MAYOTTE: LE FORUM DES MAHORAIS d'içi et d'ailleurs
NA MOU KARIBU

MAYOTTE Politique

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MAYOTTE Politique

Message par Maadabass le Mer 19 Mar - 0:03

Rappel du premier message :

Lundi 17 Mars 2008



Mis à part Saïd Omar Oili réélu dès le 1er tour dimanche 9
mars, tous les ténors du Conseil général sont tombés dimanche 16 mars lors du
2nd tour des élections cantonales. Mansour Kamardine, Maoulida Soula,
Chihabouddine Ben Youssouf et Bacar Ali Boto n'ont pas été réélus. Le point
canton par canton.
Mansour Kamardine ne siègera
plus au Conseil général. Après sa défaite à Sada hier, l'ancien député ne compte
plus aucune mandat électoral.


Dernière édition par vahibenien le Mar 11 Déc - 0:35, édité 2 fois
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 116
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas


Re: MAYOTTE Politique

Message par maki le Lun 27 Juin - 17:54

DELAMOUR,Pourquoi l'Etat chercherait une immigration européene ? C'est insensé,qu'est qu'une immigration européene apporterait à l'état par rapport au maorais ? Va au fond de ton raisonnement.
Moi,je pense que l'etat attend des maorais qu'ils se mettent au travail, au lieu d'attendre que tout viennent de l'Etat. Investissez dans les entreprises,les formations professionnelles pour les plus jeunes et investissez pour apprendre à lire aux plus vieux: Ce CG n'a qu'a trouver des idées la dessus et pour la création de richesse de l'ile Mayotte.Après on reparlera des aides sociales ou autres. Le pacte,c'est le pacte ! Sans pacte,pas de département! Faut assumer ce pacte qui a permis la départementalisation et la fête gâchée par les anciens élus.

maki
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par FOUNDI le Lun 27 Juin - 17:55

(Maki) Égalité: Icône vitrine, Deuxième terme de la devise de la République, le mot « égalité » signifie que la loi est la même pour tous que les distinctions de naissance ou de condition sont abolies et que chacun est tenu à mesure de ses moyens de contribuer aux dépenses de l\'État.Dès lors en vertus du principe d\'égalité, être Français et Mahorais d\'une part et être français et Parisien d\'une autre est strictement la même chose comme le veut la tradition française. Si on a aboli le système archaïque qui existait à Mayotte et qu\'on entend se voir appliqué le droit commun comme tout français, il est alors tout naturel d\'être traité de la même façon au regard du droit comme les autres Dom. Or définir des critères spécifiques à un département ne peut signifier que Les Mahorais vont jouir de la pleine citoyenneté française mais de manière \"adaptée et progressive\" chose qui frise l\'injustice sociale. Où est passé l\'égalité républicaine ?? la pacte de la départementalisation n\'est qu\'une feuille de route établie à la discrétion du gouvernement et ma foi il est critiquable et négociable. Etre français implique deux choses: avoir des droits et des devoirs .comment expliquer alors que le gouvernement se substitue au méchant prof et veille juste à ce qu\'on face nos devoir nous privant de nos droits ??

FOUNDI
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par chouma le Lun 27 Juin - 17:56

arrêtons de critiquer et de remettre tout le temps en cause l'ETAT; donnez - nous le chiffre des actifs à mayotte et les nons actifs avant de vouloir aligner les minimas sociaux de mayotte à ceux de la métropole.
avez-vous au désequilibre économique et socale que cela va engendrer; Mr aboubacar, vous raisonnez ainsi, vous risquez de couler mayotte ? ne soyez pas pressés et laissez le temps au temps. vous voulez aller plus vite que la musique, vous risquerez fort bien de vous prendre en pleine figure les effets pervers de ce que vous semerez. qui mène le bateau dans votre majorité ? et le president du conseil général il se cache ou ? vous nous decevez en remettant en question tout et n'importe quoi ?
mayotte veut des reformes cohérentes avec l'évolution actuelle de son économie e société ?

chouma
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par laum le Lun 27 Juin - 17:57

je me demande serieusement ou le conseil génral va trouver les moyen pr financé ce dispostif a 50%; if faux qu'il nous explique ou il va trouver ces ressources ? Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes

laum
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par Maadabass le Lun 27 Juin - 18:15

Mayotte - Conseil général :
la majorité se décompose


Par Annette Lafond
Mardi 17 Mai 2011 à 18:52:49


La mésentente entre Ibrahim Aboubacar et Saïd Ahamadi, « Raos », conduit celui-ci à rameuter ses troupes sous la bannière progressiste, mouvement qui existe depuis 2009 et dont il est le porte-parole. Avant tout pour se démarquer, mais aussi parce que les deux hommes lorgnent la présidence du Comité départemental du tourisme.

«Ce mouvement progressiste devait être le grand vainqueur des élections cantonales puisque Daniel Zaïdani qui s’était rangé du côté de l’UMP, est venu nous rejoindre le mercredi 30 mars 2011, suivi quelques jours après, dans l’anonymat, par Mirhane Ousseni (conseiller Nouveau Centre de Boueni), qui fut la 11ème voix en notre faveur lors des élections des vice-présidents » déclare Raos.

Mais, ceux que Raos appelle « les gros bonnets », c’est à dire Ibrahim Aboubacar et Said Omar Oili, ont un peu trop d’emprise à son goût. Il est vrai que les tractations vont bon train entre le jeune Daniel Zaïdani et ces deux pointures de la politique sur les conseillers qui vont entourer le président. Si ce dernier tient le cap, ils sont obligés de trouver des compromis sur le directeur de cabinet, le directeur général des services, André Dorso et autres conseillers. « Ces deux gros bonnets avaient perdu le 29 mars et ne serait pas là où ils sont sans ma majorité ! ».

Lors de la conférence de presse sur le pacte et les minimas sociaux, Daniel Zaidani parlait d’une majorité centre et gauche. Raos a donc clarifié le tout : « j’ai demandé aux progressistes de se démarquer: Rastami Abdou, Saïd Salime, Ali Moussa et Mirhane Ousseni ont répondu à mon appel. On ne sait pas encore ce qu’a décidé Issoufi Ahamada ».

On retrouve donc une majorité composée de progressistes, de Néma, de MDM, et de Nouveau Centre, quant à Ibrahim Aboubacar, « il a adhéré au parti socialiste mais c’est sous l’étiquette « Union de Sada » qu’il a été élu… »

Alors que rapporte cette mise au point aux progressistes ? « A montrer à notre électorat que nous ne sommes pas sous le dictat du MDM. Nous sommes écartés des décisions importantes par Ibrahim Aboubacar et Saïd Omar Oili, comme lorsqu’ils sont partis avec le président Zaïdani chercher le DGS Dorso : on aurait pu donner le poste à un agent du Conseil général, pourquoi aller chercher un retraité ? Qui de plus est revendiqué comme un ami par Aboubacar !... c’est du copinage !!! ».

Il faut dire que jeudi 19 mai se tient l’assemblée générale du Comité de tourisme, avec l’élection du nouveau bureau, à la présidence duquel doivent postuler les deux hommes. Mais Raos est amer : « je ne suis pas précisément intéressé par la présidence de ce Comité, mais j’ai un projet territorial touristique que j’aimerais porter, en tant que diplômé de 2d cycle de Tourisme international ».

avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 116
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par HALIFA le Lun 27 Juin - 18:18

Il n'a pas tort ce RAOS. De là à critiquer Said OMAR OILI, je ne partage pas ce point de vue. Il devrait s'en prendre à Daniel ZAIDANI qui se laisse influencer par je cite : ces "deux bonnets".
En revanche, critiquer ces "deux bonnets" et Daniel ZAIDANI sur le choix consistant à aller prendre André DORSO, là je dis chapeau. Pourquoi nous ne formerons pas un DGS mahorais? Pourquoi allait chercher ce retraité? Pour lui préparer sa mort sur le territoire mahorais? Parce que Mayotte ressent encore les séquelles du colonialisme?
Trop c'est trop.
André DORSO était déjà DGS, qu'a t-il fait? A combien de reprise l'épée de Damoclès était prêt à agir en matière de légalité des actes du conseil général entre 2004 et 2008? D'ailleurs le DGS de DOUCHINA n'était guère mieux, voire pire encore.
Avec cette scène, Denis HERMANN n'avait pas tort dans son article du 30 mars 2009.
Quel gâchis pour cet élan d'espoir que représentait Daniel ZAIDANI.
Tant qu'on y est appelons aussi Henry Jean-Baptiste, Jean François Hory... et appelons aussi les morts pour venir prendre des responsabilités parce qu'on est pas en mesure de les prendre...

HALIFA
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par gael le Lun 27 Juin - 18:19

C'était prévisible avec une majorité de circonstance comme cela.une majorité de dernier minute. sa promet pour l'avenir

gael
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par HALIFA le Lun 27 Juin - 18:21

Bien vu GAËL
Je regrette aussi et surtout l'attitude suiviste de Daniel Zaïdani.
J'avais espéré en lui un changement radical de mentalité politique. L'immaturité politique que Denis Hermann avait en exergue se révèle d'année en année.
Vive la République bananière mahoraise

HALIFA
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par chouma le Lun 27 Juin - 18:21

après l'élan de cette majorité, les choses sérieuses commencent. les divergences. les mahorais ne sont pas dupes, cela se présentait. alors peut-on accepter que ce président du conseil qui doit diriger le "bateau" se cache sous sa jeunesse et se laisse "bouffer" par des "requins" assoiffés de pouvoir.
les recours à pamandzi, chirongui et à sada à mon avis mettront les choses au clair : à savoir le remaniement de cette majorité qui se fissure au moindre coup de vent (cf raos).
je crois que mr aboubacar et mr omar oili à eux seuls ne peuvent diriger ce pays si ce n'est le mettre au KO.
ils n'ont pas de projet et je constate que leur seul projet c'est "remetttre en cause et critiquer l'Etat" et en attendant "ne pas apporter des réponses concrètes aux attentes des mahorais : le chômage, création d'emploi, formations professionnelles...
oh les gars de la majorité vous foutez la honte aux mahorais . et vous le président zaidani qU"est la gauche à apporter à mayotte ! rien, queuche !

chouma
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par Abdallah le Lun 27 Juin - 18:23

A-L : C'est toujours rafraîchissant de lire Malongo et surtout les commentaires des uns et des autres, tant la naïveté des posts est confondante. En effet, la réaction à froid et surtout le fait de prendre pour argent comptant les dires des politiques me stupéfait car à ce propos les mahorais qui ont été si longtemps baladé par la République devraient commencer à s'en méfier. Personnellement, je ne connais pas la classe politique mahoraise, mais je doute qu'elle soit si différente de celle qu'on a en métropole : spécialiste des coups tordus et passablement embourbée dans affaires politico-financières.

La nomination d'un DGS est à la discrétion de la majorité. Donc Monsieur Raos qui fait partie de cette majorité avait toute latitude de bloquer la procédure en ne prenant pas part au vote ou en se ralliant si besoin est à l'opposition ce qui me fait dire qu’il veut vous faire prendre des "vessies pour des lanternes". Par ailleurs, est-ce que Monsieur Raos est pour la « mahorisation » des postes (spécialité des confettis de l’empire) ?

Sans vouloir mettre en doute les compétences de ce "brillant politicien", entre vouloir briguer le poste de Président du Comité du Tourisme et bâtir un projet d’ensemble pour le développement de Mayotte, il n’y a pas photo. Et si son projet vaut vraiment la peine, il lui suffit d’en débattre avec la majorité dont il fait partie et ne pas prendre les mahorais à témoin dans ce qui leur échappe pour la plupart. Par ailleurs, le Conseil Général-Régional a des attributions en matière d’action sanitaire et sociale, d’éducation et d’aménagement du territoire, son action au niveau économique se limite à l’attribution d’aide pour les porteurs de projets. Donc, la crédibilité de la candidature de Monsieur Raos à ce poste devrait plus reposer sur ses réalisations que sur sa formation initiale. Or, il n'avance aucun point. Pourtant cela fait des années qu'on insiste sur les atouts de Mayotte au niveau touristique. Autrement dit ce n’est pas lui qui fera, mais les acteurs économiques locales comme les dirigeants des cinq hôtels répertoriés actuellement. Bref, le rôle de ce Comité est de les accompagner au mieux dans leurs actions (définition des projets, financements, participation à des manifestations visant à faire connaître l’île…etc.). Tout le reste n’est qu’enfumage et volonté d’occuper un poste.

Enfin, raller contre les uns et les autres en écrivant des posts désobligeants est chose facile, surtout quand on sait que le principal intéressé ne peut pas répondre. Pour ma part, je conseille aux esprits grincheux de se demander : qu’est-ce qu’ils pourraient faire pour Mayotte ? Sachant qu'il semble que les budgets ne manquent pas (Cf. l’interview de Mengin-Lecreulx, sous-prefet chargé de l’action économique, en partance après deux années de services à Mayotte) pour les porteurs de projets viables.
C'était le point de vue d'un mahorais vivant en métropole et agent de développement international, ayant travaillé pour des ONG pendant un temps et fraîchement chef d'entreprise aujourd'hui.

Abdallah
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par Maadabass le Mar 28 Juin - 19:10

Mayotte - 3ème invalidation d’élection à Sada

Par Annette Lafond
Mercredi 25 Mai 2011 à 20:17:20


Comme prévu, il faudra revoter à Sada où les élections municipales et cantonales ont été invalidées ce matin par le tribunal administratif. Le résultat est maintenu à Chirongui.

L’opposition UMP avait déposé cette plainte, et étant donné les malversations reprochées, les élections ont été annulées.

Ce n’est plus la peine d’essayer de joindre Ibrahim Aboubacar, conseiller général de Sada. Déjà pas très loquace habituellement, ce dernier ne commente pas le délibéré du tribunal administratif : s’il fait appel, comme le veut la logique, et qu’il l’emporte, ce sera la 4ème fois que les électeurs se rendront aux urnes en 4 ans…

Des échanges de communiqués avaient eu lieu entre le conseiller Néma, l’UMP et la Préfecture mise en cause. Cette dernière rétorquait que « près de 15% du corps électoral a voté par procuration, illustrant par là l'absence de fiabilité des listes électorales », et mettait en cause des radiations fantaisistes ou bien des votants qui ne sont plus sur les listes.

Une commission qui comprenait un représentant de la Préfecture avait pourtant été nommée pour le bon déroulement des élections.

« Nous avons la population pour nous » nous avait affirmé Ibrahim Aboubacar.

A Chirongui, la requête de l’opposition est rejetée, et les élections de Pamandzi, dont Daniel Zaïdani est le conseiller général élu, et Bandraboua seront jugées en septembre.

A.L.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 116
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par Souk Kha le Mar 28 Juin - 19:12

Avec tous ces rebondissements, Sada va entrer dans le Guinness book des records des élections annulées. En France le record à battre doit être de 3 ou 4 annulations successives! D'ici 2014, les Sadois ont largement encore l'occasion de porter la barre très haut avec un nouveau record absolument inégalable du genre 7 à 8 annulations successives!
Le conseiller général élu Ibrahim Aboubacar et le maire Hamada Binali détiendront sans doute le record des hommes politiques qui seront élus le plus de fois possible...sur un même mandat!
J'espère donc sincèrement que l'UMP de Sada ne s'arrêtera pas là. L'UMP doit continuer à faire des recours après les ré-ré-ré-ré-élections de l'année prochaine, celle d'après aussi et ainsi de suite!
Il ne faut pas se ramollir, il des records à établir!

Souk Kha
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par Sada le Mar 28 Juin - 19:13

Il reste encore une majorité au conseil général? Shocked Shocked Shocked

Sada
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par gadom le Mar 28 Juin - 19:14

Bah avec les listes trafiquées dans les communes mahoraises, c'est vrai qu'ils peuvent facilement faire péter les records

gadom
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par Maryse le Mar 28 Juin - 19:15

Selon Malango:« près de 15% du corps électoral a voté par procuration, illustrant par-là l'absence de fiabilité des listes électorales » Lors de la consultation référendaire concernant la départementalisation de Mayotte, les Mahorais ont voté massivement par procuration et cela n’a pas empêché la classe politique mahoraise, le Préfet de Mayotte, le Tribunal Administratif de demander l’annulation du scrutin ! Ce qui prouve que la départementalisation de Mayotte est une mascarade.

Maryse
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par Maadabass le Mar 4 Oct - 20:47

Mayotte - Elus attendent activement Revenu de solidarité


Par Annette Lafond

Jeudi 8 Septembre 2011 à
17:37:19
-
Politique

Décrié en métropole car jugé éloigné de son but initial de
retour vers l’activité, le RSA est très attendu à Mayotte où le taux de
chômage de 50% nécessite une prise en charge sociale urgente. Les élus
attendent une réponse de l’Etat sur plusieurs points d’application,
notamment sur un RSA à 50% de la métropole.






Daniel Zaïdani et Sarah Mouhoussoune dans les locaux destinés à la mise en place du RSA
Crédit photo : A.L./Malango

D’un montant de 400 euros en métropole, et
annoncé à Mayotte pour le 1er janvier 2012 à 25% de ce
montant, soit 119 euros, le Revenu de Solidarité active est perçu
par les élus de la majorité du Conseil général comme un
dispositif « antisocial ». Pourquoi : les
calculs sont vite faits : « une personne seule et sans
enfant percevra 119 euros moins 14 euros de forfait logement, forfait
établi par la métropole alors qu’il n’est pas perçu ici, soit
un RSA de 105 euros
» calculait le président du Conseil
général Daniel
Zaïdani, qui poursuivait avec un couple sans travail avec un
enfant à charge : 121 euros, ou une personne seule avec un
revenu d’activité de 200 euros recevra, elle, 29 euros, « car
au delà d’un revenu de 300 euros, on sort du dispositif
».

Mais pour Ibrahim
Aboubacar, 1er vice-président en charge des finances,
l’injustice est surtout dans l’inégalité de traitement de
Mayotte au regard de ce qui s’est passé ailleurs dans
l’Outre-mer : « lorsque le Revenu minimum d’insertion
(RMI) a été appliqué dans les DOM, l’écart entre son montant
et le RMI métropole était compensé par une somme déployée dans
l’activité économique
». Appelée « créance
de proratisation
», cette somme servait dans certains DOM à
financer les actions d'insertion
des allocataires du RMI et le logement social par abondement des
crédits budgétaires correspondants.
« A
Mayotte, nous avons eu 10 millions d’euros dans le Fonds de
Mahorais de Développement au lieu des 90 millions attendus ! Ce
n’est pas avec ça que nous allons construire un modèle de
développement économique non soumis à l’assistanat ! ».

" Le deal c'est développer l'activité pour éviter l'assistanat, mais
encore faut-il nous en donner les moyens..." déclarent en c½ur Ibrahim
Aboubacar et Raos

« Un décret au pied du sapin de Noël ? »


Elus de la
majorité (l’opposition avait donné son accord pour un RSA à 25%)
qui attendent de savoir exactement quelle sauce va leur être
servie :
« nous avons demandé un
RSA à 50% car à Mayotte 1 personne sur 2 en âge de travailler est
au chômage. D’autre part, les modalités d’obtention en
métropole concernent les français de plus de 25 ans, ou les
étrangers possédant des cartes de séjour depuis plus de 5 ans.
Qu’en sera-t-il ici ? »
.
Les réponses seront données par un décret qui devrait sortir sous
peu…
« il faut espérer qu’il ne sorte
pas le 1
er décembre en
nous demandant une réponse dans les 10 jours avant promulgation au
Journal officiel fin décembre »

s’exclamait Ibrahim Aboubacar.


D’autant que
le décret prévoit le montant alloué à la Collectivité dans le
cadre du transfert de compétence, montant qui conditionnera l’emploi
des travailleurs sociaux et professionnels de l’insertion (150
personnes en tout) qui feront l’objet d’un recrutement externe.
Les autres agents seront redéployés en interne au sein du Conseil
général, soit 28 personnes entre les services administratifs et les
agents d’accueil qu’il faudra former.


Le RSA concernera 13.000 à 31.000 foyers et sera
couplé avec une politique d’action sociale des 5 centres existant
sur l’île.


La présence massive des Conseillers de la majorité,
6 sur 10, était destinée à montrer, comme le signalait Sarah
Mouhoussoune, que « nous tenons nos engagements, surtout
sur le plan de l’organisation administrative du dispositif :
locaux (ancien CNAM), personnel etc.
».

Un décret très attendu donc,
pas encore sorti selon la Préfecture, mais dont le texte circulerait
sous le manteau selon Daniel Zaïdani.

A.L.

avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 116
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par zanatani le Mar 4 Oct - 21:03

nos élus
n'ont toujours pas compris qu'il faut créer de la richesse et donner du
travail aux mahorais!le problème c'est qu'ils sont à la tête de cette
île sans aucun projet réel.IL FAUT CHANGER TOUT CE BEAU MONDE QUI NOUS
SERVENT rien à part leur carrière politique!
]

zanatani
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par Maadabass le Mar 4 Oct - 21:11

Mayotte - Etat des lieux de la direction des finances :
et l’Etat dans tout ça ?!...



Par Annette Lafond

Jeudi 8 Septembre 2011 à
16:56:14

Les difficultés habituelles de gestion sont pointées du
doigt dans un rapport qui suggère une plus grande participation de
l’Etat sur plusieurs postes.






Le financement du services d'Incendie pourrait relever en partie de l'État
Crédit photo : A.L./Malango

Le rapport sur les finances du
Conseil général qui avait été demandé au Centre national de la
Fonction publique territoriale (CNFPT) par le président Douchina,
a été présenté il y a 2 jours aux élus par l’inspecteur des
finances Yannick Marquet. Réalisé en mars 2011, donc avant le
changement de majorité, et à fortiori, avant l’élaboration du
Budget prévisionnel 2011, il donne les clefs du développement de
Mayotte.
Faire un état des lieux des pratiques financières
et de gestion dans la collectivité est l’objectif numéro 1 d’un
rapport écouté et, il faut l’espérer, entendu par l’ensemble
des conseillers généraux.

Après une analyse du contexte budgétaire de la
Collectivité sur lequel nous ne reviendrons pas car détaillé par
la Chambre
régionale des Comptes, Yannick Marquet a pointé du doigt les
dysfonctionnements, et ils sont nombreux, de la direction des
finances, avant d’en proposer des solutions.

Problème mis en avant tous les ans et déploré par
Daniel
Zaïdani : l’incertitude portant sur le nombre de factures
émises depuis plusieurs années, et non honorées, « faute
de crédits suffisants
». Un remède : la mise en
place d’une politique d’engagement comptable, toujours promise,
jamais établie. De toute manière, Yannick Marquet recommande « une
expertise financière et comptable par un cabinet qualifié
»,
alors que Daniel Zaïdani vient d’ouvrir les plis des réponses
d’appel d’offre sur un futur audit portant sur les finances, les
ressources humaines et l’aménagement.

Et cadeau du rapport, la suggestion que « la
gestion du FIP
(Fonds intercommunal de péréquation) soit prise en charge par
l’Etat comme c’est le cas en métropole
». Ce fonds est
ponctionné à 20% sur les recettes de la Collectivité pour financer
les communes, et a connu un accroissement de 86% entre 2008 et 2010
(chiffres rapport Marquet). Selon un élu, la ministre de l’Outre-mer
Marie-Luce
Penchard en aurait déjà convenu. Cette décision pourrait
intervenir l’année prochaine.

La situation financière dégradée, où la
trésorerie est réglée avec un prêt initialement destiné à
l’investissement…, devrait être suivie par une « task
force » (organisation temporaire) pour assurer le suivi
administratif de la convention de restructuration.

« Le budget alloué aux pompiers à plus
que triplé en 5 ans »



Tout cela ne servira à rien sans « une
formation des élus et cadres supérieurs à l’environnement
juridique d’une collectivité départementale, la construction du
budget et la sécurité financière
», entre autre… et
« le développement d’une culture de la recette ».

Le rapport conforte les préconisations de la
Chambre régionale des comptes : il faut ramener la masse
salariale à 86 M euros, alors que pour le président Zaïdani, il
n’en est pas question « au regard du fort taux de chômage
qui sévit à Mayotte. L’économie de 2M d’euros se fera
ailleurs !
».

Du côté des investissements tant attendus par
l’économie mahoraise, le Plan (Plan pluriannuel d’Investissement,
PPI) qui les détaillait n’est plus un outil de gestion :
« certaines études, très anciennes et pour lesquelles
aucun travaux n’est programmé
» doivent être rayées de
ce PPI.

Autre cadeau du rapport qui pointe l’accroissement
énorme des dépenses de Services d’Incendie et de Secours (SDIS,
les pompiers) qui bénéficiaient de 3 M d’euros en 2006, montant
qui atteint 11M d’euros en prévision pour 2011 : « le
financement de ce service me paraît devoir faire l’objet d’une
concertation avec l’Etat
» signale Yannick Marquet.

Quant à notre danseuse à nous, le Service des
transports maritime (STM), sa masse salariale représente 76% des
dépenses de fonctionnement ! Ainsi, « un audit sur
l’organisation du service public est programmé
»,
surtout que « le volume des tickets vendus n’est pas en
rapport avec l’augmentation du trafic, d’où la nécessité de
renforcer les moyens de contrôle
»…

En gros, si le Conseil général suit ces conseils
ainsi que les préconisations de la Chambre des comptes, entérinées
par le préfet, il devrait retrouver une crédibilité financière à
même de rassurer les banques et l’Europe, et ainsi mettre sur pied
une politique d’investissement dont Mayotte à tant besoin.

A.L.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 116
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par Maadabass le Jeu 6 Oct - 21:59

Mayotte - Zaïdani et Abdillah en ballotage favorable… !


Par Annette Lafond

Vendredi 16 Septembre 2011 à
07:28:47


Une salle du Tribunal administrative anormalement remplie
ce matin, et pour cause : on y jugeait notamment deux plaintes dans le
but d’invalider deux élections cantonales, celle de Pamandzi où avait
été élu avec 4 voix d’avance Daniel Zaïdani, président du Conseil
général, et celle de Bandraboua, qui avait vu la victoire du socialiste
d’opposition, Issiaka Abdillah.






Les deux avocats opposés sur l'élection de Bandraboua
Crédit photo : A.L./Malango

Zoubert Mze Mouhamadi, directeur de campagne du
candidat malheureux Ousseni Maandhui (Sans étiquette) avait déposé
plainte contre Daniel Zaïdani, mais refuse de venir à la barre…
« C’est son droit ! » soulignera le
président Louis. Le président du Conseil général, absent de la
salle d’audience, était représenté par maitre Laurent de Caunes,
avocat au barreau de Toulouse qui considérait l’action du
plaignant « comme un secours et non un recours »,
arguant le fait que les accusations n’étaient pas prouvées :
« tels le soit disant comportement destiné à fausser la
nature du scrutin dans le bureau de vote 72
» (présence
d’une voiture qui aurait transporté des électeurs favorables à
Daniel Zaïdani, dont la photo était affichée sur la voiture, ndlr)
ou le problèmes liés aux procurations « alors que les
personnes dont les procurations sont arrivées en retard n’ont pas
voté
».


Le n½ud central est l’établissement des listes
électorales, puisque plusieurs noms ont été changés lors de la
révision de l’état civil à Mayotte. Mais selon l’avocat,
« aucune man½uvre n’est imputable au candidat élu ! »,
ainsi démontait-il les autres points litigieux comme une
« discordance de signature entre le 1er et le second tour
mais qui n’est pas prouvée
», ou la différence d’une
voix entre émargement et comptage de bulletins, « écart
qui ne porte que sur une seule voix
», la différence entre
les deux candidats étant de 4 voix. Avocat qui conclut sur une
plainte conséquente d’un scrutin tendu, à l’enjeu politique
important .

Madame Encontre, rapporteur public (*), nouvelle
appellation pour « commissaire du gouvernement »,
lui donnait raison, dénonçant « le manque de preuves sur
les accusations de bulletins pré remplis
» ou
« d’électeurs qui auraient voté dans deux cantons »,
concluant sur l’absence d’insincérité du scrutin.


Le délibéré devrait être rendu dans quelques
jours.
Laurent de Caunes, avocat de Daniel Zaïdani, n'envisage pas d'invalidation

« Des man½uvres qui avait valu
l’inéligibilité à Serge Dassault… »



Seconde élection à être remise en cause : la
cantonale de Bandraboua où M’Hamadi Abdou, « Alain »,
ancien 1er vice président du Conseil général, déposait plainte
contre Issihaka Abdillah, qui l’avait emporté de 90 voix. De
graves accusations sont lancées. Maitre Benoit Jiorion, avocat
parisien d’Alain, allait en effet s’employer à épingler
certaines pratiques locales : « dans la plupart des
communes de France, ce sont les électeurs qui choisissent les élus.
A Bandraboua, ce sont les élus qui choisissent les électeurs !
».
Dénonçant des man½uvres, dans la composition des listes
électorales tout d’abord : « 121 électeurs qui
pensaient mal ont été radiés et sans en avoir été
prévenus ! Ils n’ont ainsi pas pu voter
». En
outre, l’avocat a établi une liste de 306 personnes qui ne
devraient pas figurer sur les listes électorales du canton. Les
procurations étaient également dénoncées : « 460
procurations soit 20% des électeurs exprimés, et dont 300 font
partie des inscrits à tort sur les listes…
».

Et là encore, plusieurs signatures, 67 en tout, ne
sont pas les mêmes du 1er au second tour !

Autre man½uvre, selon l’avocat, « celle
d’une publicité à coup de 67.000 euros pour le SMIAM (Syndicat
mixte d’investissement pour l’aménagement de Mayotte) dont
Issihaka Abdillah était le président, ce qui concourt à la
propagande du candidat
». Somme que l’avocat qualifiait
par ailleurs d’ « importante pour un canton comme
Bandraboua
».

Mais le plus grave est l’accusation d’achat de
votes : « un grand nombre d’électeurs ont reçu de
l’argent en échange d’un engagement à voter pour Issihaka
Abdillah : de 25 ¤ à 200 ¤
». Et l’avocat
d’exhiber 8 attestations d’électeurs, « qui ne sont
qu’une toute petite partie de la réalité
», et
électeurs qui « ont été menacés et ont déposé plainte
pour subornation de témoins
». Il y a eu un précédent en
France, à Corbeil Essonne en 2009, « où 4 achats de voix,
dans une commune plus importante que Bandraboua, a suffi pour annuler
les élections
», et où le maire UMP Serge Dassault avait
été déclaré inéligible pour un an. D’autre part, « ces
achats de vote n’apparaissent pas dans les comptes du candidat ce
qui devrait les invalider
».

Maitre Saidal défendait Issihaka Abdillah et
jugeait les arguments basés sur des extrapolations, n’entrant pas
dans les détails puisqu’au tribunal administratif la procédure se
passe essentiellement par l'échange d'arguments écrit.

Le président Louis demandait à l’accusation s’il
remettait en cause la commission qui établit des listes électorales,
et si les électeurs radiés à tort s’étaient plaints. « Avertis
bien tard, ils n’en ont pas eu le temps, mais j’admets qu’il
n’y a pas eu de protestations écrites
» concédait Me
Jiorion.

Le rapporteur public donnait
là encore un avis favorable à la défense, soulignant que les
électeurs radiés avaient été prévenus et que les deux candidats
avaient l’un et l’autre échangé des tracts diffamatoires.
Confirmant la non concordance de signature, Mme Encontre n’en
relevait que 21, « soit moins que l’écart de 90 voix
entre les deux électeurs
». Enfin, « l’achat de
8 votes n’est pas prouvé
», considérant ces griefs
« non de nature à annuler une élection ».


L’avocat rappelait l’existence de 8
attestations, « précises dans leurs contenus »,
alors que pour Me Saidal, « ces personnes ont été forcées
de témoigner
».


Verdict dans quelques jours.

A.L.

(*) Le rapporteur public présente oralement ses
conclusions aux juges et propose en toute indépendance la solution
qui lui paraît la plus appropriée au litige.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 116
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par Maadabass le Jeu 6 Oct - 22:00

Mayotte - « 25 ans pour réévaluer le RSA, c’est inacceptable ! »

Par Annette Lafond

Mercredi 14 Septembre 2011 à
16:24:45




Claudy Lebreton s’exprimait à son arrivée à Mayotte où il
va passer deux jours, en arrivant de La Réunion où se tenait la
Commission Outre-mer de l’Assemblée des départements de France (ADF),
assemblée qu’il préside en plus de sa fonction de président du Conseil
général des Côtes d’Armor. Compte rendu des débats.






Claudy Lebreton compte bien accompagner Daniel Zaïdani dans l'évolution de Mayotte
Crédit photo : A.L./Malango

Les président des Conseils généraux de
Martinique, Guyane, Mayotte et la Réunion, la Guadeloupe étant
absente, se sont réunis à La Réunion en la présence de M. Claudy
Lebreton. Au centre des discussions menées par Nassimah Dindar
présidente du Conseil général de la Réunion et présidente de la
Commission outre-mer : la réforme des collectivités
territoriales qui devrait intervenir en 2014 et la réorganisation
des champs d'action du Conseil général et de la Région. En effet,
si la Guadeloupe et la Réunion ont décidé de conserver deux
collectivités, soit la région et le département, Mayotte, la
Guyane et la Martinique ont décidé de créer une Collectivité
unique, Mayotte étant le 1er département à avoir adopté cette
configuration.

A l’issue des 2 journées, une position commune a
été arrêtée par les présidents des Conseils généraux,
essentiellement centrée sur l’accompagnement des populations, afin
que « toute évolution permette au Département de continuer
à jouer son rôle de « verrou social de proximité » en
mesure de protéger nos concitoyens les plus fragiles, et qu'elle
soit accompagnée des moyens financiers nécessaires
»
ainsi que le souligne le texte signé par l’ensemble des
départements présents.

Les élus ont insisté sur la précarité de nos
départements d’outre-mer « 4 à 7 fois plus importante
que la moyenne nationale
», impliquant une dépense sociale
par habitant « jusqu'à deux fois supérieure à la moyenne
nationale
». Ce qui n’est pas le cas du Conseil général
de Mayotte dont la part alloué aux dépenses sociales n’atteint
que 6% du budget total, alors qu’elle est de 50 % dans d’autre
DOM. Mais c’est ce qui a poussé Daniel Zaïdani, président du
Conseil général de Mayotte à répéter qu’ « un
Revenu de Solidarité active (RSA) à 25%, avec une révision tous
les 5 ans sur 25 ans, risque par son faible montant, de provoquer un
exode de la population mahoraise vers l’île voisine de La
Réunion
». Les présidents se sont mis d’accord sur
« une fiscalité plus moderne et adaptée ».

La politique du logement dans les DOM a été
débattue, « car il faut favoriser l’accession »
signalait Daniel Zaïdani, raison d’être de Mayotte Habitat créée
à l’initiative notamment de François Mengin-Lecreulx, « mais
il faut changer les critères d’attribution des allocations
logement, un couple par exemple n’y ayant pas droit , et insister
pour que l’Etat prenne en charge les construction de logements
».

Claudy Lebreton compte profiter de son séjour
mahorais pour aborder les réformes financières qui vont toucher la
Collectivité, le Revenu de Solidarité active mais aussi le débat
public en cours en matière de rallongement de la piste d’aéroport :
« je pourrais ainsi organiser des rencontres entre Daniel
Zaïdani et les ministres concernés
».

Il inaugurera la Foire agricole demain jeudi au
terre-plein de M’Tsapere en compagnie du président du Conseil
général.

A.L.

(Source : Malango Actualité)
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 116
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par tchoup le Jeu 6 Oct - 22:02

ne vendons pas
la peau de l'ours avant de l'avoir tué !!! il est vrai que quand les
journalistes n'ont rien à mettre sous la dent, ils essaient de vouloir
brouiller les cartes en avançant des arguments trompeurs !
ayant présent à l'audience, rien n'a été décidé ni évoquant une quelconque victoire des candidats cités.
"coquille vide, arguments trompeurs", rien de tout cela n'a été évoqué
le jour de l'audience par le président du tribunal sinon la sanction
serait tombée le jour même !
soyons réalistes et faisons confiance en la justice !

tchoup
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par zanatani le Jeu 6 Oct - 22:03

Mayotte a besoin des travailleurs et des investisseurs,et non des assistés!
on s'en fout de son RSA!on veut du travail et du concret!

zanatani
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par sada le Jeu 6 Oct - 22:04

Quelqu'un a-t-il
expliqué à ces messieurs dames que la France n'a plus un sou et que les
10 ans qui viennent sont à la diminution des budgets sociaux?

En observant le contexte de l'outre-mer français et plus
particulièrement de l'océan Indien, y a-t-il une raison, outre
l'assistanat dont la France n'a plus les moyens, qui justifie :
-que le revenu par habitant soit 5 fois supérieur à la Réunion qu'à Maurice;
-que le revenu par habitant soit 10 à 20 fois supérieur à Mayotte qu'aux Comores ou à Mada?

sada
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par Maadabass le Lun 17 Oct - 21:07

Mayotte – La CGPME dénonce le manque de concurrence et le ''vampirisme économique'

Par La rédaction

Mercredi 5 Octobre 2011 à
07:14:54

La CGPME (confédération générale des petites et moyennes
entreprises de Mayotte) donne sa vision sur les origines du conflit qui
agite Mayotte depuis deux semaines.






"éviter de monter la population contre les entreprises
qui souffrent autant qu’elle des problèmes structurels de l’économie de
l’Ile"
Crédit photo : E.T./Malango

La CGPME ne fait que constater les dégâts d’une
économie oligopolistique *



La situation qui se présente aujourd’hui à
Mayotte est le résultat d’une économie de marché sans
concurrence et organisée principalement par le marché.

Quand nous écoutons les syndicalistes, en tout cas
les consommateurs de Mayotte, nous comprenons qu’ils souhaitent à
ce que l’économie mahoraise soit davantage administrée par l’Etat
comme c’est déjà le cas pour certains biens et services tel que
le carburant. Or l’état ne peut pas se substituer au marché sur
tous les biens et services.

Il faut bien sûr plus de contrôle sur la formation
des prix pour éviter les abus liés aux cas de monopole et
oligopole.

Mais cela ne suffit pas !

Le problème de la vie chère à Mayotte est une
réalité que personne ne doit prendre à la légère. Ce sujet qui a
été soit disant traité lors des EGOM n’a été que légèrement
effleuré à notre avis et cela explique l’incompréhension
légitime des Mahorais qui n’ont vu aucun changement, bien au
contraire les prix n’ont cessé d’augmenter ou des prix qui
étaient déjà à des niveaux intenables ont juste été
momentanément gelés.

Traiter le problème de prix en baissant les taxes
douanières seules pour un panier de produits dits de premières
nécessités était un échec prévisible.

Baisser ou annuler les taxes de douane pour les
poulets surgelés, les produits dérivés du poulet surgelé, le riz,
l’huile de cuisine…(produits alimentaires de base) et espérer
que les prix dans les magasins allaient automatiquement baisser était
faire preuve de naïveté sans précèdent.

Comment voulez-vous que les prix des produits
alimentaires baissent lorsqu’en même temps :


  • Les prix des carburants et autres produits
    pétroliers ne cessent d’augmenter à Mayotte sans que cela ne
    choque aucune autorité ?
  • Le prix de l’électricité continue à
    augmenter ?
  • Les prix de location d’entrepôt, magasin,
    bureau sont intouchables ?
  • Les tarifs douaniers pour d’autres produits
    nécessaires pour les Mahorais ont augmenté (cas des véhicules,
    autres produits alimentaire, vêtement, meubles..) ?
  • Le prix du fret qu’il soit maritime qu’aérien
    ne cesse d’augmenter ?
  • Les normes draconiennes imposées aux produits
    importés à Mayotte obligent les importateurs à se fournir à des
    prix trop élevés,

Par ailleurs en fixant le panier des produits de
premiers nécessités, on avait peut-être oublié que les mahorais
ne se préoccupent pas seulement de Mabawas et de nourriture de base
; ils ont besoin de se déplacer, de vivre dans des maisons décentes,
de s’habiller proprement, d’envoyer leurs enfants à l’école
avec tous les frais que ça incombe, d’avoir un poste de télévision
et être ouverts au monde, de voyager de temps à autres …etc , et
quand bien même certain de ces besoins sont élémentaires chez
d’autres, pour les mahorais ce sont des besoins de luxe.

Les représentants des organisations sociales des
salariés ne cessent de dénoncer depuis le début de leur mouvement
de grève, le vampirisme économique. Ce système irresponsable qui
sous l’attraction du bas coût, exploite les fonds et les bénéfices
engrangés sur notre territoire, au détriment du développement
local. Au grand malheur de notre département, cette pratique est
menée, tant par nos administrations, nos institutions, ainsi que par
de grandes sociétés de la place, des entreprises « boites noires »
et associations n’ayant pour seul objectif d’injecter leurs gains
hors de notre territoire à des fin de profits personnels. Une
situation qui tend à encourager les malversations, à appauvrir le
marché de l’emploi mahorais et surtout, à tuer le dynamisme
économique du 101ème département de France.

Le préfet de Mayotte a souligné que l’économie
mahoraise se structure principalement par les TPE qui représentent
la majorité des acteurs économiques du territoire. Or force est de
constater que ces Très Petites Entreprises ne sont pas du tout
accompagnées :

Nous ne comptons plus le nombre de fois où nous
avons demandé l’aide du conseil général et de la CCI sur la mise
en place d’une centrale d’achat dédiée aux TPE. La dite
centrale d’achat doit permettre justement aux petites entreprises
de concurrencer la grande distribution pour faire baisser les prix.

Le problème de prix doit être traité d’une
façon globale et c’est aux autorités publiques (Etat,
collectivités, chambres consulaires ..) d’organiser rapidement et
sérieusement des états généraux des prix à Mayotte pour dégager
des réelles solutions et éviter de monter la population contre les
entreprises qui souffrent autant qu’elle des problèmes structurels
de l’économie de l’Ile.

Il faudra pouvoir trouver des réponses à ces
questions entre autres consistant à savoir :


  • Comment s’approvisionner à moindre coût ?
  • Où s’approvisionner à moindre coût ?
  • Les normes imposées à Mayotte ne sont-elles
    pas excessives ?
  • Comment réduire sensiblement les taux de fret
    à Mayotte ?
  • Comment instaurer une véritable concurrence à
    Mayotte ?

La CGPME appelle l’Etat à prendre ses
responsabilités qui ne consistent pas seulement à utiliser la force
pour dégager les manifestants, mais ouvrir le débat et à
construire d’autres routes à Mayotte pour qu’une simple
manifestation ne bloque toute l’économie de l’Île.

Said BASTOI, président du CGPME à Mayotte


* une économie oligopolistique est une économie où
la concurrence est insuffisante pour avoir une répercution sur les
prix de vente. Un duopole caractérise une filière où il n'y a que
deux vendeurs (ndlr).
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 116
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par marco le Lun 17 Oct - 21:09

il manque quand m^me la question la plus importante :

* comment améliorer la productivité du travail à Mayotte ?

le capitalisme se nourrit des gains de productivité, qui permettent la
consommation de masse. Donc comment passer d'une société de l'oisiveté à
une société du travail?

marco
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE Politique

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum