MAYOTTE: LE FORUM DES MAHORAIS d'içi et d'ailleurs
NA MOU KARIBU

MAYOTTE: Actualité économique!!

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MAYOTTE!! Developpement économique

Message par Maadabass le Mer 16 Avr - 15:49

Rappel du premier message :

MADAGASCAR Statut de Mayotte
Une mission pour intégrer Mayotte à la Loi-programme

Mardi 15 Avril 2008


Une délégation conduite par le président de la Chambre de commerce
et d'industrie de Mayotte, Serge Castel, accompagné des responsables du Medef et
du Conseil économique et social de Mayotte, est partie lundi 14 avril en
direction de Paris afin de tenter de faire intégrer Mayotte dans la Loi
programme pour l'Outremer, actuellement en préparation et qui devrait entrer en
application en juillet 2008. Mayotte a en effet été en grande partie oubliée des
principaux chapitres de cette loi qui prévoit de nombreuses réformes pour
développer l'économie des Dom-Tom. Après un mois de travail orchestré par la CCI
et mené par les grands chefs d'entreprise de l'île, Serge Castel part avec un
dossier sous le bras. Il entend revendiquer trois points : la prolongation de la
loi Girardin de défiscalisation à Mayotte ; de! s exonérations de charges pour
les entreprises ; et des aides aux producteurs locaux, pour lutter contre les
importations de moins en moins chères.
VM
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas


Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Maadabass le Dim 26 Juin - 4:45

Mayotte - Vol Dzaoudzi-Paris :
des prix défiant toute concurrence


Par A.L.
Jeudi 24 Mars 2011 à 17:30:07

A l’occasion de ses 30 ans, Corsairfly propose des tarifs exceptionnels sur l’ensemble de son réseau.

On lui reprochait de ne pas appliquer une vraie concurrence par rapport à Air Austral : la compagnie au sourire annonce des vols Dzaoudzi-Paris aller-retour à 630¤ (*) dès le mois de mai. Après vérification sur leur site, un voyage au mois de juin coutera effectivement 629,27¤ par adulte avec « des réductions de 90% et 33% pour les bébés et les enfants, également éligibles sur ces offres tarifaires » dixit leur communiqué.

Attention, ces tarifs sont applicables pour tout achat réalisé avant le 4 avril.

Les prix en période de vacances scolaires restent élevés (950 ¤ en mai au départ de Dzaoudzi), mais toujours plus attractifs qu’Air Austral (1468¤ sur la même première semaine de mai).

(*) En classe Horizon
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Nouladou le Dim 26 Juin - 4:47

Je serai très content que beaucoup de compagnies aireen viennent concurrencés cet compaganie Air Austral car il ce prend pour un monopole sur le trajet Mayotte-France donc il profite pour nous fixés des tarifs très élevé par rapport à la Réunion-France. Je souhaiterai que cet compagnie Corsairfly effectue des trajets Mayotte-Réunion et Mayotte-France peut être Air Austral prendra un peu de recule sur ces prix bien élevé. Sa empêche les touristes de venir à Mayotte car la seule raison c'est les prix très élevé. Je suis presuadé que si beaucoup de compagnies acceptent de concurrencés Air Austral, on aura le choix. A l'heur actuel on n'a pas vraiment le choix de choisir notre compaganie. PLUS DE CONCURRENTS = TARIFS BAS donc PLUS DE VOYAGEURS et PLUS TOURISTES donc C'EST BIEN POUR LE CONSOMMATEUR (plus de qualité). (GANANT GANANT). 1 client perdu égale 10 clients perdues. 1 client gagné égale 1 client gagné. "Commercialement c'est pas bon"

Nouladou
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par delapeyr le Dim 26 Juin - 4:48

Si cette nouvelle est véridique alors je m'en réjouis car en effet nous ne pouvons plus payer les billets aussi chers et il fallait des compagnies concurrentes .Félicitations à Corsairfly .et pourvu que cela dure

delapeyr
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Arnot le Dim 26 Juin - 4:49

VOUS AVEZ DE LA CHANCE CORSFLY FAIT DES PROMO ATTRACTIVES !

C EST DOMMAGE QUE CORSFLY N APPLIQUE PAS CETTE POLITIQUE DE TARIF PROMO SUR MADAGASCAR EUROPE !

Arnot
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Maadabass le Lun 27 Juin - 17:18

Mayotte – Appel à projets dans le cadre du fonds mahorais de développement

Par La rédaction
Mercredi 13 Avril 2011 à 08:18:00


L'appel à projet dans le cadre du fonds mahorais de développement économique, social et culturel (FMDESC) concerne des opérations d’investissement dont le montant est supérieur ou égal à 50.000 ¤.

Le nouvel appel à projet lancé par la préfecture de Mayotte le 7 avril concerne des projets d’investissement comme le financement de travaux d'aménagement et d'équipement de zones d'activité. Ils doivent contribuer à l'aménagement et au développement durable du territoire.

Il s'agit d'aides directes à l'équipement et à l'investissement matériel et immatériel pour la modernisation et le développement des entreprises, mais également d'actions d'appui et d'accompagnement à la création d'entreprise.

La dotation des outils d'ingénierie financière, notamment de garantie, de participation, de bonification d'intérêts et de prêts d'honneurs répondant aux besoins de développement des entreprises locales de tous les secteurs, et en particulier celles de taille moyenne, est également éligible à ce fonds dont l'objectif principal est le développement économique de Mayotte.

Ce fond permet également d'aider des projets à vocation sociale, comme le financement d’investissements en faveur des mineurs en difficulté ou les personnes âgées ou handicapées.

Il peut également venir en appui au financement d’actions à caractère sanitaire et/ou médico-social ou en faveur des jeunes enfants mais également le financement de cantines scolaires.

La prévention de l’exclusion sociale et de l’hébergement d’urgence peuvent également prétendre à ce fonds.

Le fonds mahorais de développement économique, social et culturel (FMDESC), créé par la loi du 7 décembre 2010 relative au Département de Mayotte, a pour objectif notamment de structurer et d’impulser l’économie locale, de soutenir le développement et la modernisation des entreprises ou des secteurs économiques, de stimuler la concurrence et de développer des secteurs stratégiques.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Maadabass le Lun 27 Juin - 17:21

Mayotte - « Jeune cherche entreprise qui cherche jeune »… où le bât blesse-t-il ?

Par Annette Lafond
Mercredi 13 Avril 2011 à 16:42:53


La semaine de l’industrie se terminait par les journées portes ouvertes du lycée professionnel de Dzoumogné auxquelles assistaient des chefs de grosses entreprises mahoraises.

«Il y a des jeunes sans qualification et sans emploi alors que d’un autre côté, il existe des métiers qui ont besoin de jeunes : un partenariat entre l’éducation nationale et les entreprises est nécessaire pour que les jeunes trouvent un emploi par choix et non par défaut » tel était le constat dressé par Eric Stiegler, inspecteur de l’éducation nationale, chargé de la formation professionnelle initiale et continue au vice-rectorat de Mayotte.

Aussi de nombreuses entreprises comme Lafarge, Somagaz, SNIE, EDM, Laiterie de Mayotte ou SCAM étaient présentes à travers leurs chefs d’entreprises, au côté de l’Unité de Formation par Apprentissage, le GSMA, OPCALIA ou LADOM.

L’état des lieux est encore difficile à dresser, les chiffres étant divergents entre l’INSEE et la pesée économique de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI), mais on peut tabler sur 5000 salariés environ dans le secteur industriel à Mayotte, y compris le secteur du Bâtiment. « Une seule industrie s’est installée en 2010 » signalait Ida Nel, présidente de la CCI.

Devant l’atonie ambiante, les filières d’espoir où l’emploi pourrait se développer selon Ida Nel, gravitent autour de « l’environnement comme les bâtiments basse-consommation, ou l’exploitation des algues en cosmétique ou comme bio fioul, ou le reconditionnement de matières premières comme la confection de couches, car avec 82.000 enfants sur l’île, c’est anormal que nous soyons obligé d’importer ! »

Secteur industriel cherche idée lumineuse...

« Il faut former les jeunes pour qu’ils soient polyvalents dans le secteur alimentaire car nos anciens salariés ne font que répéter les gestes et la plupart ne peuvent évoluer. Nous avons besoin de main d’½uvre en filière de froid et aucun jeune n’est formé » complétait Olivier Novou, Laiterie de Mayotte.

Le chef de travaux du lycée de Dzoumogné intervenait pour signaler que « former le jeune en fonction de la demande de l’entreprise, c’est notre travail : nous venons chez vous pour un diagnostic et nous travaillons avec le jeune en formation initiale ou continue ».

Vice-rectorat, INSEE, DIECCTE et Pôle emploi avait organisé cette table ronde
« Formation et productivité, les deux mamelles de l’industrie »

Quant à Olivier Flambart, directeur d’EDM, il signalait avoir « besoin de services aux entreprises comme la gestion du parc automobile ou informatique. D’autre part, 50% de nos salariés n’avaient pas le Bac jusqu’à présent or nous recrutons désormais des bac professionnels, des licences ou des niveaux ingénieurs que nous faisons venir de métropole, alors que je préfèrerais avoir recours à la main d’½uvre sur place bien formée ». Olivier Flambart qui propose un parrainage par un chef d’entreprise d’un bachelier « qu’on enverrait se former en métropole avec un engagement d’emploi en retour ». Et poursuivait : « je vais investir 100 millions d’euros sous 3 ans pour employer 15 électrotechniciens qu’il faudrait former ici à Mayotte ».

Les chefs d’entreprises sont unanimes : le problème ne vient pas que de la formation, mais aussi de la compétitivité. « Des droits de douane sont les mêmes sur les produits finis que sur les matières premières, ce qui diminue notre productivité » déclarait Ida Nel. « Le produit fini, comme la bouteille de gaz, est plus cher que le produit importé » renchérissait Stephan Rougy, Somagaz, « Rizomay a fermé car il produisait plus cher que le sac de riz importé. Il faut réorganiser la fiscalité ».

Olivier Novou glissait que devant le manque de compétitivité à Mayotte, l’Oréal qui devait s’y installer, était partie en Indonésie.

« Ce n’est pas aux industriels locaux de porter l’économie de l’île à bout de bras ! » poursuivait Didier Chayramy, directeur de Lafarge, « l’Etat doit faire un effort ».

Alors qu’Olivier Novou signalait le peu d’attirance que ces métiers de l’industrie représentaient pour un jeune : « on travaille debout, les machines sont techniques, font du bruit… ça leur fait peur ! ». Et du côté des jeunes justement, Anfidine témoignait sur son travail à la Colas : « après être passé par le lycée professionnel de Dzoumogné en CAP maçonnerie, je suis entré à la Colas où je suis chef d’équipe. Chaque jeune qui se forme en alternance devrait pouvoir compter sur une entreprise, or nous avons du mal à trouver des stages. Entreprises : accueillez les jeunes ! ».

A.L.

(Source : Malango Actualité)
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Maadabass le Mar 28 Juin - 19:05

Mayotte - Déclarer des revenus ! Pour quoi faire ?
Par Annette Lafond
Jeudi 26 Mai 2011 à 21:22:16


La feuille de déclaration d’impôt sur le revenu gagne toujours plus de terrain dans les boites aux lettres mahoraises, où elle n’est pas toujours bien comprise. Les explications pour la déclaration 2010.

Soulai vient de poser une feuille rose sur la table : « tu peux me donner l’argent ? » interroge-t-il son employeur. C’est que depuis 7 ans, ce comorien qui possède une carte de séjour, fait le ménage et le jardin dans cette maison, et que cette année, une lettre à en-tête Direction des Services fiscaux de Mayotte vient de lui parvenir. Le côté positif, c’est qu’il n’a pas, contrairement à une multitude d’autres habitants, de problème d’adressage. Mais « l’obligation de déclarer un salaire » est déjà, à lui tout seul, un ensemble de mots dont il a du mal à comprendre le sens.

« C’est pour cela que nous avons renforcé l’accueil à la direction des Services fiscaux (*), boulevard de l’hôpital, où nous avons accueilli 4500 personnes en 2010 » souligne Héric Jean-Baptiste, le directeur de la maison, « car il faut que la population comprenne que la fiscalité va prendre une place de plus en plus importante à Mayotte ». Et si l’île est encore en autonomie fiscale par rapport à la métropole, « son service informatique se rapproche de plus en plus de la norme ».

Quelques particularités demeurent car si, sur la feuille de déclaration, ne figurent plus les 1ère épouse, 2ème épouse…, la polygamie ne s’étant pas éteinte d’un coup de baguette magique, il est quand même demandé « Le cas échéant, nom et prénom du concubin »…

Et il faut gérer le supplément de 40.000 contribuables en plus en 5 ans, soit 62.000 en 2010 : « cette hausse s’explique par la prise de conscience que l’avis d’imposition est demandé pour toute démarche administrative, mais elle est aussi considérée par la Préfecture comme pièce indispensable pour prouver la nationalité française ».

Le travail des services fiscaux ne sera rentable que pour la moitié des déclarations puisqu’en 2010, 58% des contribuables étaient non imposables. Contre 46,55% en métropole et 73,34% à La Réunion ! Ce qui sous-entend que la part de contribuables non imposables va encore croître à Mayotte de manière importante.

La déclaration de revenus permet d'ajuster les retenues à la source
« Les dispositifs autour du photovoltaïque maintenus à Mayotte »

La totalité des impôts, directs et indirects perçus à Mayotte alimente le budget de la Collectivité départementale, soit 30 millions d’euros en 2010, avec une difficulté : « les élus ont tendance à ne pas voter toute disposition qui va à l’encontre de l’accroissement du budget ».

Les informations apportées sur la déclaration ne sont bien souvent pas complètes, « l’écrit n’ayant pas la même importance qu’en métropole. Nous avons néanmoins besoin d’un état civil correct, de connaître le nombre exact de personnes à charge, et que soit indiqué tout changement dans la situation familiale, d’une adresse fiable et d’une carte d’identité pour ceux qui déclarent pour la 1ère fois ».

Le même barème que l’année dernière est conservé, « pour une charge fiscale moins lourde » signale Héric Jean-Baptiste. Du côté des nouveautés qui déplaisent, les déductions d’intérêts d’emprunt pour la résidence principale ne seront prises en compte que pour les logements neufs. Au chapitre des bonnes nouvelles : les réductions d’impôts pour les économies d’énergie (matériaux d’isolation ou récupération des eaux pluviales) et pour l’achat de logements sociaux sous condition de surface comprise entre 50 et 150 m². Ainsi que les investissements en loi Sellier sur l’achat de logements neufs à Mayotte et loués pendant 9 ans, et jusqu’à 15 ans.

Le dispositif concernant le photovoltaïque est maintenu à Mayotte : « la défiscalisation est toujours valable au même taux et ce, pour plusieurs années » se réjouit Héric Jean-Baptiste, bataille qu’il a mené à Paris. Le seul inconvénient pour ceux qui ont investi dans le solaire est donc la baisse du prix de rachat par Électricité de Mayotte (EDM).

« Ne pas oublier de mentionner la retenue à la source sur la déclaration » est l’ultime recommandation d’Héric Jean-Baptiste qui sera reparti avant la campagne 2012.

Ceux qui, au 30 mai, n’auront pas encore reçu leur imprimé, devront venir en chercher un à la direction des services fiscaux.

La date limite d’envoi est le 19 juin.

A.L.

(*) 02 69 61 81 10. Les services fiscaux se déplaceront de 8h30 à 12h dans les communes les plus éloignées : à Mtsangamouji le 1er juin, à Bouéni le 7 juin, à Pamandzi le 9 juin, à Dzaoudzi le 14 juin et à Acoua le 16 juin. Egalement à la gendarmerie de Petite Terre le 27 mai à 10h30.

(Source : Malango Actualité)
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Maadabass le Mar 28 Juin - 19:08

Par Annette Lafond
Mercredi 25 Mai 2011 à 20:47:32


Si le ciel et la Terre n’avaient déjà été créés à Mayotte, on aurait pu croire ce matin à un remake de la Genèse ! Le front de mer, le contournement de Mamoudzou, le pont entre Petite et Grande Terre ou les aménagements urbain : la Mayotte de demain sortaient des imaginations.

De demain ou d’après-demain : « nous avons eu du mal à nous mettre d’accord sur certains projets » commentait le secrétaire général aux affaires économiques et régionales, François Mengin-Lecreulx, qui livrait son ultime conférence de presse sur l’île avant son départ en Guyane, appuyé par Cris Kordjee, Directrice générale (DGA) de l’aménagement à la mairie de Mamoudzou qui nous glissait que « les débats ont parfois été virils » entre le Conseil général, la mairie de Mamoudzou et l’Etat.

Commençons par le bord de mer de Mamoudzou : « il faut distinguer d’un côté le pôle économique que représente la place du Marché dont le transfert du foncier vers le Conseil général vient de s’opérer, avec les brochettis, les gares routière et maritime, la viabilisation du parking, et de l’autre coté le pôle villégiature qu’est le « water front » (front de mer) à la charge de la ville de Mamoudzou ». Selon le sous-préfet, le schéma d’aménagement sera présenté dès le mois de septembre, en fonction des décisions prises par les élus. La CCI sera une des candidates à l’appel d’offre.

Le terre-plein de M’tsapere ensuite : l’idée de départ de construire uniquement des logements sociaux a été abandonné par manque de rentabilité pour le promoteur « qui doit se rémunérer sur la cession des parcelles. Nous sommes maintenant parvenu à un équilibre financier grâce à l’implantation de magasins, de bureaux et d’une mosquée, sans oublier une part de logements sociaux ». Terre-plein qu’il faut rehausser de 70 cm car sous le niveau de la mer, avec un coût lié de réfection des réseaux de 30 millions d’euros. En attente d’un accord entre le préfet, le maire et le président du Conseil général sur le financement, « l’appel d’offre pourrait être lancé dès septembre, avec une première sortie de terre des bâtiments en 2013 » selon Cris Kordjee.

Sur la Zone d’Aménagement Concertée (ZAC) de Hamaha, une trentaine de logements sociaux sont prévus avec un espace commercial et des services publics de proximité. « Le plan de financement a été validé par les partenaires et le lancement de l’opération pourrait se faire à la rentrée ».

Les tant attendus transports collectifs urbains devraient être lancés « avec au départ une 1ère ligne et des aménagements légers » mi 2012 : abribus, marquages au sol sur la place du marché et puis sur les routes pour fluidifier la circulation. Les transporteurs actuels pourront répondre à l’appel d’offre. Là encore, c’est le Conseil général qui impulsera le rythme selon Cris Kordjee.

Cris Kordjee: "Nous avons capitalisé de l'expérience durant ces dernières années"
« « Contourner Mamoudzou » : le rêve des provinciaux de brousse ! »

Le désengorgement du trafic croissant passera par le contournement de Mamoudzou, où vivent 60.000 des plus de 200.000 habitants que compte Mayotte et où se concentre 85% de l’activité économique de l’île. Le bureau d’étude donnera ses conclusions à l’automne. Deux possibilités : par les hauts ou par la mer. Dans le premier cas, la déviation pourra relier Koungou à Tsoundzou, ou plus restreinte, Kawéni à Doujani. Il faudra en fonction du choix, effectuer une étude technique, puis régler les questions foncières… « ce qui reporte le projet à 2014, qui, avec un coût supérieur à 130 millions d’euros pourrait bénéficier des fonds européens ».

La réhabilitation de la zone industrielle Nel, « construite sans gestionnaire, dont une partie est une voie privée, l’autre cadastrée Collectivité », impliquera tout d’abord une reprise des réseaux d’écoulement des eaux, « certains ayant au fil des constructions, bouchés les conduits », qui couteront à eux seuls 600.000 euros, auquel il faudra rajouter la réhabilitation de la voierie. Il est envisagé de relier les zones Nel et de Kawéni en passant par l’entreprise Colas, permis par un accord récent de tracé entre Ida Nel et l’ entreprise Cananga, « ce qui permettra déjà de créer une boucle routière à Kawéni ».

Enfin, la route qui relie le rond point SFR à Cavani, la CCD 14, fait l’objet d’un projet de réaménagement de la voirie, avec une réfection de la chaussée, des trottoirs, la pose de mobilier urbain… sous réserve de validation politique derrière.

Tous ces projets ont fait l’objet de plusieurs conférences de presse, mais « heureusement que nous n’avons pas réalisé maintenant ce qui avait été décidé il y a 20 ans, il faudrait sûrement tout refaire ! » s’exclamait Cris Kordjee, en expliquant que l’Etat, « à travers François Mengin-Lecreulx, a été un interlocuteur qui évaluait en permanence la faisabilité, conseil précieux car nous avons ainsi pu mobiliser ensuite les savoirs faire locaux ».

L’adjoint au maire de Mamoudzou, pour l’aménagement et la politique de la ville, Djanfar Saïd Mohamed, était interpellé sur l’aménagement, stagnant, de l’ancienne place du marché à Mamoudzou : « il s’agit de factures impayées pour 146.000 euros », mais « c’est un problème interne à notre régie » nous expliquait Cris Cordjee, « qui ne remet pas en cause notre participation sur ces grands projets où nous sommes partenaires ».

Quant à M’Gombani-Mamoudzou, l’aménagement est déjà en route : « 104 cases seront réhabilitées avec une accession sociale à la propriété, un réaménagement urbain comme prévu » détaillait François Mengin-Lecreulx.

Sur les chantiers de long terme, le pont (budgétisé 500 millions d’euros) entre Petite et Grande terre est devenu un téléphérique (90 millions d’euros) version François Mengin-Lecreulx : « il faut regarder ce qui se fait ailleurs comme des véhicules sur rail au Japon ».

Quant à la concentration de l’activité autour Mamoudzou, « il faut créer des zones d’activités en dehors du bassin de Mamoudzou, mais le manque de foncier incitera les entreprises à aller ailleurs. Le Sud s’oriente vers le tourisme, c’est la zone autour de Sada qui risque d’être désertée ».

Les brochettis de la place du marché

Du côté du Conseil général, absent de la conférence de presse, on est plus mesuré. Si Philippe Jusiak DGA Aménagement, infrastructures et environnement, parle de projets concertés, et semble optimiste pour le front de mer ou l’aménagement de la CDD14 ou le contournement de Mamoudzou, « tout dépend des arbitrages des élus mi juin lors du vote du budget et des décisions prises par le nouveau DGS, André Dorso ». Quant au terre-plein de M’Tsapéré, « le déficit est de 18 millions d’euros, et l’équilibre n’est obtenu qu’en injectant des fonds publics… ». Rien n’est donc acquis.

Pour le sous-préfet, Mayotte accèdera bien aux fonds européens dès 2013, et la Commission de Coordination et de Contrôle se penche sur la capacité locale à gérer ces fonds, « la plate-forme Presage (1) servira à ça ».

A.L.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par gadom le Mar 28 Juin - 19:16

le terre plein de MSTAPERE... un massacre de la DE qui n\'as meme pas été capable de le mettre aux normes, des hectares de mangroves sacrifées entrainant la mort des récifs et donc la disparition des poissons (la terre asphyxie les coraux) et on va rajouter 30 millions d\'euros sur une merde déficitaire de 18 millions d\'euros?
franchement Annette lafond je trouve cet article très conciliant. suspect même

gadom
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Maadabass le Jeu 7 Juil - 22:46

Indexation des salaires à Mayotte :
« risque de tensions » selon François Baroin


Par Annette Lafond
Vendredi 1 Juillet 2011 à 20:03:58


Interpellé par notre député Abdoulatifou Aly sur la question de l’indexation des salaires dans le cadre de l’adaptation de régime juridique de droit commun, le gouvernement par la voix du ministre du Budget, souligne deux risques majeurs.

Arguant que seuls quelques fonctionnaires bénéficient à Mayotte du régime d’indexation des salaires, censés compenser la cherté du coût de la vie sur une île ultramarine : « certains journalistes du réseau France Ô, les gendarmes et les militaires exclusivement », et soulignant ainsi le « manquement grave au principe d’égalité dans les salaires », qui accentue en outre « l’écart entre les agents de Mayotte et les agents en fonction dans les autres départements d’outre-mer », Abdoulatifou Aly demandait en séance de l’Assemblée nationale du 29 juin à François Fillon, premier ministre, quand il comptait recevoir le président du Conseil général et les trois parlementaires de Mayotte.

François Baroin, ministre du Budget rappelait au député, le caractère « progressif et maîtrisé » de la départementalisation, mais surtout replaçait la problématique de l’indexation des salaires sur 2 niveaux. Sur le plan social tout d’abord, soulignant « le décalage important entre les fonctionnaires et les autres catégories sociales. Il nous est remonté, par votre biais, et d’ailleurs à juste titre, l’existence d’un niveau de tension que nous avons le droit et le devoir d’examiner et d’intégrer dans la gestion de ce calendrier commun ».

Au niveau économique ensuite : « aligner la surrémunération des agents de la fonction publique à Mayotte constituerait probablement une charge intenable pour les collectivités territoriales. La situation est déficitaire. Nous devons donc être attentifs et prendre le temps ».

Le ministre du budget rajoutait également que « le président du conseil général de Mayotte et les parlementaires ultramarins, à Mayotte comme ailleurs, s’interrogent aujourd’hui sur cette surrémunération et sur la différence qui peut exister entre les membres de la fonction publique et les autres. Nous sommes favorables à l’observatoire ».

Le compte rendu de séance de l’Assemblée nationale fait état « d’applaudissements sur plusieurs bancs du groupe UMP » à la suite de la réponse du ministre.

A.L
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Becam le Jeu 7 Juil - 22:50

Cette indexation des salaires est surtout réclamée par les instits Mahorais mais leurs résultats ne plaident pas en leur faveur.
En se connectant sur le site du Ministère de l'Education on peut trouver ceux de l'évaluation CE1-CE2 (et ceux de CM2-6° sont du même acabit), chiffres qui n'ont surtout pas été communiqués par le SE de Rivo ni même par le Vice-Rectorat de Mayotte. Il y a comme ça des trophées dont on ne peut dignement être fier!
En Français, 64% des élèves ont un niveau très insuffisant alors qu'ils sont 7% à l'échelon national. 8% seulement à Mayotte obtiennent des bases solides contre 51% pour la France.
Certes, le Français n'est pas dans cette île la langue maternelle (36 ans après le referendum de 1975 par lequel les Mahorais demandaient leur rattachement à la France, c'est un peu longuet pour des gens se disant polyglottes!), alors peut-être y a-t-il plus d'espoir avec les Mathématiques?
Hélas non: 61% ont un niveau très faible contre 10% à l'échelon national, et seulement 9% ont des bases solides contre 52% pour la France entière.
Si ce n'est pas un fiasco retentissant ça y ressemble beaucoup, et je ne comprends pas pourquoi on récompenserait des pseudo-instits qui continuent à massacrer des générations d'enfants.

Becam
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Dédémay le Jeu 7 Juil - 22:51

et l'indexation de la productivité et de l'efficacité au boulot iront de pair ?

Dédémay
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Valentin le Jeu 7 Juil - 22:52

Valentine / Certes les résultats dans le primaire sont plus que médiocres mais les instits ne sont pas tous Mahorais. Et si l'on considère le secondaire, ce n'est guère plus brillant, alors que les enseignants sont quasiment tous des fonctionnaires touchant une surrémunération doublant leur salaire plus des primes à n'en plus finir ; tous ces avantages sont injustifiables par les résultats obtenus et insustifiables moralement !

Valentin
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Becam le Jeu 7 Juil - 22:54

A Valentine,
Vous avez raison, tous les instits à Mayotte ne sont pas Mahorais. Il y a aussi quelques Métropolitains sans aucune fibre ou formation pédagogique simplement venus traîner leur flemme au soleil avec les mêmes performances que les locaux, et ce n'est pas plus rassurant.
Concernant les résultats dans le secondaire que vous évoquez, s'ils n'atteignent pas encore les standards de la Métropole je ne les trouve pas si catastrophiques, et même honorables si on considère le niveau pitoyable des entrants en 6°. Pour obtenir une moyenne de 70% de bacheliers il ne peut y avoir que trois solutions:
1/ Soit les élèves sont particulièrement méritants pour rétablir une situation qui semblait perdue d'avance, et il y a du vrai.
2/ Soit, et tout le monde le sait mais personne ne veut le reconnaître la notation est largement généreuse. Il doit sûrement y avoir du vrai là aussi car il suffit de constater l'effondrement des bacheliers partis en Métropole se confronter à la vie réelle, leur taux d'échec est retentissant.
3/ Soit enfin mais il ne faut pas rêver, les enseignants expatriés sont de super profs capables de soulever des montagnes. Auquel cas leurs salaires et primes qui vous restent en travers de la gorge et injustifiables à vos yeux sont au contraire parfaitement justifiés.
Sincèrement, je pense que la réponse est un mélange des trois.

Becam
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par mahorais le Jeu 7 Juil - 22:56

éponse à Bécam et Valentine. iL faut regarder le problème en amont, vouloir comparer un élève Parisien à un Mahorais certes, mais il faudrait surtout aussi comparer leurs conditions et leurs mayens de travail. C'est un pur comparaison d'un riche enfant Parisien et d'un pauvre enfant Mahorais.Si la France arrête, depuis trente cinq ans déjà, de considérer Mayotte comme un territoire d'exception, en lui réfusant de lui accorder tous les moyens nécessaires pour leurs réussites (comme en France métropolitaine et les autres DOM), on n'aurait pas aujourd'hui ces résultants plus qu'alarmant. La France est hypochrite et depuis trante cinq ans elle n'offre même pas le minimum aux Mahorais et qui sont à chaque fois obligés de travailler deux fois plus pour un même résultat. ces instits Mahorais nuls dont vous parlez sont le résultat de génération qui n'ont jamais eu le stricte minimum contrairement aux autres DOM et les métropolitains. Vous les métropolitains qui venaient à Mayotte ne sont bons qu'à nous mépriser alors ne vous étonnez pas si la racisme prend de plus en plus de place à Mayotte car je peux dire que à Mayotte on importe de tout, même le racisme, qui vient tout droit de la métropole.

mahorais
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Becam le Jeu 7 Juil - 22:59

A " mahorais",
Et vlan, voilà le racisme qui s'invite encore dans un débat où il n'en était pas question, ça devient fatiguant.
Si vous savez bien lire je n'ai à aucun moment méprisé les Mahorais, au contraire j'ai salué le mérite des élèves et égratigné au passage la flemme de certains Métropolitains.
De même , je n'ai jamais comparé comme vous le dites un petit Parisien riche et un petit Mahorais pauvre. Je n'ai fait que reproduire les résultats globaux du Ministère de l'Education qui annonce les chiffres département par département et les compare à la France entière, sans référence ethnique ou sociale.
Mais vous préférez vous complaire dans la victimisation et c'est trop facile, surtout quand vous assénez des mensonges concernant le désintérêt de la France pour l'éducation à Mayotte depuis 35 ans.
La preuve: "L'éducation en chiffres", document publié par le Vice-Rectorat de Mayotte concernant l'évolution entre 1997 et 2010 et les structures scolaires à la poursuite de la démographie (élément à ne pas négliger sur l'île, si vous voyez ce que je veux dire...).
*Nombre d'élèves: de 43158 à 81506.
*Ecoles: de 158 à 195.
*Collèges: de 11 à 19.
*Lycées: de 4 à 9.
Si le racisme vient de la Métropole comme vous le prétendez, alors qu'à mon avis c'est d'abord une production endogène, n'oubliez surtout pas que l'argent nécessaire à tous ces efforts en vient aussi mais vous n'êtes pas obligé de dire merci.

Becam
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Maadabass le Lun 5 Sep - 17:17

Mayotte – Elus du Conseil général :
convaincre la presse pour rassurer les banques



Par Annette Lafond

Mercredi 31 Août 2011 à
11:09:17
-
Economie


Daniel Zaïdani et Ibrahim Aboubacar, respectivement
président et vice-président du Conseil général, n’ont pas le choix :
avec un déficit de 65M¤ annoncé par la Chambre Régionale des Comptes qui
renvoie le budget prévisionnel vers le Préfet, il va falloir faire les
yeux doux au secteur bancaire. Alors que selon eux, le manque de pièces
justificatives a gêné une élaboration correcte du budget prévisionnel,
une liste de charges jugées indument payées par la Collectivité est en
cours de préparation avec les services de l’Etat. Alors qu’aucune
compression de masse salariale n’est à l’ordre du jour.






Daniel Zaïdani et Ibrahim Aboubacar défendent le pré
carré des emplois de la Collectivité
Crédit photo : A.L./Malango

« Le budget primitif pour l’exercice 2011 ne
comprend pas les mesures suffisantes au rétablissement de l’équilibre
budgétaire, dans le cadre de la poursuite du plan de redressement
», plan qui avait été décidé l’année dernière, mais peu suivi comme en témoigne le rapport de la CRC : « le déficit de la section de fonctionnement est supérieur à celui prévu par le plan de redressement ».
« Le
budget primitif pour l’exercice 2011 ne comprend pas les mesures
suffisantes au rétablissement de l’équilibre budgétaire, dans le cadre
de la poursuite du plan de redressement
», plan qui avait été décidé l’année dernière, mais peu suivi comme en témoigne le rapport de la CRC : « le déficit de la section de fonctionnement est supérieur à celui prévu par le plan de redressement ».
Petit retour en arrière : en novembre 2009, la chambre territoriale des comptes de Mayotte
(CTC) constate le déséquilibre du budget prévisionnel 2009 de la
Collectivité, et propose des mesures de retour à l’équilibre, mesures
dont le Conseil général de l’époque s’éloigne, incitant le Préfet Hubert Derache
à le régler en juillet 2010. Nous nous retrouvons donc en 2011 peu ou
prou dans le même cas de figure, avec l’espoir que le budget soit
arrêté d’ici la fin de l’année, ce qui n’avait pas été le cas en 2009.
En tout cas, tout est entre les mains des élus du Conseil général.
Que dit le rapport de la Cour des comptes ? D’abord que « l’aggravation du déficit est liée à des recettes moindres (-18,5M¤) du fait du ralentissement de l’activité économique ».
Mais alors que les crédits d’investissement ne sont toujours pas
consommés (54% exécutés par rapport aux prévisions), plombant le
développement de Mayotte et donc les recettes fiscales que pourrait
engranger la Collectivité, c’est toujours le fonctionnement du Conseil
général qui pose problème : avec un déséquilibre de 59,2M¤, le budget
de fonctionnement dépasse de 27,5M¤ le montant autorisé par le plan de
redressement… Pourquoi ? Plusieurs pages du rapport sont consacrées
aux dépenses de personnel…
« Wanted : perdu plan de réduction des effectifs »

Car
malgré une meilleure maitrise des dépenses en matière de
télécommunications, de véhicules, de frais de missions entre 2009
(43M¤) et 2010 (33M¤), imputable donc à la majorité Douchina,
la réduction des dépenses relatives aux charges du personnel (-11M¤
sur la même période) est liée à l’intégration dans les services de
l’Etat d’agents mis à disposition par le département. Or, selon la
Chambre, le président Zaïdani, qui s’était « engagé à poursuivre la maîtrise de ses charges de personnel, notamment par l’absence de tout nouveau recrutement », les accroit de 2M¤ pour, comme il l’avait annoncé, créer 33 postes de cadre catégories A et B, « il faut encadrer notamment la mise en place du RSA ». Mais surtout, « au
1er juillet 2011, le nombre total d’agents du Conseil général, hors
Service du transport maritime (STM) et Pompiers, a progressé de 43 par
rapport au 31 décembre 2010
». Auxquels il faut rajouter « 54 nouveaux contrats à durée déterminée depuis le 1er janvier 2011, sur des durées allant de 2 mois à 4 ans » !!
Ce
qui porte à 3.048 agents travaillant pour la Collectivité au 1er
juillet 2011, soit un montant CRC de 86M¤ pour l’année, 2M¤ de moins
qu’espéré par la Collectivité. Le rapport le préconise, et l’arrêté du
préfet le demande : « il importe de geler ou réduire les postes du chapitre 65 sur lesquels les économies sont réalisables », c’est à dire ceux du STM, du Smiam
(Syndicat mixte d’investissement pour l’aménagement de Mayotte), des
trois chambres consulaires, des bourses, mais aussi d’associations, ce
qui permettrait là aussi d’économiser 1M¤.
La Chambre est d’autant plus mécontente qu’en 2010 elle avait demandé un « plan d’action de réduction des effectifs sur 3 ans », dont elle n’a jamais vu la couleur en regrettant que « sur
une question aussi primordiale pour la réussite du plan de retour à
l’équilibre, le département n’ait pas respecté les engagements qu’il a
pris
», alors que « contrairement aux préconisations de la Chambre, le Conseil général a maintenu en 2011, les contrats d’un mois ».
Responsabilité que Daniel Zaïdani fait porter à l’ancienne majorité en
assurant que ces contrats courts cesseront à compter du 31 décembre.
Le STM, un mammouth bis
« Touchez à nos indemnités mais pas à nos agents »

Mais, pour le président actuel, pas question de toucher à la masse salariale : « nous ne pouvons rompre des contrats en cours » glissait-il à la presse en maintenant la nécessité d’emploi de cadres. « Ok, à condition de s’engager sur la diminution des contrats à durée déterminée » répond la Chambre. Et le président de renchérir : « nous
pouvons faire une économie non plus de 2M¤ comme demandé, mais de 10
millions d’euros, en supprimant les charges que nous supportons
indument en matière de main d’½uvre et qu’il revient à l’Etat de payer,
c’est à dire tout le personnel mis à disposition
».
D’autre
part, selon Daniel Zaïdani, 20 autre millions sont également du
ressors de l’Etat, soit un montant de charges indues de 30 millions
imputées à l’Etat, et de 8 millions imputables aux communes. « A raison de 10 millions d’économie par an sur la main d’½uvre, nous allons vite résoudre le déficit ! »
s’exclame le président Daniel Zaïdani. Alors que pour son 1er
vice-président, c’est surtout sur le ratio de bonne gestion (masse
salariale divisée par les recettes de fonctionnement) que cette masse
salariale fictive pèse.
Plusieurs réunions sont
en cours avec les services de l’Etat pour établir une liste exacte de
ces charges indues. A noter que dans une première liste figurent
l’acquisition pour 1 millions d’euros d’un terrain en Petite Terre pour
construire un hôpital, mais aussi 115 agents travaillant pour « la justice musulmane », poste dont le montant s’est accru de 90% en 2 ans !
Autre
poste sur lequel peut se porter l’effort : les indemnités des élus qui
ont été revues à la baisse par la Chambre, à leur demande.
L’équipe
Zaïdani se plaint d’un plan de restructuration élaboré au moyen de
données budgétaires fausses et demande de concert avec le nouveau
préfet « plus de rigueur dans l’élaboration des postes ». « Nous allons comme le demande la Chambre fournir une présentation M52 » ainsi un nouveau plan de restructuration sera élaboré.
Enfin,
autre économie sur laquelle les élus veulent jouer : la part du budget
allouée aux communes, appelé Fonds Intercommunal de Péréquation (FIP),
soit 20% des recettes de la Collectivité. Cette dernière avait tenté
de la réduire à 15%, mais le vote était hors délai. Nul doute que cette
année, la mesure sera votée à temps. Cependant, cela plombera un peu
plus des communes qui n’ont toujours pas de fiscalité propre pour
assurer leurs dépenses.
Tout cela donnera lieu à
une décision modificative du budget lors de la session de l’assemblée
du 29 septembre, décision qui sera ensuite examinée par la chambre.
A.L.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Maadabass le Lun 5 Sep - 17:20

Des autoroutes d’eau potables à Mayotte


Par Annette Lafond

Vendredi 2 Septembre 2011 à
07:33:48
-
Consommation


La pénurie en eau potable frôlée au cours de la saison
chaude a incité le Syndicat des eaux à lancer les travaux d’urgence pour
compenser les aléas du relief mahorais qui avantagent le nord de l’île
au détriment d’un sud qui continue à manquer d’eau.






Explications de Maoulida Soula entouré de Jean-Michel Cardon et de Moula Issouf Madi
Crédit photo : A.L./Malango

Le déficit
en pluviométrie
qu’a connu Mayotte à la fin de la saison des
pluies a menacé sa desserte en eau potable. Et si les tardives
intempéries ont permis de remplir la retenue collinaire de Combani
de manière satisfaisante (100%), « avec celle de Dzoumogné,
remplie à 75%, nous partons avec un déficit d’eau
»
expliquait Jean-Michel Cardon, directeur du Syndicat
Intercommunal des Eaux de Mayotte
(Sieam).

Ce dernier, appuyé par le Comité
de veille
qui s’était constitué en janvier, avait établi dès
lors un programme de travaux d’urgence pour garantir la
distribution d’eau potable aux ménages. La première tranche des
travaux comprend la construction d’une station de pompage de 90
m3/h sur le site du réservoir de M’tsangamouji.

Il fallait tout d’abord compenser le déficit en
eau du Sud de l’île en connectant son réseau à celui du nord, où
la ressource en eau est surabondante.


Les travaux partent du forage de Mtsangamouji où la
construction d’une station de pompage de 90m3/h permettra de
distribuer 1300 m3/jour d’eau potable à l’usine de l’Ourovéni
d’où le réseau d’adduction d’eau potable desservira les
communes du Sud de l’île. Et d’autre part, la pose de 13.000 m
de tuyaux, toujours depuis M’tsangamouji, permettra d’acheminer
l’eau vers l’usine de traitement d’eau potable de Bouyouni qui
pourra ainsi alimenter le Grand Mamoudzou où se concentre la
principale consommation en eau potable.


Une première tranche de 3.500 m de tuyaux est en
cours de pose entre M’tsangamouji et le Carrefour de Soulou (entre
la CCT1 et la CCT2) : « nous aurons terminé au mois de
novembre
» estime Cyril Vincent, responsable des travaux
pour Sogéa.
Le manque d’activité dans le BTP en général sur l’île leur a
permis de dégager 50% de leurs effectifs chantier pour ces poses de
tuyaux. Ils sont dans les temps malgré les aléas : « l’enrobé
à casser, mais qui sera remplacé une fois les tests de raccordement
effectués
» et les croisement avec les gaines de fibres
optiques « pour lesquelles des sondages étaient
nécessaires
» commente Robert Mercadal, le chef de
chantier.

La deuxième tranche concerne la pose de 5000m de
tuyaux entre le carrefour de Soulou et celui de Dzoumogné, toujours
sous la responsabilité de la Sogéa, et la dernière entre le
carrefour de Dzoumogné et l’usine de Bouyouni, soit 5000 m, marché
remporté par l’entreprise Colas
qui attend pour commencer que le navire chargé de tuyaux arrive à
Longoni.

8 kms de tuyaux entre Mtsangamouji et Bouyouni

« Vous nous volez notre eau ! »


Vaste chantier qui coute pour l’instant 6 millions
d’euros sur l’année, « pour une enveloppe de départ de
14 millions d’euros, sur laquelle le Conseil général devait
participer à hauteur de 3 millions d’euros, dans le cadre du
Contrat de projet, mais dont nous n’avons pas vu la couleur !
»
annonçait Maoulida Soula, président du Smiam.
A ce sujet, la Chambre régionale des comptes, dans le rapport qui
renvoie le budget primitif de la Collectivité vers le préfet,
« invite le Conseil général à passer une délibération
cadre avec le Sieam pour la mise en ½uvre du Contrat de Projet
»
et afin de régler la somme de 4,6M¤ sur les 5,9 M¤ dus…

« La population de
M’tsangamouji s’inquiète : on est en train de voler les
richesses de la commune et la facture est toujours plus chère !
»…
le maire de M’tsangamouji, Moula Issouf Madi était venu interpeler
le président du Sieam en compagnie de son deuxième adjoint Haidar
Attoumani Said. Maoulida Soula répétait que le Sieam ne faisait que
transporter la ressource là où elle existe vers les endroits de
Mayotte qui en sont dépourvus, et insistait sur l’absence
d’augmentation des tarifs de l’eau « le Sieam prenant en
charge des coûts de production supérieurs, liés aux dépenses
électriques inhérentes au pompage et à l’acheminement de
l’eau
».


Le programme d’urgence comprend également la
construction de 9 forages alors que 13 sont en activité
actuellement, avec la mise en services de ceux de Bouyouni et
Gouloué, la réalisation d’une 3ème retenue
collinaire, la normalisation des réseaux de Petite-Terre, les plus
anciens de l’île, donc les plus sujet aux fuites.

Cette énergie à tout mettre en ½uvre pour
qu’aucun habitant de l’île ne manque d’eau potable ne doit pas
faire oublier les gestes quotidien qui évite tout gaspillage,
« ainsi que va le rappeler la campagne de communication que
nous reprendrons fin septembre
» conclut Jean-Michel
Cardon.

A.L.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par jodeau le Lun 5 Sep - 17:21

Les comoriens
savent pourtant ce qu'est la solidarité ! La seule chose qu'ils ne
peuvent comprendre c'est que tout à un coût !
Tiens si je pouvais je viendrai leur piquer en peu de soleil et de chaleur !!

jodeau
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par stanali le Lun 5 Sep - 17:22


Du bricolage, voilà la politique de développement à Mayotte,
On construit aujourd'hui des infrastructure du passé ça signifie que
tout est sous dimensionné et on se retrouve vite débordé du jour au
lendemain car le projet n'a pas étais penser pour le future mais pour
les besoins d'un temps passé. Pourquoi ne pas construire une retenue
colinaire d'une plus grande capacité d'au moins 10 fois la capacité
actuel ce qui permettra de répondre au besoin des 30 prochaine années.
Et tout ceux qui viennent à Mayotte pour dire au Mahorais de réduire
leurs consommation d'eau et d’électricité non qu'à faire de même à
Paris.

stanali
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Maadabass le Mer 19 Oct - 23:07

Mayotte - Assouplissement des opérations de pointage

Par La rédaction

Mercredi 12 Octobre 2011 à
20:42:05

Face au blocage de Mayotte par les manifestations et barrages routiers, le Pôle Emploi assouplit les opérations de pointage.




"Les
mouvements sociaux que connait Mayotte actuellement rendent difficiles
les opérations de pointage trimestriel dans les mairies.

Aussi
pour faciliter vos démarches, les pointages seront réalisés
automatiquement pour tous les demandeurs d'emploi inscrits devant
pointer avant le 18 octobre 2011
".

(Source : Malango Actualité)
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Maadabass le Mer 19 Oct - 23:08

Mayotte - Associations de consommateurs sceptiques


Par Annette Lafond

Mercredi 12 Octobre 2011 à
20:33:22
Les trois représentants des associations de
consommateurs qui étaient partis relever les prix à La Réunion sont
rentrés aujourd’hui. Toujours pas satisfaits…







Rifay agitera son document sur la formation des marges...
Crédit photo : A.L./Malango

Après dix minutes de flou, une évidence se
détachait : ils n’étaient pas contents. « Ils »
se sont Rifay Said Hamidouni, Association Ascoma des consommateurs de
Mayotte, Maoulida Momed de la société civile de solidarité
mahoraise, et Zaoudjati Prudent.

Pourquoi ? Là c’est encore plus difficile à
comprendre : « dès le départ la mission était
orientée par le préfet
»… mais de toute évidence, des
déconfiture les attendaient: « nous nous sommes rendus
au Carrefour de Saint André, au super U de Saint Denis, au Jumbo
score de Saint Benoit et au Leclerc de Saint Denis. Mais au Jumbo,
tous les articles que nous voulions comparer étaient en rupture de
stock, comme par hasard !
» s’exclamait Zaoudjati
Prudent. Ils ont malgré tout relevé les prix du carton de 10kg de
cuisses de poulet (mabaja) à 15,90 euros, « et avec un
produit venant d’Allemagne, de meilleure qualité, sans
cholestérol
» contre 21 euros à Mayotte, renchérissait
Rifay.

Les trois envoyés ont alors décidé de choisir
d’autres supermarchés, « davantage fréquentés par des
Mahorais
» : un Gel Center et un Super 2000 «
nous avons trouvé des cuisses de poulet encore moins chères
».

Pour ces trois mahorais, accompagnés par Gérard
Yeselnik, Chef du pôle Concurrence, consommation, répression des
fraudes qui avait détaché deux autres collaborateurs réunionnais,
« difficile de travailler en toute indépendance au côté
des services de l’Etat qui venaient espionner ce qu’on faisait
».


Autre regret : « ne pas être restés
assez longtemps pour aller inspecter Distridom qui fonctionne comme
le Sodifram de Mayotte en Centrale d’achat
», et donc
surement moins cher.

Mais Rifay est revenu avec une arme : un
document sur la transparence des prix et des marges qu’il a
appliqué au seul supermarché à avoir fourni ses formations de
marges à Mayotte, Jumbo score : « Jumbo est à 42% de
marge alors qu’il disait nous avoir accordé 30% sur les produits
choisis
». Ce qui faisait conclure Salim Nahouda : « à
Mayotte l’Etat fait tout pour camoufler la vérité sur la
formation des prix
».

Pour la grande journée de négociation de ce
jeudi : « nous allons commencer par dénoncer les
conditions dans lesquelles nous avons relevé les prix, puis nous
allons baser les discussions sur les éléments de prix recueillis
».
Alors que Salim Nahouda se disait pessimiste sur une signature jeudi,
« mais on ne sait jamais ! ». Rappelons que
chaque jour sinistre
un peu plus l’économie de l’île
.

C’est à 15h que débuteront les discussions en
même temps que débutera un concert de tous les artistes mahorais et
alors qu’un grand Maoulida chengué aura animé la matinée.

A.L.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Maadabass le Ven 21 Oct - 23:11

Mayotte – Petites entreprises :
« Le Préfet n’a rien lâché »


Par Eric Trannois

Vendredi 14 Octobre 2011 à
11:12:59

Les représentants des petites et très
petites entreprises ont rencontré le préfet hier matin pour lui faire
part de leur détresse et envisager des solutions pour réduire autant que
possible les effets catastrophiques de la crise actuelle sur leurs
entreprises.







Le bilan économique de ce mouvement risque d'être très lourd
Crédit photo : E.T./Malango

Les
petites et très petites entreprises sont désappointées. Très
désappointées. En effet, leur rencontre avec le préfet de Mayotte, Thomas Degos, ne leur aura rien apporté, hormis les dispositifs déjà existants, comme celui qui consiste à « céder nos factures impayées des collectivités locales à OSEO à un taux raisonnable et une durée de remboursement plus longue » nous explique la CGPME.
« C’est la si fragile économie mahoraise qui se meurt dans l’indifférence générale », dénonce le collectif de chefs d'entreprises mahoraises qui avertit que « les 150 entreprises » qu'ils représentaient devant Thomas Degos « vont mourir », soit 2.500 salariés qui « ne toucheront pas leur salaire à la fin du mois ».
Le
collectif des petits patrons a également demandé au préfet de faire en
sorte que le droit au travail et à la libre circulation soit respecté à
Mayotte, mais le préfet a avoué son « incapacité à imposer l’ouverture » des entreprises « si ce n’est en prenant des mesures policières qui ne permettraient pas le libre échange et le commerce ».
La
CGPME (confédération générale des petites et moyennes entreprises de
Mayotte), de son côté, avait demandé une revalorisation de l’allocation
spécifique de chômage partiel et que le complément conventionnel,
normalement pris en charge par l'employeur le soit par la Caisse
d’Assurance Chômage de Mayotte. « Ces deux propositions étant rejetées »,
les salariés ne recevront qu'une indemnité de revenu de remplacement
de 3 euros financée à part égale par l'employeur et par l'état.
Ce
sont donc principalement les salariés du secteur privé, gréviste ou
non, qui vont faire les frais de ce mouvement puisque le président du
conseil général, Daniel Zaïdani
s'est déjà engagé, lors d'une de ses interventions, à verser le
salaire des employés grévistes du conseil général. Cette annonce avait
eu pour premier effet de vider le port de Longoni de tous les salariés
non grévistes.
Ida Nel, présidente de la CCI (chambre de commerce et d'industrie) évoquait mercredi la « destruction de 100 emplois par jour » et « plus d’un million de chiffre d’affaire perdu quotidiennement »
pour l'ensemble des entreprises mahoraises. Certaines entreprises qui
ont contracté une assurance ''perte d'exploitation'' ont découvert, au
moment de faire valoir leurs droits, que celle-ci n'était pas
applicable à Mayotte. Le préfet ne s'est pas prononcé sur ce point.
La confédération avait également demandé une « exonération
totale de charges sociales et fiscales sur an avec effet rétroactif si
nécessaire pour les entreprises de moins de 10 salariés
». Demande
également repoussée. Elle avait également proposé au préfet que les
fonds alloués au développement économique de Mayotte soient utilisés
pour solder les impayés des collectivités locales « hormis le Conseil Général qui a déjà engagé une démarche de régularisation ».
Cette proposition a également été repoussée. En effet, de nombreuses
entreprises mahoraises ont été mises en difficultés en raison des
factures impayées par les mairies et le conseil général.
Les deux organisations ont fait remarquer au préfet qu'elles avaient été contraintes à fermer leurs portes. « Nos entreprises ne sont pas en grève »,
martèle le collectif de chefs d'entreprises mahoraises. C'est sous la
contrainte que leurs salariés ont dû cesser le travail : « c’est différent ».
Le collectif des chefs d'entreprises mahoraises déplore que « l’Etat
ne [puisse] prendre aujourd’hui aucune mesure exceptionnelle qui nous
permettrait de sauver nos entreprises et nos emplois
» alors que la CGPME constate « qu’à
Mayotte il n’y a aucun dispositif de soutien aux entreprises et que
ces dernières sont livrées à elles mêmes, même en cas de force majeure
».
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Maadabass le Jeu 28 Juin - 19:44

Les entreprises peu intéressées par la culture algale

Mercredi, 27 Juin 2012 08:56

Économie



Marc Danjon, directeur du centre
d'études et de valorisation des algues (Ceva) et le directeur de
l'activité Culture Dominique Duché, tient en deux jours, hier et
aujourd'hui, des ateliers de restitution sur une étude menée depuis un
an.





Commandée par le Syndicat intercommunal d'eau et d'assainissement de Mayotte
(Sieam), cette étude avait un double objectif: étudier le potentiel
d'utilisation des algues dans le traitement des boues des stations
d'épuration et, plus largement, dans le développement économique de
l'île.

Après avoir mené un inventaire de la biodiversité algale,
les chercheurs sont donc revenus avec des propositions de projets de
développement économique. Ils préconisent plutôt une application dans
les domaines de la nutrition animale, quelle soit bovine ou piscicole,
et dans l'agriculture. Des savoir-faire qui pourraient être développés
par la suite et transposés dans d'autres domaines d'application plus
exigeants en termes de technicité.

Si les entreprises de l'ile
qui pourraient être intéressées par ces projets étaient invitées, très
peu ont fait le déplacement. C'est pourtant la prochaine étape dans la
mise en oeuvre de cette filière. Reste qu'un investisseur étranger a
récemment fait valoir son intérêt dans l'affaire; A suivre.





avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Maadabass le Mar 11 Déc - 1:00



325 emplois d'avenir à Mayotte



Jeudi, 08 Novembre 2012 11:07





Les chiffres sont tombés. Sur les
100.000 emplois d'avenir que l'Etat s'engage à financer pour 2012-2013,
9.000 ont été attribués aux Dom, dont 5.000 à la Réunion et "seulement"
325 pour mayotte, un nombre bien inférieur aux demandes formulées par les services. Il pourrait être réévalué par la suite.

Ces emplois d'avenir mis en place par le gouvernement concernent les jeunes sans emploi âgés de 16 à 25 ans et les moins de 30 ans sans emploi
et reconnus travailleurs handicapés. Ils sont financés à 75 % par
l'Etat et à 25 % par les communes, disposition qui avait fait l'objet
d'une demande de dérogation pour mayotte par le député Boinali Saïd et par le sénateur Mohamed Soilihi. Une requête à laquelle il n'a pas été fait droit.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE: Actualité économique!!

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum