Shopi,
expliquait que « le carton d’aile de poulet était vendus
moins cher à Grande Comores qu’à Mayotte (17 euros contre 22
euros) en raison des normes européennes que notre île doit
désormais respecter pour les emballages
».
Le dialogue entre patronat et syndicat n'a pas cessé pour autant

« Conserver son courage et sa tête »…
sans tout reprendre depuis le départ



Ce sont des syndicalistes épuisés qui se rendirent
deux heures après remettre leur copie à la DIECCTE (direction du
travail) et informer leurs interlocuteurs qu’ils ne signeraient
pas… Déceptions de chaque bord, mais le dialogue reprenait malgré
tout sur le trottoir. Rendez-vous est donné aujourd’hui samedi à
15 heures, après une bonne nuit de sommeil, sans savoir encore si la
discussion reprendrait de manière globale, ou bien sur les seuls
points d’achoppement sur certains prix. Les syndicalistes doivent
encore en discuter entre eux. Mais tous sont d’accord : « on
ne peut recommencer ce travail de Titan
».


Mayotte était toujours le terrain de jeu de bande
d’enfants toujours non maitrisés par des adultes. Certains
automobilistes commencent à mettre le holà, mais ils sont aussitôt
assaillis de bordures d’injures, de cris, voire de cailloux.
Kamildine Djanffar s'endormait debout...

Si la manifestation était hier bien encadrée,
l’île ressemble toujours à un no mans land : magasins
fermés, peu de monde dans les rues… La perte économique ne fait
que grandir alors que beaucoup de salariés ne s’étaient pas
déplacés sur leur lieu de travail après avoir reçu dans la soirée
de jeudi, un sms anonyme, invitant ses destinataires à rester chez
eux « jusqu’à nouvel ordre », avec « un
prochain point mi-journée
», et que de surcroit « tout
le monde reste joignable
». Bref ! que du bonheur !
Il fallait bien sûr le diffuser au plus grand nombre, alors
qu’étaient glissées des informations plausibles et vérifiées
par la suite : « l’arrivée
d’un escadron de gendarmes et du GIPN (Groupement d’intervention
de la Police nationale) » alors que la Préfecture
s’était « avouée incapable de maitriser les émeutiers »…
Le genre de nouvelle-« intox » dont on se serait bien
passé.

Pendant ce temps, quatre présumés émeutiers
passaient au tribunal en comparution immédiate, alors que la salle
d’audience était remplie d’une partie des manifestants venus les
soutenir. L’un d’entre eux était condamné à 4 mois de prison
ferme pour avoir été pris en train de confectionner un cocktail
Molotov et un autre à 1 mois ferme pour jet de pierres.

Espérons que le week-end calme les esprits.

A.L.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par Becam le Lun 17 Oct - 22:22


Il est certain que ce pauvre Boinali Saïd ne peut pas faire le
poids face à un mur de bouénis particulièrement remontées!!! Mais ces
mêmes bouénis exigeantes semblent avoir moins d'autorité sur leurs
enfants qui prennent pour un jeu les barrages routiers qu'ils érigent
pour bloquer la circulation, et elles n'oublieront pas de se manifester
si la moindre égratignure arrive à leur progéniture.
En revanche, elles ont oublié(oubli sans doute involontaire) que le SMIG
a plus que doublé depuis 2002, il a même été augmenté de 48% sur les
quatre dernières années et atteint 80% du niveau métropolitain puisque
certaines cotisations sociales ne sont pas prélevées à Mayotte. Par
conséquent, la masse salariale a augmenté et se répercute forcément sur
les prix, mais elles ne veulent pas le savoir. Elles voudraient les prix
de 2002 avec les salaires de 2011, le beurre et l'argent du beurre.
Quelqu'un de sensé pourrait-il leur expliquer ça?
Au final plus rien ne bouge et vit à Mayotte, mais ce n'est pas nouveau.

Becam
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par jamaya le Lun 17 Oct - 22:23


Pourquoi sommes nous en grève ? Parce que le Mahorais a 40 euros au
1er enfant puis 20 euros sur les suivant d'allocations familiales ,
qu'il n'y a pas de RSA , que le salaire y est bien plus bas que dans les
autres DOM - TOM (je ne parles pas des fonctionnaires qui touchent des
primes et ont un niveau de vie très élevé ici et qui ne manifestent pas
du tout , et avec tout cela les magasins appliquent des prix ABUSIFS.
Pour exemple , A Mayotte il y a une enseigne s'appelant Jumbo Score qui
pratique des prix 2 fois plus cher qu'aux Jumbo Score de la Réunion
alors que les fournisseurs sont les même !!!
Les syndicalistes ont demandés à ce magasin d'aligner ces prix , soit de
faire transparence totale sur les prix du revient , etc pour voir où
est le problème.
Il y a même des CRS qui comprennent tout à fait ces manifestations!

jamaya
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par jéjé le Lun 17 Oct - 22:23

je ne peux
qu'apporter mon soutien a la population mahoraise (et non mahoraise de
tout bord). Vu de metropole, les prix sont plus que dingues là bas.
Mayotte reste un scandale.

jéjé
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par SoukKhaN le Lun 17 Oct - 22:25

Les journalistes
persistent et signent dans leur parti pris contre la grève anti-vie
chère! Encore une nouvelle tentative pour montrer que les manifestants
ne sont que des ânes qui ne comprennent rien à rien.
Ces pseudos accords sont mauvais. Les leaders syndicaux se sont fait
avoir à l'usure! 22h de discussion pour obtenir une promotion sur
certains produits durant 3 mois seulement, c'est insultant!
3 parties sont concernées par les négociations pour sortir de cette
crise : les patrons de la grande distribution, le Préfet et
l’intersyndicale.
On entend, on lit souvent, les leaders syndicaux et le Préfet
s’exprimer. Mais quid des patrons ? On ne les a quasiment jamais
entendus s’exprimer depuis le début de la crise. Il faut reconnaître que
la presse locale défend déjà tellement bien leur position que…

SoukKhaN
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par independ le Lun 17 Oct - 22:26

Mayotte a toujours
été cachée aux métropolitains, comme une maladie honteuse, un mauvais
relent de françafrique. Les émeutes commencent à être connues en
métropole...La vraie face de Mayotte va éclater au grand jour : rien de
"français" ni de près, ni de loin, un retard impossible à rattraper tant
la population ne comprends rien aux règles de l'économie de marché, de
la république, de la laïcité et tout simplement ce qu'est le travail.
Rien ne fonctionne, ni les administrations, ni les mairies, ni le CG, ni
le port de Longoni (le plus lent du monde à décharger un bateau, le
seul port à avoir des horaires de fonctionnaires...), pas d'agriculture,
pas d'artisanat. Pas de route correcte, pas d'infrastructure
touristique (plus un accueil déplorable de la population), pas
d'assainissement, des ordures partout! Plus personne ne parle d'"île au
parfum "(plus de production d'ylang, ni de vanille), plus personne ne
parle d'un bon accueil local.
Malgré des efforts considérables de formation, le niveau d'éducation de
la population est toujours largement inférieur à celui des Comores ou
de Madagascar, pourtant dans les derniers pays au Monde. Impossibilité
de développer quelque chose ici, les collectivités locales, s'employant à
tuer le privé, petit à petit . (le CG vient par exemple de supprimer
les subventions pour développer et moderniser la pèche). Cette grève va
pousser des entrepreneurs locaux à jeter l'éponge, tant il est
impossible de travailler à Mayotte, les nouveaux investisseurs
potentiels vont passer leur chemin. Le développement économique reste
donc impossible tant que deux générations ne soient passées et que tous
les incompétents actuels ne soient plus dans le circuit... Est-ce que la
France pourra attendre jusque-là ? Est ce que les français subissant la
crise éco. vont accepter de financer des oisifs?
Le résultat attendu de la grève ne peut être qu'une augmentation des
prix (pour rattraper les marges perdues), une baisse de la concurrence
avec des entreprises qui vont péricliter.
Les mahorais sont coupables sur toute la ligne de la vie chère : les
salariés les moins compétents et les plus cossards au monde c'est à dire
les plus improductifs que l'on puisse imaginer. Un métro qui débarque
est stupéfait, tant la situation locale est ahurissante, et inimaginable
en métropole. Les détournements systématiques d'argent public, les
subventions européennes qui repartent, les blocages à
répétition...Telles sont les raisons de la vie chère à Mayotte!
Quant aux négociations elles ne peuvent être que laborieuses tant la
malhonnêteté est de mise de part et d'autre, l'incompétence en plus chez
les mahorais. Félicitation pour sa gestion de la crise au préfet qui a
permis à l'état de droit et à la république de regagner du terrain.
(quel bonheur de voir les élus locaux remis à leur place hier !!!)
La solution d'une centrale d'achat gérée par des mahorais laisse songeur
: les produits seront deux fois plus chers, si ils arrivent !!! Il faut
commencer par apprendre à dire "bonjour" dans le commerce, avant de se
lancer dans des choses inaccessibles !
La solution est malheureusement dans la répression : il est urgent de
mettre en prison une bonne dizaine de maires et de conseillers généraux
et de leur saisir leurs biens (pour l'exemple, car chacun sait que tous
les élus mahorais sont justiciables si l'impunité totale était levée
avec la départementalisation). Il est temps de rappeler au mahorais que
tout ce qu'il possède provient de la métropole et certainement pas de
leur travail. Mais très chers mahorais, Il faut commencer à s'inquiéter
d'un retour à l'indépendance dans les décennies qui viennent et il
faudrait penser à être moins cruel avec les anjouanais. On ne peut pas
toujours "cracher dans la soupe et mordre la main qui vous nourrit".
On finit par récolter ce que l'on sème et vous serez un jour rattrapés
par l'histoire, qui retiendra que sous un régime démocratique, vous avez
réussi à réduire à l'esclavage vos propres frères comoriens !
Ne vous trompez pas, votre mouvement est l'inverse du primptemps arabe
qui est une aspiration a plus de démocartie et moins d'islmam.A mayotte
la population mahoraise est coupable et non pas victime.

independ
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par nanard le Lun 17 Oct - 22:27

effectivement les prix sont chére à mayotte.
Effectivement se nourrir, se loger et conduire sont trop honereux.
Effectivement il faut manifester, discuter , se réunir, et tenter de faire changer les choses.

MAIS voila aujourd'hui et depuis une semaine les magasins
d'alimentations sont fermés. Il me reste deux jours de nourriture pour
ma famille.

ALORS qui va payer, qui va m'apporter à manger, personne... Le chef de
famille que je suis devra remplir le frigo , et rien ne pourra
m'arreter, ni la grille d'un magasin et encore moins un barrage
d'émeutier.

DONC on se bat contre une vie chére, mais c'est une guerre civil , un combat pour la nourriture qui va débuter.

nanard
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par becam le Lun 17 Oct - 22:28


A Jamaya,
Vous annoncez les allocations familiales à Mayotte à 40€ pour le premier
enfant et 20€ pour chacun des suivants, mais j'ai le regret de vous
dire que ces chiffres sont aussi FAUX que la bouteille de gaz à 10€ en
Métropole comme le prétendait Salim Nahouda. Le montant réel est de
56,43€ pour un enfant, 90,29€ pour deux, 108,31 pour trois, et 18,02€
pour chaque enfant supplémentaire, chiffres trouvés sur le site officiel
de la Préfecture. Eh oui, Internet permet de corriger des erreurs
grossières et de remettre les pendules à l'heure. J'ajouterai qu'en
Métropole il n'est pas versé d'allocation familiale pour le premier
enfant.
Il ne suffit pas d'asséner des chiffres non vérifiés pour être crédible
et surtout pour se faire plaindre, il faut simplement être honnête.
Pour terminer je déplore ce que je craignais précédemment et qui était
prévisible, à savoir les blessures d'un enfant qui n'avait rien à faire
sur des barricades. C'est sans doute le prix à payer pour des parents
inconscients, mais il est trop élevé pour être accepté.

becam
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par BACAR le Lun 17 Oct - 22:29

Le GIPN
n'avait pas besoin d'intervenir, avant leur arrivé la manifestation se
passée dans le calme. si les maorais manifestent c'est pour une bonne
raison ils ont le droit de se nourrir pas cher.LA personne qui a envoyé
le GIPN a trop abusé des mahorais sachant que dans ce pays la
déléquence n'est pas trop connue.

BACAR
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par Maadabass le Lun 17 Oct - 22:31

Mayotte - Les syndicats appellent au calme


Par E.T.

Vendredi 7 Octobre 2011 à
08:16:38


Vendredi matin, alors que les négociations ont duré toute
la nuit, les syndicats ont enfin lancé l'appel au calme que tout le
monde attendait après une journée particulièrement violente hier jeudi.







Vendredi dernier, sur le rond-point de la barge
Crédit photo : A.L./Malango

Vous pouvez continuer à manifester, mais faites-le
dans le calme, ont dit en substance Boinali Saïd et Salim Nahouda ce
matin vendredi après une nuit de négociations sous la surveillance
des bouénis qui ont empêché les négociateurs de quitter la table
pour faire une pause en milieu de nuit.

Au petit matin, le collectif des syndicats et
associations de consommateurs à l'origine du monvement de grève
génrale et de manifestations contre la vie chère à Mayotte a émis
un rapide communiqué faisant le point sur l'avancée des travaux.

« Au terme de 16 heures de négociations,
les parties conviennent sur huit produits alimentaires sur onze fixés
urgents. Les résultats seront appréciés par la base dès
qu'on aura terminé les travaux. Pour lors, les négociations se poursuivent et le
collectif porte l'espoir d'aboutir à des résultats pour la
population mahoraise
. »

Cet appel au calme était très attendu depuis la
brusque montée de violence au cours de la journée de jeudi où les
pillages de magasins à Kawéni ont succédé aux agressions et au
racket sur les barrages. Hier soir, 40 gendarmes du GIPN (groupement
d'intervention de la police nationale) en provenance de métropole
sont arrivés pour renforcer et soulager le contingent dèjà en
place.

Si la pression semble redescendre ce vendredi matin,
de nombreux barrages bloquent encore la circulation dans la plupart
des villages de Mayotte, ainsi que sur Mamoudzou où un important
dispositif a été déployé pour ''tenir'' les rond-points et éviter
les barrages entre Mamoudzou et Tsoundzou, la route qui mène vers le
sud.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par Maadabass le Mer 19 Oct - 23:11

Mayotte - Gendarme mis en examen

Par Annette Lafond

Mardi 11 Octobre 2011 à
20:36:37



Le gendarme auteur du lancer de flash ball sur un enfant vient d’être mis en examen sous contrôle judiciaire.







Souvent, de très jeunes enfants activent les barrages
Crédit photo : A.L./Malango

Alors que le petit N. a perdu son ½il droit,
vendredi dernier lors d’un tir de flash ball de gendarme devant le
port de Longoni, la justice n’a pas trainé pour placer en garde à
vue puis mettre en examen l’auteur des faits. Et il fallait aller
vite : ça grondait de l’intérieur de la manifestation où
des sanctions étaient attendues.

« Tir de défense » disait le
parquet lundi soir alors que l’on peut supposer que l’enfant
avait très certainement du menacer les forces de l’ordre avec un
caillou. Une charge ou une grenade lacrymogène aurait amplement
suffi à l’éloigner.

Si ces enfants n’avaient rien à faire sur un
barrage ou face aux forces de l’ordre, il n’en demeure pas moins
que la blessure est disproportionnée par rapport à l’acte :
perte de l’½il droit, avec de multiples fractures autour de
l’orbite droite. Heureusement, le pronostic vital n’est plus
engagé et le parquet informait qu’il attendait des nouvelles
supplémentaires de l’hôpital Saint Pierre de La Réunion.

A.L
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par babaking le Mer 19 Oct - 23:12

Cette mise en examen n'est rien d'autre que la poudre aux yeux, une
simple mise en scène dont la seule finalité est de faire persuader les
mahorais que la justice s'intéresse de près à cette manif et agit dans
le respect de la loi et l'impunité pour tous.
Les mahorais ne sont pas dupes, tout le monde s'attend d'ores et déjà au
verdict de cette affaire : acquittement de ce gendarme pour cause de
légitime défense et affaire classée. S'il y a un perdant dans le
déroulement de cette manifestation, jusqu'ici, c'est malheureusement
cette fille qui restera traumatisée à jamais. Etre si jeune et perdre
une partie aussi indispensable du fonctionnement de son corps reste un
coup dur ! Tous mes soutiens à sa famille et un appel au retenu et aux
responsabilités au peuple mahorais dans ce mouvement qui est tout à fait
légitime vu l'asphyxie totale qui règne dans ce pays.

babaking
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par Maadabass le Mer 19 Oct - 23:15

L’économie de Mayotte ressemble aux réfrigérateurs de l’île… niveau zéro !

Par Annette Lafond

Mercredi 12 Octobre 2011 à
19:50:30

« Nécessité de réquisitionner des magasins
et des pharmacies » c’est le conseil qu’Ida Nel, présidente de la CCI,
donne, alors que Mayotte ressemble à un décor de western. Inquiétude
doublée par le déroutement de nombreux navires qui devaient escaler au
port de Longoni. Le même schéma que la Guadeloupe il y a 2 ans et demi…









Activité nulle au port de Longoni où les transitaires
ne peuvent faire sortir les containers

Crédit photo : A.L./Malango








Combien
de jours de réserve ? Nous entrons désormais dans l’ère du fruit à
pain, sur lequel se rabat chaque famille, mahoraise ou métropolitaine
faute de pâte, riz ou autres denrées de base. L’emploi du temps des
mahorais s’est considérablement modifié ces derniers temps et, d’une
activité rémunérée pour 30.000 d’entre nous, presque tous ont dû, dans
un premier temps, tenter de slalomer entre les barrages pour rallier
leur emploi, et actuellement, trouver de quoi nourrir leur famille. Un
retour de quelques décennies en arrière… Alors que les cambriolages se
multiplient, « un même douka a été victime de 3 tentatives de vol » soulignait le capitaine Chamassi.
Rideaux
baissés, les commerces, entreprises ou grandes surfaces voient défiler
chaque jour comme un nouveau manque à gagner. Les premiers à lancer un
appel de détresse furent les Très Petites et petites entreprises. Ce
Collectif représente déjà une centaine d’entreprises locales et plus de
1.200 salariés et explique que « faute de solution rapide, ils
s’inquiètent très fortement pour le maintien des emplois et souhaitent
attirer l’attention des syndicats et des responsables politiques locaux
et nationaux sur le risque de liquidations d’entreprises, de faillites
et de chômage massif, et les graves problèmes à moyen et long termes
pour Mayotte
».
Aujourd’hui, les chiffres ont empiré et Ida Nel, présidente de la Chambre de Commerce et d’industrie (CCI) parle de « plus d’un million de chiffre d’affaire perdu quotidiennement », d’ « une destruction de 100 emplois par jour, et de 400 avant fin octobre » mais surtout d’ « un
stock de vivres insuffisant notamment pour les nourrissons d’où la
nécessité de réquisitionner des magasins et des pharmacies
».

« Gel des dettes sociales des petites entreprises »

Les
membres des trois chambres consulaires (des Métiers, de l’Agriculture
et CCI) ont donc rencontré le préfet Thomas Degos mardi pour lui
présenter plusieurs points et notamment la mise en place du chômage
partiel dans les entreprises mahoraises. Sur ce sujet, Said Bastoi qui
préside la Confédération générale des Petites et moyennes entreprises
(CGPME) demande une modification urgente du code du travail pour
permettre une indemnisation « pour les salariés privés d’emploi alors que le contrat de travail n’est pas rompu »
et que ni le chef d’entreprise ni le salarié n’est fautif. Il demande
également le versement d’une allocation de revenu de remplacement
financée par l’Etat avec une revalorisation du montant de l’allocation
spécifique de chômage partiel. Il rencontre le préfet Thomas Degos
jeudi après-midi.
Alors que les cotisations
patronales doivent être versées dans 2 jours (le 15 octobre), Ida Nel
demande que se réunisse la Commission des Chefs de services financiers
de Mayotte : impôt, douane, sécurité sociale, chômage pour examiner les
demandes de délais de paiement et d’allègement.
Le
mouvement mahorais étant fortement calqué sur le modèle du LKP
(Collectif contre l’exploitation outrancière (*)) qui avait enflammé la
Guadeloupe début 2009, le plan Co.Rail (contrat de reprise d’activité
et d’initiative locale) devrait s’appliquer selon Ida Nel. Il est
destiné aux Très petites et petites entreprises afin de geler les
dettes sociales, sur 12 mois, leurs taxes de douane sur 3 mois, de
mettre en place un prêt à taux zéro.
Le retour à
la normale inquiète d’autant plus que sur un mouvement toujours en
cours, plus aucun navire ne vient livrer de marchandises : au port de
Longoni 6 portes containers ont été annulés, dont 2 liners (navires de
grandes lignes). En effet, les salariés de la société d’aconage
(dockers) SMART sont en grève, paralysant l’activité portuaire : un
navire cimentier, l’Arabella, attend depuis plusieurs jours d’être
déchargé. Mais plus grave, les navires déroutés ne vont sûrement pas
attendre l’éclaircie mahoraise pour décharger leur cargaison. Il faudra
donc commander de nouveau des marchandises, avec un laps de temps
conséquent avant le réapprovisionnement. La Guadeloupe avait connu le
même problème et le retour à la normale avait pris un mois (pour un
arrêt de l’activité de 44 jours…).
Tout ça pour quoi ? Selon l’IEDOM le conflit guadeloupéen, « a
effacé en quelques mois les progrès engrangés en matière de réduction
du chômage depuis la fin des années 1990 (des milliers de
guadeloupéens ont perdu leur emploi en 2009), et fragilisé encore la
cohésion sociale
». Ce n’est qu’une année après que les indicateurs
de consommation repartent vers haut avec une reprise des crédits à la
consommation, +4,2 % après s’être repliés de -1,9 % en 2009. Beaucoup
de petites entreprises guadeloupéennes qui ne disposaient pas de la
trésorerie des grandes surfaces étaient en difficulté financière en
2010.
Les leaders syndicaux devront avoir tout
ça en tête pour négocier le meilleur accord pour Mayotte avec un laps
de temps qui n’endeuille pas davantage l’économie.
A
moyen terme, la CCI propose des mesures sur lesquelles travaillaient
déjà les services du Secrétariat général aux affaires économiques et
régionales : relancer les constructions en libérant du foncier,
soutenir les pépinières d’entreprises. Mais elle préconise aussi de
revaloriser les faibles retraites mahoraises.
L’intersyndicale
retrouve les organisations patronales, les Chambres consulaires et les
services de l’Etat jeudi à 15h pour renégocier la signature d’un
accord.
A.L.

(*)
Ibrahim Ali Maskati, élu de la CCI, liste Ankiba, prévenait la presse
de l’arrivée possible à Mayotte d’Elie Domota, chef de file du LKP
guadeloupéen
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par Rita le Mer 19 Oct - 23:17

Mr Domota s’est battu pour son pays et son soutien nous a évidemment
très touché. Mais on n’a pas besoin qu’il vienne ici, pour résoudre ce
conflit. Nos leadeurs syndicaux et nos hommes politiques (malgré leurs
nombreux défauts) sont tout à fait capables de se battre eux aussi pour
nous sortir de cette crise.

Rita
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par SAID le Mer 19 Oct - 23:18

Pourquoi toutes l'ile est bloquée et que
PANIMA boulangerie industriel a Dembeni, vend du pain, farine, oeufs sur
le bord de la route . Nullement solidaire cette société, plus de 100
personnes au SMIG y travaille. Bonjour la solidarité.

SAID
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par Cactus le Mer 19 Oct - 23:20

Oh, ça va, Saïd, on n'est pas chez les soviets! Il ne faut pas confondre
solidarité et stalinien! Et en plus tu balances! "Monsieur, il fait
rien qu'à copier!" On est en république, non?

Cactus
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par polpot le Mer 19 Oct - 23:21

Saïd, sois solidaire. Demain, tu vas chercher
quelques régimes de bananes dans ton terrain, tu te mets au bord de la
route et tu les distribues aux grévistes qui n'ont pas la chance de
bosser au conseil général et qui vont avoir un salaire bien maigre ce
mois-ci

polpot
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par Maadabass le Mer 19 Oct - 23:27

Mayotte - ''Révolte des mabawas'', J+15

Par Annette Lafond

Mardi 11 Octobre 2011 à
21:47:21

Sur le front des manifs, cette journée était plutôt calme jusqu’au soir et l’ouverture de force des entrepôts de la Somaco.







Une belle mobilisation de Mamoudzou au Jumbo de Kawéni
Crédit photo : A.L./Malango

La journée commençait par un discours des
journalistes devant les manifestants pour revenir sur les agressions
verbales et contre des biens, de la veille : « nous ne
sommes ni vos amis, ni vos ennemis, simplement sur place pour
diffuser au plus grand nombre, à Mayotte et en métropole
»…
toute la presse avait répondu présente pour demander à pouvoir
prendre des photos et travailler tranquillement.
La presse demande de pouvoir photographier et filmer, sans être soupçonnée de collaboration avec les forces de l'ordre

Le nombre de manifestants avait considérablement
grossi dans l’après-midi jusqu’à atteindre 1.500 personnes :
une foule impressionnante qui se déplaçait en chantant jusqu’au
Supermarché Jumbo score de Kawéni, pour revenir à Mamoudzou. Mais
le cortège bifurquait vers la Somaco qui se trouvait une nouvelle
fois dévalisée par « 200 personnes, jeunes et moins jeunes
qui ont forcé la grille pour se rendre dans l’entrepôt alors que
le magasin était fermé
» racontent, choqués, Aziz Sam
Akbarali et sa femme, directeurs du magasin déjà « visité »
3 fois depuis le début de la manifestation. Alors que selon les
manifestants, « la grille était ouverte pendant qu’un
camion était en train de charger des boisons
».
Le magasin Somaco une nouvelle fois visé

Aucun client n’était à l’intérieur du
magasin, fermé, lorsque les manifestants s’y sont rendus. Seul le
directeur logistique était descendu de son bureau pour constater
l’arrivée des manifestants : « il m’ont attrapé
la main à travers la grille, sont entrés et l’un d’eux m’a
pris à la gorge
» racontait en tremblant ce mahorais et en
signalant que c’est un manifestant qui était venu à son secours.
Alors qu’un des accompagnateurs de la manifestation se lamentait
sur « la nécessité de mieux encadrer » et de
« ne pas passer prés des endroits qui peuvent tenter les
jeunes
». Un des syndicaliste accusait les grandes surfaces
de livrer au cours de la nuit.

Les policiers ont procédé à trois
interpellations, « dont un jeune qui détenait une pierre »
dixit le commissaire Delattre, et que quelques manifestants restés
sur place voulaient faire libérer. Les policiers durent une nouvelle
fois employer des bombes lacrymogène pour les disperser, alors que
« l’invincible armada » de 5 camions de
gendarmes venue en renfort, repartait sans intervention.
En
fin de matinée, les salariés de la DEAL (direction de l'équipement, de
l'aménagement et du logement) étaient priés de quitter leur poste de
travail par les manifestants


Revenus sur le parvis du CDTM, les manifestants
eurent droit à un discours moralisateur de Boinali Said, Cisma CFDT
qui demandait de « canaliser les éléments incontrôlés
qui se glissaient dans la manifestation
» et de « se
cantonner à demander nos droits sans mettre le bazar
».

Demain la manifestation continue au milieu de
Mayotte-île morte et jeudi un grand Maoulida chengué est prévu :
danses et chants au menu.

A.L.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: GREVE

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum