MAYOTTE: LE FORUM DES MAHORAIS d'içi et d'ailleurs
NA MOU KARIBU

COMORES:condamnation à mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

COMORES:condamnation à mort

Message par Maadabass le Ven 15 Aoû - 0:11

COMORES Justice
Comores : la Cour d'Assises de Moroni prononce quatre condamnations à
mort


Samedi 14
Juin 2008


Quatre personnes ont été condamnées à la peine de mort, début
juin, par la Cour d'Assises de Moroni, parmi lesquelles Abdelaziz Fekkak, jugé
coupable du meurtre prémédité de sa femme en novembre 2005.


Les jurés de la Cour d'Assises de Moroni n'ont eu aucun mal à
rendre leur verdict mardi 4 juin sur l'affaire Abdelaziz Fekkak. Toutes les
preuves de la culpabilité du Marocain dans le meurtre de son épouse, Faouzia
Taïnamoro, étaient réunies. L'accusé, incarcéré à la prison de Moroni depuis ce
meurtre, a avoué son acte, et en a même expliqué les raisons. Les jurés ont donc
reconnu l’homme coupable "de meurtre avec
préméditation
" sur son épouse dans la journée du 9 novembre 2005 à
Moroni, et l’ont condamné à la peine de mort, conformément au Code pénal.

La loi accorde dix jours au président de la
République pour accorder ou non sa grâce au condamné. Après ce délai, le
meurtrier devra être passé aux armes dans un camp militaire. Dans sa cellule,
Abdela! ziz Fekkak ne se fait cependant aucune illusion sur son sort. Après le
verdict rendu par la Cour, il a eu ces quelques mots : “J’aurais déjà été tué si j'avais été dans mon pays,
au Maroc
".

Au cours de son procès qui a duré deux jours,
l'accusé n'a cherché à aucun moment à se disculper. Selon son récit, le 9
novembre 2005, sa décision d'assassiner sa femme avait été planifiée. "Je me suis rendu au marché Volo-volo [de Moroni,
ndlr] pour acheter une machette. Une fois à la maison, je l'ai placée sous le
lit puis je l'ai déplacée pour la dissimuler sous les escaliers.
" Durant
tout son témoignage raconté avec une froideur macabre, la salle pleine à craquer
a retenu son souffle. L'histoire, à l'époque, avait choqué l'opinion, tant par
la nature du crime que par la personnalité de la victime, issue d'une famille
très appréciée dans la capitale.

Marocain arrivé des années auparavant aux Com! ores,
Abdelaziz Fekkak se trouve à la maison à midi pour le repas. Son épouse Faouzia
Taïnamoro et ses enfants sont tous là. La famille finit de manger et quitte la
table. Comme d'habitude, les enfants retournent à l'école. Faouzia rentre dans
sa chambre avec son bébé de quatre mois dans les bras. "Je la rejoins dans la chambre, la machette à la
main
" poursuit Fekkak. Avant de raconter l’indescriptible... Selon
l'examen médico-légal ordonné par la justice, la victime a reçu 30 coups de
couteaux, dont 28 coups plantés. "Il y a eu de
multiples plaies sur la tête, le visage, les membres supérieurs et inférieurs.
Il y avait du sang partout, sur le lit, sur la porte, sur le mur, dans le
couloir et entre les chambres. Les cheveux arrachés de la victime étaient
dispersés un peu partout dans la maison
", dévoilent les pièces du
dossier. Selon l'expertise médicale, la mort a été lente. “Elle est survenue au bout de quatre heures".


Si le président de l'Union des Comores, Ahmed
Abdallah Sambi, ne décide pas de le gracier, Abdelaziz Fekkak sera exécuté. Il
ne sera pas seul : au cours d'une semaine chargée, la Cour d'Assises de Moroni a
condamné trois autres personnes à la peine de mort - elles aussi pour
meurtre.

VM
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum