MAYOTTE: LE FORUM DES MAHORAIS d'içi et d'ailleurs
NA MOU KARIBU

Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Mer 19 Mar - 0:18

Lundi 17 Mars 2008
<table border="0" cellpadding="10" cellspacing="0" width="100%"><tr><td align="left" valign="top">
Des soldats de l'Armée nationale de développement (AND) ont
affronté sporadiquement samedi 15 mars au petit matin des membres des Forces de
la gendarmerie anjouanaise (FGA), lors d'une incursion de quelques heures de
l'armée comorienne dans le sud de l'île d'Anjouan</td></tr></table>
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Mer 19 Mar - 0:18

vahibenien a écrit:
Lundi 17 Mars 2008
<table border="0" cellpadding="10" cellspacing="0" width="100%"><tr><td align="left" valign="top">
Des soldats de l'Armée nationale de développement (AND) ont
affronté sporadiquement samedi 15 mars au petit matin des membres des Forces de
la gendarmerie anjouanaise (FGA), lors d'une incursion de quelques heures de
l'armée comorienne dans le sud de l'île d'Anjouan</td></tr></table>
Trois soldats de l'armée nationale auraient été blessés, dont un
grièvement ; il a été transporté samedi en fin d'après-midi vers Moroni, où il a
été hospitalisé au centre hospitalier El-Maarouf. Des soldats anjouanais
seraient également blessés – leur nombre est inconnu. Ll'AND n'est pas revenue
les mains vides : outre les blessés, des prisonniers auraient été faits, parmi
lesquels d'autres gendarmes anjouanais. "On parle d'une trentaine de
prisonniers, mais pour l'heure on ne sait rien. Ils sont tous gardés sur le
bateau de pêche qui a servi à l'attaque. Il paraît qu'il y a des personnalités
importantes", nous affirmait samedi soir un habitant de Fomboni, la capitale
mohélienne.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Mer 19 Mar - 0:19

vahibenien a écrit:
vahibenien a écrit:
Lundi 17 Mars 2008
<table border="0" cellpadding="10" cellspacing="0" width="100%"><tr><td align="left" valign="top">
Des soldats de l'Armée nationale de développement (AND) ont
affronté sporadiquement samedi 15 mars au petit matin des membres des Forces de
la gendarmerie anjouanaise (FGA), lors d'une incursion de quelques heures de
l'armée comorienne dans le sud de l'île d'Anjouan</td></tr></table>
Trois soldats de l'armée nationale auraient été blessés, dont un
grièvement ; il a été transporté samedi en fin d'après-midi vers Moroni, où il a
été hospitalisé au centre hospitalier El-Maarouf. Des soldats anjouanais
seraient également blessés – leur nombre est inconnu. Ll'AND n'est pas revenue
les mains vides : outre les blessés, des prisonniers auraient été faits, parmi
lesquels d'autres gendarmes anjouanais. "On parle d'une trentaine de
prisonniers, mais pour l'heure on ne sait rien. Ils sont tous gardés sur le
bateau de pêche qui a servi à l'attaque. Il paraît qu'il y a des personnalités
importantes", nous affirmait samedi soir un habitant de Fomboni, la capitale
mohélienne.
C'est dans cette ville du sud d'Anjouan qu'ont été tirés les premiers coups de
feu de la crise anjouanais! e. Les soldats de l'AND seraient partis d'Itsamia,
village de Mohéli proche des côtes anjouanaises, dans la nuit de vendredi à
samedi, à bord d'un bateau de pêche industrielle donné par l'Iran voici quelques
mois. Une fois à proximité de Domoni, une cinquantaine de soldats auraient
emprunté des zodiacs pour s'introduire dans la ville. Ils se seraient dirigés
vers la gendarmerie où ils auraient libéré les prisonniers du régime Bacar.
C'est alors qu'auraient éclaté les coups de feu. Une autre source à Moroni fait
état d'une avancée des soldats de l'AND vers le nord. Ces derniers, pas assez
nombreux pour poursuivre leur route, seraient ensuite revenus sur leurs pas
avant de fuir sur le bateau de pêche. Ils sont revenus en milieu d'après-midi à
Mohéli.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Mer 19 Mar - 0:19

vahibenien a écrit:
vahibenien a écrit:
vahibenien a écrit:
Lundi 17 Mars 2008
<table border="0" cellpadding="10" cellspacing="0" width="100%"><tr><td align="left" valign="top">
Des soldats de l'Armée nationale de développement (AND) ont
affronté sporadiquement samedi 15 mars au petit matin des membres des Forces de
la gendarmerie anjouanaise (FGA), lors d'une incursion de quelques heures de
l'armée comorienne dans le sud de l'île d'Anjouan</td></tr></table>
Trois soldats de l'armée nationale auraient été blessés, dont un
grièvement ; il a été transporté samedi en fin d'après-midi vers Moroni, où il a
été hospitalisé au centre hospitalier El-Maarouf. Des soldats anjouanais
seraient également blessés – leur nombre est inconnu. Ll'AND n'est pas revenue
les mains vides : outre les blessés, des prisonniers auraient été faits, parmi
lesquels d'autres gendarmes anjouanais. "On parle d'une trentaine de
prisonniers, mais pour l'heure on ne sait rien. Ils sont tous gardés sur le
bateau de pêche qui a servi à l'attaque. Il paraît qu'il y a des personnalités
importantes", nous affirmait samedi soir un habitant de Fomboni, la capitale
mohélienne.
C'est dans cette ville du sud d'Anjouan qu'ont été tirés les premiers coups de
feu de la crise anjouanais! e. Les soldats de l'AND seraient partis d'Itsamia,
village de Mohéli proche des côtes anjouanaises, dans la nuit de vendredi à
samedi, à bord d'un bateau de pêche industrielle donné par l'Iran voici quelques
mois. Une fois à proximité de Domoni, une cinquantaine de soldats auraient
emprunté des zodiacs pour s'introduire dans la ville. Ils se seraient dirigés
vers la gendarmerie où ils auraient libéré les prisonniers du régime Bacar.
C'est alors qu'auraient éclaté les coups de feu. Une autre source à Moroni fait
état d'une avancée des soldats de l'AND vers le nord. Ces derniers, pas assez
nombreux pour poursuivre leur route, seraient ensuite revenus sur leurs pas
avant de fuir sur le bateau de pêche. Ils sont revenus en milieu d'après-midi à

Quelques heures avant leur retour, le chef
d'état-major de l'AND, le colonel Salimou, avait tenu une conférence de presse à
Fomboni au cours de laquelle il avait annoncé "une intervention imminen! te".
"Nous avons effectué des missions de reconnaissance et d! es éléments de l’AND
se trouvent sur le terrain" avait-il annoncé, affirmant que "les incursions
opérées ces derniers jours dans l’île sont destinées à la fois, à démontrer la
capacité de l’AND à surprendre l’adversaire, et à adresser un message clair aux
FGA".Mohéli.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Mer 19 Mar - 0:19

vahibenien a écrit:
vahibenien a écrit:
vahibenien a écrit:
vahibenien a écrit:
Lundi 17 Mars 2008
<table border="0" cellpadding="10" cellspacing="0" width="100%"><tr><td align="left" valign="top">
Des soldats de l'Armée nationale de développement (AND) ont
affronté sporadiquement samedi 15 mars au petit matin des membres des Forces de
la gendarmerie anjouanaise (FGA), lors d'une incursion de quelques heures de
l'armée comorienne dans le sud de l'île d'Anjouan</td></tr></table>
Trois soldats de l'armée nationale auraient été blessés, dont un
grièvement ; il a été transporté samedi en fin d'après-midi vers Moroni, où il a
été hospitalisé au centre hospitalier El-Maarouf. Des soldats anjouanais
seraient également blessés – leur nombre est inconnu. Ll'AND n'est pas revenue
les mains vides : outre les blessés, des prisonniers auraient été faits, parmi
lesquels d'autres gendarmes anjouanais. "On parle d'une trentaine de
prisonniers, mais pour l'heure on ne sait rien. Ils sont tous gardés sur le
bateau de pêche qui a servi à l'attaque. Il paraît qu'il y a des personnalités
importantes", nous affirmait samedi soir un habitant de Fomboni, la capitale
mohélienne.
C'est dans cette ville du sud d'Anjouan qu'ont été tirés les premiers coups de
feu de la crise anjouanais! e. Les soldats de l'AND seraient partis d'Itsamia,
village de Mohéli proche des côtes anjouanaises, dans la nuit de vendredi à
samedi, à bord d'un bateau de pêche industrielle donné par l'Iran voici quelques
mois. Une fois à proximité de Domoni, une cinquantaine de soldats auraient
emprunté des zodiacs pour s'introduire dans la ville. Ils se seraient dirigés
vers la gendarmerie où ils auraient libéré les prisonniers du régime Bacar.
C'est alors qu'auraient éclaté les coups de feu. Une autre source à Moroni fait
état d'une avancée des soldats de l'AND vers le nord. Ces derniers, pas assez
nombreux pour poursuivre leur route, seraient ensuite revenus sur leurs pas
avant de fuir sur le bateau de pêche. Ils sont revenus en milieu d'après-midi à

Quelques heures avant leur retour, le chef
d'état-major de l'AND, le colonel Salimou, avait tenu une conférence de presse à
Fomboni au cours de laquelle il avait annoncé "une intervention imminen! te".
"Nous avons effectué des missions de reconnaissance et d! es éléments de l’AND
se trouvent sur le terrain" avait-il annoncé, affirmant que "les incursions
opérées ces derniers jours dans l’île sont destinées à la fois, à démontrer la
capacité de l’AND à surprendre l’adversaire, et à adresser un message clair aux
FGA".Mohéli.
En début de semaine déjà, dans la nuit de lundi à
mardi, quelques soldats de l'AND avaient foulé le sol anjouanais après avoir
traversé le bras de mer qui sépare Mohéli d'Anjouan en zodiacs. Alors qu'ils
s'étaient infiltrés à Sima, dans le nord-ouest anjouanais, ils étaient revenus
avec trois prisonniers : trois hommes désignés par la population comme étant des
indicateurs du colonel Bacar, qui sont depuis interrogés par l'AND.

VM
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Mer 19 Mar - 0:20

Le gouvernement Bacar dénonce une attaque
"terroriste"

Dans un communiqué
publié le 16 mars, le gouvernement illégal de l'île autonome d'Anjouan "informe
la population Comorienne et la communauté internationale qu'il a fait l'objet
d'une agression de nature terroriste de la part d'une armée AND qui,
contrairement à sa mission républicaine, s'adonne à des prises d'otages de
citoyens innocents au seul tort d'être anjouanais et non Sambiste." Le document
parle de "bandits agresseurs" et considère "que le Président Ahmed Abdallah
Mohamed Sambi, en organisant ces actes terroristes, révèle pour qui avait encore
des doutes, sa véritable nature d'activiste extrémiste".


Dernière édition par vahibenien le Jeu 3 Avr - 19:31, édité 1 fois
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Mer 19 Mar - 0:22

Le gouvernement de l'Union des Comores a rejeté samedi 15 mars la
proposition faite par le colonel Mohamed Bacar, de faire de l'Union des Comores
une confédération octroyant plus d'autonomie aux trois îles de l'archipel.


"Il ne peut être
question de confédération. C'est une proposition totalement farfelue
" a
déclaré à l'AFP Antoy Abdou, secrétaire général du gouvernement de l'Union des
Comores. "Cette idée est nulle et non avenue", avait déjà indiqué jeudi le
porte-parole du gouvernement Abdourahim Said Bakar. De même, le gouvernement
comorien a rejeté l'idée, suggérée par le président sud-africain Thabo Mbeki, de
permettre à Mohamed Bacar d'organiser de nouvelles élections en mai. "Il n'est plus question pour nous de rouvrir des
négociations avec cet homme. Nous avons lancé une opération de rétablissement de
l'ordre par une intervention armée. L'opération suit son cours et devra
continuer jusqu'à son terme
", a martelé le porte-parole du gouvernement
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

COMORES!!

Message par Maadabass le Mar 25 Mar - 21:36

Sambi aux responsables anjouanais : "Soulevez un drapeau
blanc !"


Lundi 24 Mars 2008



Dans son discours à la nation prononcé lundi soir à 21
heures sur les ondes de la télévision nationale, Ahmed Abdallah Sambi affirme
avoir donné son feu vert à l'AND pour un débarquement, dimanche soir, "avec
amertume et beaucoup de colère". "J'étais obligé de prendre la nivaquine pour
guérir", a-t-il dit.
Le Président Sambi en mars
2007. (Photo Malango)
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Mar 25 Mar - 21:37

Lors de ce discours, Sambi s'est d'abord adressé aux militaires de
l'AND. Il a dit qu'il était "très fier
d'eux
" et que "la Nation est derrière
eux
". Il a par la suite demandé à la population anjouanaise "de ne pas se faire vengeance, même si [elle] a
beaucoup souffert.
" "Il faut attendre
qu'on récupère ces gens [les dirigeants politiques et militaires anjouanais,
ndlr] pour qu'ils soient jugés par les tribunaux
" a-t-il ajouté, avant de
conclure : "Il y a des journalistes étrangers
[aux Comores, ndlr], il faut leur donner une bonne image
". Puis le
président s'est adressé aux Forces de la gendarmerie anjouanaise : "Si vous restez tranquille et chez vous, vous serez
réintégrés dans l'AND
", leur a-t-il lancé. "Mais si vous vous battez avec vos armes, vous allez
subir les forces de l'AND. Et si vous survivez vous serez jugés.
" Selon
lui, "il y a plus de 1.000 soldats étrangers
qui sont avec l'AND ; et des Soudanais, qui ont connu beaucoup plus la guerre
que l'AND
".

Enfin, aux responsable anjouanais, il a lancé :
"Vous avez fait suffisamment de mal à la
population. S'il vous plaît, donnez l'ordre aux FGA de ne pas se battre,
soulevez un drapeau blanc, et ainsi vous serez jugés pour ce que vous avez fait
jusqu'à maintenant et non pour de nouvelles morts de jeunes
anjouanais
".

Anticipant une éventuelle victoire, Sambi a
révélé qu'une fois "que tout sera terminé", il organisera une
confér! ence nationale "pour voir les lacunes
de la Constitution [de l'Union des Comores, ndlr] et voir ce qui empêche le
fonctionnement des institutions
".

Enfin, concernant l'offensive elle-même, Sambi
n'a pas dévoilé grand-chose –son discours était pré-enregistré. Il n'a pas dit
où en étaient les troupes de l'AND et de l'UA, mais il a tout de même affirmé,
en guise d'indice sur l'imminence du débarquement : "Je m'adresse à vous, responsables anjouanais, qui
croyiez que les militaires n'allaient jamais venir. Vous allez les voir arriver,
s'ils ne sont pas déjà là !
"

VM (avec AA)
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Mar 25 Mar - 21:37

L'opération militaire "Démocratie aux Comores", qui vise à
rétablir l'autorité de l'Union des Comores sur l'île d'Anjouan et à renverser le
président auto proclamé de l'île Mohamed Bacar, a débuté hier en début de
matinée.

Le président Sambi l'a confirmé lundi soir lors d'un discours à la
nation (lire par ailleurs). Lundi soir, il était cependant impossible de savoir
où en était l'offensive. Il était en effet très difficile de communiquer avec
Anjouan et Mohéli, où le réseau téléphonique a été coupé respectivement début
février et hier matin, alors que les sources d'information officielles restaient
muettes.

Seule certitude : deux navires chargés de troupes
comoriennes et africaines (environ 200 hommes) ont quitté le port de Fomboni, la
capitale mohélienne, dans la nuit! de dimanche à lundi, en direction d'Anjouan.
Selon l'AFP, trois autres navires devaient les suivre dans la journée. Vers 15
heures, selon le témoignage d'un Anjouanais rencontré à Mayotte, parti en début
d'après-midi de Domoni vers Mayotte à bord d'un kwassa, un de ces navires se
trouvait au large des côtes anjouanaises, "assez prêt". "Ils nous ont arrêté, ont vérifié notre identité et
nous ont laissé repartir
", affirme notre témoin, selon lequel le navire
"était plein de soldats armés".

Si des rumeurs ont fait état, dans l'après-midi,
d'un débarquement et de la prise de contrôle par l'AND de plusieurs points
stratégiques comme la présidence et l'aéroport de Ouani, rien ne permettait
d'affirmer lundi soir que le débarquement était effectif. Joint à 17 heures par
sa rédaction, le correspondant de Télé Mayotte, Nizar Sou! ffou, affirmait
qu'aucun soldat de l'AND n'avait encore posé ! le pied sur le sol anjouanais.
Par ailleurs, aucune dépêche de l'AFP, qui compte sur place un envoyé spécial,
n'avait, à 21 heures, confirmé cette thèse.

Au sein de la présidence de l'Union, les
informations se faisaient au compte-goutte dans l'après-midi. Elles variaient
selon les sources. Certains hauts responsables affirmaient que le débarquement
avait eu lieu et que l'AND contrôlait des points stratégiques. D'autres
assuraient qu'il était trop tôt pour parler d'un débarquement. Selon le service
communication de la présidence joint au téléphone à 20 heures, "les soldats ont posé le pied à Anjouan"…
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Mar 25 Mar - 21:38

"L'assaut est
une question d'heures" affirmait une autre source officielle. Qui poursuivait :
"Quelques éléments peuvent déjà être allés [sur le sol anjouanais] pour quelques
incursions afin de tester l'adversaire
".
Outre les navires, les hélicoptères ont également été utilisés, mais pour une
autre mission : l'un d'eux a survolé l'île durant la journée et a lancé des
tracts à la population. Dans ce document, l'AND "informe tous les habitants d'Anjouan qu'elle sera à
Anjouan dans les jours ou plutôt dans les heures qui viennent
", invitant
la population à rester chez elle. "Il est ainsi
conseillé aux habitants de ne pas trop s'éloigner de leur domicile, aux élèves
de ne plus aller à l'école, aux pêcheurs de ne pas s'aventurer en mer, aux
cultivateurs de ne plus aller aux champs, aux marchands ambulants de rester
chacun dans sa localité, et tout ceci jusqu'à nouvel ordre
", indique le
texte. "Vous êtes priés de fermer vos maisons
et surtout de ne jamais prendre le risque d'héberger un milicien de la FGA
(force de gendarmerie d'Anjouan) ou un proche du ré! gime de Mohamed
Bacar
", avertit le document. Concernan! t les éléments des FGA, l'armée
comorienne explique que "les moyens aériens,
maritimes et terrestres ultrasophistiqués dont dispose actuellement l'AND seront
utilisés sans hésitation, ni pitié contre vous si vous ne vous rendez pas
immédiatement
". "Sachant que vous êtes
nombreux à vouloir déserter, il vous sera communiqué le moment venu, l'endroit
où vous vous rendrez et où vous serez traités avec dignité, droit et
respect
", ajoute le texte. "L'AND
utilisera toute la puissance de feu qu'elle possède pour libérer les Anjouanais.
Cette mission sera facile, moins sanglante si la population d'Anjouan y
participe sagement
", conclut le texte.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Mar 25 Mar - 21:38

Le tract, en français et en comorien, a provoqué
des réactions de joie des habitants dans certains quartiers de la ville, et il a
été photocopié en plusieurs dizaines d'exemplaires que l! es gens se lisaient
les uns aux autres, a constaté l'AFP.

On pouvait imaginer lundi soir que le
débarquement serait effectif dans la nuit de lundi à mardi. Lors de son discours
pré-enregistré dans la journée de lundi mais diffusé à 21 heures lundi soir,
Sambi a donné un petit indice à ce sujet. "Je
m'adresse à vous, responsables anjouanais, qui croyiez que les militaires
n'allaient jamais venir. Vous allez les voir arriver, s'ils ne sont pas déjà là
!
" a-t-il déclaré. Nous devrions en savoir plus mardi matin, à
l'aube…
VM
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Mar 25 Mar - 21:39

Lundi 24 Mars 2008
<table border="0" cellpadding="10" cellspacing="0" width="100%"><tr><td align="left" valign="top"><table cellpadding="0" cellspacing="5" width="100%"><tr><td rowspan="2" valign="top">
Dans leur assaut, les quelque 400 soldats de l'Armée
nationale de développement (AND) peuvent compter sur près de 1.000 soldats
soudanais, sénégalais et tanzaniens.</td>
<td class="EC_pointvertical" align="center" width="350">
</td></tr>
<tr><td class="EC_pointvertical" align="center">Manœuvres de l'armée
comorienne en janvier dernier.
</td></tr></table></td></tr></table>
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Mar 25 Mar - 21:39

Selon l'AFP présente sur place, ainsi que selon certains de nos
informateurs, les troupes mandatées par l'Union africaine pour rétablir l'ordre
institutionnel à Anjouan ont rejoint Mohéli le week-end dernier, où se
trouvaient déjà les 400 soldats comoriens depuis début février. Alors que 350
soldats tanzaniens et soudanais étaient arrivés jeudi sur l'île, 150 autres les
ont rejoint vendredi, et 500 nouveaux militaires sont arrivés samedi, portant à
plus de 1.000 le nombre de soldats africains déployés à Mohéli.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Bacar 01- Mayotte 00

Message par socrate le Ven 28 Mar - 3:09

Liberté-égalité-fraternité sont les devises de ma republique. Mais quand je vois ce qui vient de se passer avec l'anjouan!! J'avous que nous sommes gouvernés par des individus qui ne veulent pas regarder plus loin que le bout de leur nez. Comment le préfet de Mayotte à accepter d'héberger le Colonel Mohamed Bacar à Mayotte sachant qu'il y a un grand probleme entre le peuple anjouannais et maorais? Je vous jure que aujourd'hui à Mamoudzou, sa à faillit être une guerre civil anjouanomaorais. Heureusement que les armes à feu sont cazi inéxistantes à la portée de la population. L'Etat doit faire quelque chose dés maintenant car "sa va peut être prendre 10 ans mais sa va peter quand même" Dit Ben Laden dans les quignols de l'info.
Il y a des magouilles dans l'air, comme à l'accoutumé avec les grandes puissances. Dans ma logique, il ne devait pas venir. Mais vous savez quoi? MAIS NE LE DITES A PERSONNE!!!!!! Il y a ou a eu quelque chose entre Michelle Aliomari et le Colonel Bacar. N'oublions pas que Michelle à travaillée à l'ambassade des Comores! Je vous laisse deviner la suite.
avatar
socrate
KANA-BEYA
KANA-BEYA

Age : 27
Date d'inscription : 18/10/2007
Localisation : Mayotte
Messages : 25
Points : 0

http://mickiejunior.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Dim 30 Mar - 13:51

Le débarquement vu depuis Mayotte



Mercredi 26 Mars 2008





Largement consacré à l'intervention militaire comorienne, le
journal de Télé Mayotte de ce mardi 25 mars a vu s'exprimer le nouveau ministre
français de l'Outremer, dont la visite à Mayotte est annoncée pour ce vendredi
28 mars. Yves Jego a indiqué qu'il tenait à se rendre rapidement sur l'île en
raison de "deux inquiétudes". La
première, "humanitaire", concerne "les Comoriens qui prennent des risques insensés pour
se rendre à Mayotte
". La seconde est liée au "déséquilibre" que pourrait créer, selon le
ministre, l'intervention armée qui vient de se dérouler à Anjouan. Yves Jego
souhaite "faire en sorte que le! s conséquences
sur Mayotte soient les plus préparées possibles
" et envisage que l'île
accueille "éventuellement des réfugiés".
"Il faut que la France soit la plus performante
possible en ayant un discours clair : ceux qui seraient accueillis comme
réfugiés n'auront pas vocation à rester
", a-t-il souligné.

RFO a par ailleurs rappelé l'existence d'un plan
élaboré par la préfecture pour prendre en charge d'éventuels blessés et réfugiés
: des sites d'hébergement sont prévus et des évacuations sanitaires vers la
Réunion envisagées depuis l'île sous administration française. L'éventuelle
évacuation de ressortissants français installés à Anjouan a également été
évoquée. L'annonce d'un possible "afflux de
réfugiés anjouanais
" sur les côtes mahoraises sonnait cependant
étrangement après les images de foules en liesse, à D! omoni et Mutsamudu, qui
accueillaient les forces comorienne e! t africaine en libérateurs. A noter
également que les autorités françaises, qui se déclarent aujourd'hui disposées à
accueillir des réfugiés, n'ont jamais cessé de renvoyer vers Anjouan des
personnes en situation irrégulière, malgré le climat de terreur qui régnait sur
l'île ces dernières semaines et les tortures perpétrées par les milices de
Mohamed Bacar.

Télé Mayotte a enfin donné la parole à des
habitants des hauteurs de Kaweni, originaires d'Anjouan, qui ont manifesté leur
joie. "Je suis très très heureux. Les habitants
pourront aller où ils veulent, quand ils veulent, faire ce qu'ils veulent sans
être contrôlés à tout moment
", a lancé l'un d'eux.

VM
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Dim 30 Mar - 13:51

mercredi 26 mars 2008

De source proche de
l’Etat-major de l’AND, Abdallah Bacar Combo, ministre de la Justice du
gouvernement Bacar, aurait été arrêté par la coalition, mardi 24 mars. La même
source reprise par la présidence annonçait l’arrestation de M. Moussouab, maire
de la ville de Ouani où se trouve l’aéroport. Parmi les chefs de la milice de
Bacar, le lieutenant Adé (impliqué dans de nombreuses tortures) et le major
Moilo seraient également détenus par les forces de l’ordre. Ces informations ont
été confirmées à 15 heures mardi par un membre de la cellule de communication de
la Présidence de l’Union. Hier soir, on parlait à Mohéli de l'arrestation
d'autres hauts responsables, sans citer de noms.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Dim 30 Mar - 13:53

Anjouan : les combats se poursuivent

mercredi 26 mars 2008


Alors que les autorités comoriennes affirmaient mardi soir
avoir pris le contrôle de l'île d'Anjouan après que le débarquement ait débuté à
l'aube, des poches de résistance persistaient. Mercredi matin, des membres des
FGA continuaient à répondre aux tirs des soldats de la coalition. Mohamed Bacar
restait introuvable.
La médina de Mutsamudu et le
port (photo d'archive E. Trannois)



Selon l'envoyé spécial de RFO à Anjouan, des échanges de tirs
étaient toujours entendus du côté de Barakani, le village de Mohamed Bacar,
mercredi matin. Selon Nizar Souffou, les membres de la garde rapprochée du
colonel continuaient dans la matinée à répondre aux assauts des soldats de
l'Armée nationale de développement (AND) et des troupes africaines mandatées par
l'Union africaine. Deux zones resteraient aux mains des rebelles : Barakani
donc, situé à 5 kilomètres de Mutsamudu, la capitale, et proche de Ouani, et
Mirontsy, banlieue de Mutsamudu où se trouvent les cuves des hydrocarbures.

Cette information a été confirmée par l'envoyé
spécial de l'AFP, selon lequel "des tirs d'artillerie et de mitrailleuses
lourdes étaient entendus dans les environs de Ouani" mercredi matin, tandis
qu'un "bateau armé d'un canon lourd de l'armée fédérale comorienne et des
troupes mandatées par l'Union africaine (UA) se rapprochait de la côte devant
Ouani pour participer au bombardement."

La veille au soir, l'armée comorienne annonçait
avoir pris le "contrôle total" de l'île
d'Anjouan,,au terme d'une opération militaire lancée dans la matinée avec le
soutien de l'Union africaine. "L'île d'Anjouan
est sous le contrôle total de l'armée
", a déclaré le commandant Ahmed
Sidi aux journalistes présents sur l'île voisine de Mohéli, mardi soir. "Pour l'instant nous ne déplorons ni mort ni blessé.
Les dirigeants rebelles ont tous fui, aucun n'a encore été trouvé.
"

Selon les autorités comoriennes, Mohamed Bacar
aurait pris la fuite déguisé en femme et chercherait à gagner en batea! u l'île
française de Mayotte, toute proche. "Le colonel Mohamed Bacar a été
localisé dans le village de Sadanpoini, d'où il se dirige vers un endroit lui
permettant de fuir à bord d'un kouassa (petit canoë) en direction de l'île de
Mayotte", a déclaré Abdourahim Saïd Bacar. "Il semble, selon plusieurs sources, qu'il s'est
travesti en femme
", a-t-il ajouté. Une information qui reste à
vérifier.

Selon un communiqué gouvernemental, le
débarquement s'est déroulé sans accroc. Arrivés par bateau à l'aube après être
partis de Mohéli la veille, les militaires des Comores et de l'UA ont rapidement
repris le contrôle des villes de l'île. Il y a eu un "bref affrontement" dans la ville d'Ouani, et
Mutsamudu, la capitale d'Anjouan, est tombée "après un court échange de tirs". Un bateau de
l'AND a accosté dans la baie de Mutsamudu qui a été prise à l'is! sue de brefs
échanges de tir. À Domoni, "on a assisté à des
scènes de fraternisation entre la population et les soldats soudanais.
"
Quelques heures auparavant, un conseiller à la défense du président comorien
Ahmed Abdallah Mohamed Sambi avait annoncé la prise par les soldats
gouvernementaux, aidés de 400 hommes de l'UA, de l'aéroport de l'île et de la
ville de Mutsamudu.

A la mi-journée, les trois principales métropoles
(Ouani, Domoni et Mutsamudu) étaient conquises, de même que les principaux camps
de gendarmerie. Dans l'un d'eux, les troupes de la coalition ont découvert une
vingtaine d'armes. Ces fusils d'assaut et ces lance-roquettes avaient été
visiblement abandonnés par des gendarmes anjouanais qui se sont réfugiés dans
les collines avoisinantes, rapporte l'AFP.

VM (avec AFP et Reuter)
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Dim 30 Mar - 13:55

La Libye et la France se réjouissent de la réussite du
débarquement


Jeudi 27 Mars 2008




La Libye s'est félicitée de l'intervention des forces armées
comoriennes appuyée par un contingent de l'Union africaine (UA) sur l'île
d'Anjouan et de leur victoire sur les militaires sécessionnistes, ramenant ainsi
l'île sous l'autorité légale de l'Etat des Comores.


Dans un
communiqué publié mardi 25 mars à Tripoli, le comité populaire général libyen
des Relations extérieures et de la Coopération internationale a souligné que
cette action prouve de nouveau la capacité de l'UA à prendre des dispositions
pour mettre fin à toute tentative visant à sortir un pays de la légalité et à
restaurer la sécurité et la stabilité sans l'intervention d'une puissance du
dehors du continent. Le communiqué souligne que le comité libyen des Relations
extérieures, tout en saluant cette action courageuse africaine, est totalement
confiant qu'elle ouvrira une nouvelle page dans la marche du peuple comorien,
consolidera son unité et le mettra sur la voie de la stabilité, du progrès et de
la prospérité.

De son côté, la France "se réjouit du
succès de l’opération militaire africaine qui a permis de rétablir, sans pertes
humaines, l’intégrité territoriale de l’Union des Comores." Selon le
ministère des Affaires étrangères, "le
président de la République [française, ndlr] a reçu avant-hier un message très
chaleureux du Président Sambi le remerciant pour l’action de la
France.
"

VM (avec Panapress
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Dim 30 Mar - 14:03

Anjouan quasiment sous contrôle de la coalition

MERCREDI 26 Mars 2008



Les troupes de la coalition AND/UA contrôlaient une grande
partie de l'île d'Anjouan mercredi soir, selon des sources officielles et
plusieurs témoins contactés sur place. Si l'on ne comptait que de très rares
poches de résistance, Mohamed Bacar était toujours introuvable.

Preuve du retour progressif à la normale à Anjouan et de la fin
prochaine de la première étape –celle du débarquement- des opérations
militaires, une partie du gouvernement de l'Union des Comores s'est rendue sur
place mercredi dans l'après-midi. Parmi les membres du gouvernement se
trouvaient Ikililou Dhoinine, vice-président nommé le matin même administrateur
provisoire de l'île (lire par ailleurs).
Les responsables politiques ont été précédés de quelques heures par le chef
d'état-major de l'A! rmée nationale de développement (AND), le colonel Salimou,
arrivé sur l'île dans la matinée, ainsi que par les journalistes des médias
comoriens, héliportés de Mohéli vers Anjouan en fin de matinée.

Mercredi soir, l’île n’était "pas encore totalement sous contrôle", au
deuxième jour du débarquement, a déclaré à l'AFP le ministre comorien de la
Défense, Mohamed Bacar Dossar. "Notre stratégie
maintenant, c'est de sécuriser toute l'île parce qu'Anjouan n'est pas encore
totalement sous contrôle, notamment au sud, dans les régions de Sima, Moya et
Pomoni où nous n'avons personne
", a-t-il déclaré, avant d’ajouter :
"Nous avons fait venir des renforts tanzaniens
de Mohéli qui doivent se déployer dans cette région
", alors qu'un
contingent "soudanais est déployé dans la
région de Domoni (est)".


Mercredi après-midi! , notre envoyé spécial
affirmait que les échanges de coups de feu qui avaient marqués le début de la
matinée, ne se faisaient plus entendre. Alors qu'à l'aube, la zone de Mirontsy,
banlieue de Mutsamudu et point stratégique où se trouvent les cuves de la
société des Hydrocarbures, et celle de Barakani, village du colonel Bacar,
étaient le théâtre d'affrontements entre les derniers résistants des Forces de
la gendarmerie anjouanaise et les troupes de la coalition, dans l'après-midi, on
n'entendait plus aucun tir depuis la capitale, Mutsamudu.

Après une première journée marquée par les succès
de la coalition AND/UA, mardi, les échanges de coups de feu avaient repris dans
la nuit de mardi à mercredi. Le bilan des affrontements était mercredi inconnu.
L'AFP faisait état de onze blessés mercredi midi. Cinq civils, blessés par
balles et par des éclats d'obus, ont été soignés mardi, et trois mercredi, au
centre hospitalier régional d'Anjouan, situ! é à Hombo, dans la banlieue de
Mutsamudu.

Dans l'après-midi, la rumeur courait selon
laquelle le président déchu, Mohamed Bacar, aurait été capturé par les forces de
la coalition. A tord. Si selon un membre de la présidence joint à 16 h 30,
"nous l'avons localisé, nous savons où il
est
", et si sa résidence privée dans le village de Barakani était
désertée et saccagée, selon un journaliste de l'AFP, à 18 heures, il n'avait
toujours pas été arrêté. Selon notre envoyé spécial, "les soldats ratissent l'ensemble de l'île pour le
trouver
" ; il pourrait se cacher dans la région de Moya, à l’ouest. Ses
principaux collaborateurs, parmi lesquels les ministres Mohamed Abdou Madi et
Djanfari Salim, étaient eux aussi toujours en fuite mercredi soir. Il était
impossible de savoir s'ils se trouvaient encore à Anjouan, où s'ils ont fui
avant l'offensive de l'AND aidée des tro! upes mandatées par l'Union africaine.
D'autres personnalités ! fortes du régime Bacar ont par contre été arrêtées,
comme Makany (leader du Parti populaire anjouanais, qui réclame l'indépendance),
Ba Goulam (leader du mouvement séparatiste en 1997) et Caambi El-Yachourtui,
ancien vice-président de l'Union des Comores (2002-2006) qui avait rallié Bacar
après les élections truquées de 2007.

VM
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Dim 30 Mar - 14:05

"Pourquoi la France protège un criminel?"

JEUDI 27 Mars 2008



Le bilan officiel des émeutes de jeudi 27 mars à Mayotte
–liées à la présence de Bacar à Mayotte (lire par ailleurs)- faisait état à
19h30 de 18 blessés enregistrés au Centre hospitalier de Mamoudzou, dont 15
étaient rentrés chez eux, deux étaient en observation, et un, "dans un état
grave" selon le préfet, se trouvait en réanimation. Aucun mort n'est à déplorer
selon la préfecture.
Aux abords de l'aéroport de
Dzaoudzi en Petite Terre, les forces de l'ordre empêchent les manifestants
d'approcher. (Photo ©Kashkazi)



Au plus fort de la mobilisation jeudi en fin de matinée, plus de
1.000 personnes manifestaient à Mamoudzou, et près de 200 en Petite Terre.
Certains ont exprimé leur déception quant à l'attitude de la France en
saccageant des véhicules et des vitrines de commerce, et en violentant des
personnes. La tension est retombée après que les forces de l'ordre aient repris
le contrôle à l'aide de grenades lacrymogènes, en début d'après-midi, mais les
échauffourées se sont poursuivies jusqu'en début de soirée à Kaweni, banlieue de
Mamoudzou où se trouve une très forte communauté anjouanaise. Si la Petite Terre
a été relativement épargnée par les violences, les incidents les plus graves se
sont déroulés en Grande Terre. Pour éviter une trop forte affluence en Petite
Terre, la préfecture a en effet décidé de suspendre les rotations de la barge,
qui relie la Gr! ande à la Petite Terre, en début de matinée –le trafic n'a
repris qu'à 18 heures.

Après s'être rendus à la préfecture, où les
attendaient quelques policiers, les protestataires sont repartis peu après 7
heures pour "chercher d'autres
manifestants
". Vers 8 heures, ils étaient plusieurs centaines d'hommes et
de femmes rassemblés devant le rond-point de la barge, le centre névralgique de
la ville. Face à l'impossibilité de se rendre à l'aéroport, un petit nombre
d'entre eux a commencé à jeter des poubelles sur les axes de circulation, à
caillasser et brûler les véhicules garés près du rond-point et à prendre à
partie les passants. Des témoins parlent de "passages à tabac" du côté de Kaweni. Une femme
qui transportait ses deux enfants en voiture s'est faite défoncer la voiture et
les vitres et a pu s'en sortir in extremis. De nombreuses personnes se sont
réfugiée! s dans les commissariats, magasins et postes de gendarmerie. ! Les
magasins des environs ont alors fermé, tandis que les administrations ne
recevaient plus le public. Les élèves de Mamoudzou ont eux été priés de rester
dans leur établissement jusqu'à ce que le calme revienne.

Le préfet affirme en outre avoir enregistré des
tentatives de racket et de prises d'otage. "Certains manifestants ont essayé de prendre des
mzungus [métropolitains, ndlr] en otage pour les échanger contre Bacar, mais ils
ont vite été relâchés
", confirme un témoin.

VM
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Dim 30 Mar - 14:06

Violences à Mayotte contre l'accueil de Bacar par la France


JEUDI 27 Mars 2008



"Si la France joue à la crapule, nous aussi on va devenir
violents ! Notre objectif, c'est que Mohamed Bacar soit expulsé vers la Grande
Comore et soit jugé."

Ainsi protestaient les Anjouanais qui ont exprimé leur colère, tôt
ce matin (jeudi 27 mars) à Mamoudzou, après avoir appris que le colonel délogé
du pouvoir et activement recherché par les forces comoriennes et de l'Union
africaine, s'était réfugié à Mayotte.

La nouvelle a commencé à circuler hier tard dans
la soirée, avant de se répandre ce matin à l'aube : l'ancien président
d'Anjouan, accompagné d'une dizaine de ses proches et de quelques hommes armés,
a été accueilli hier par son frère dans sa maison de Mzouazia, au sud de
l'île.

Le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, Yves Jégo,!
qui vient d'arriver à La Réunion, a affirmé ce matin que la France "étudiait sa demande d'asile politique". "Nous comprenons la déception et la colère des
Comoriens, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que Bacar et ses
collaborateurs reviennent et soient jugés aux Comores
", a ajouté le
ministre.

Le ministre comorien de la Défense a de son côté
indiqué qu'il "ferait tout" pour que
l'ex-président renversé d'Anjouan soit jugé aux Comores, appelant la France à
donner suite à la demande de Moroni pour son retour, bien que les deux pays
n'aient pas conclu d'accord d'extradition, souligne l'AFP.

Cela n'a cependant pas suffi à calmer la colère
qui s'est emparée de la communauté anjouanaise de Mayotte, une colère d'autant
plus exacerbée que Mohamed Bacar est en cours de transfert! vers Mayotte. Arrivé
en vedette vers 7h30 en provenance de M! zouazia, le colonel déchu attend dans
un hangar de l'aéroport de Dzaoudzi, l'arrivée du Transall qui doit le conduire
à la Réunion. Une centaine de manifestants arrivés entre 7h30 et 8 heures, qui
étaient jusqu'en fin de matinée postés à l'entrée de l'aéroport, ont été
repoussés à coups de bombes lacrymogènes. L'aéroport est à présent bouclé, et
placé sous haute surveillance, notamment maritime.

A Mamoudzou, la situation est actuellement
beaucoup plus tendue. Dès 7 heures, un petit groupe de manifestants s'est rendu
devant la préfecture, avant de repartir pour "rameuter d'autres personnes". Des habitants de
villages de brousse venus travailler dans la capitale indiquent avoir vu des
Anjouanais vivant à la campagne marcher vers Mamoudzou pour rejoindre les
protestataires. Les choses ont cependant commencé à dégénérer lorsque les
vacations de la barge ont été interrompues pour empêcher les manifestants! de
rejoindre l'aéroport, et que des bombes lacrymogènes ont été lancées contre eux,
selon un témoin. Parmi la grosse centaine de personnes regroupées au niveau du
rond-point de la barge, dix à vingt individus –des hommes âgés de 20 à 30 ans-
ont commencé à barrer la route à l'aide de poubelles et de pneus. Un homme –un
métropolitain- qui tentait de passer en scooter a été agressé, son deux-roues
renversé, brisé à coups de pierres et incendié. D'autres véhicules ont été
cassés ou brûlés, tandis que la manifestation prenait un tour "anti-blancs". Dans leur colère contre la
France, les jeunes casseurs s'en sont pris particulièrement aux métropolitains,
à qui la traversée de la Place Mariage et du rond-point de la barge a fini par
être interdite. Très mobiles, ils ont provoqué un vent de panique sur le
centre-ville, dont la plupart des boutiques avaient redescendu leur rideau vers
9h30. La Caisse de sécurité sociale, où travaille le frèr! e de Mohamed Bacar
qui a accueilli l'ex homme fort d'Anjouan,! fermait également ses portes vers 10
heures. De nombreux "métropolitains" s'étaient réfugiés dans les bars et bureaux
des places Mariage et Marché. Deux personnes auraient pour l'instant été admises
à l'hôpital de Mamoudzou suite à des blessures.

Kaweni aussi a été prise d'assaut par des
manifestants qui ont brûlé des véhicules et lancé des pierres sur des boutiques.
Positionnées sur quelques ronds-points, les forces de l'ordre n'ont pour
l'instant pas neutralisé les individus violents, qui ne cessent de se déplacer
et de se fondre dans la foule des manifestants plus calmes ou des badauds.

A noter également que plusieurs centaines de
personnes ont manifesté ce matin devant l'ambassade de France à Moroni pour
protester contre l'accueil accordé à l'ancien président auto-proclamé, accusé
d'être responsable de nombreuses exactions, privations de libertés et
détournements sur son île.

VM
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Dim 30 Mar - 14:07

Vives protestations à Mayotte contre la présence de Mohamed
Bacar : la tension monte


JEUDI 27 MARS 2008


A Mayotte, où le président auto-proclamé déchu d'Anjouan
Mohamed Bacar, s'est réfugié, la tension monte entre les manifestants anjouanais
et les forces de l'ordre.

Depuis ce jeudi matin, la colère des anjouanais de Mayotte monte
contre la présence de Mohamed Bacar à Mayotte et l'éventuel asile qui lui serait
accordé par les autorités françaises alors que des mandats d'arrêts
internationaux ont été émis par le gouvernement légal de l'Union des
Comores.

En Petite Terre, autour de l'aéroport de
Dzaoudzi, une centaine de manifestants sont toujours contenus par les forces de
l'ordre qui encerclent l'aéroport.

En Grande-Terre, autour de l'embarcadère de la
barge qui relie les deux îles, la colère monte et des échaufourées ont lieu
entre manifestants et forces de l'ordre. Des motos ont été brûlées et un
véhicule de police caillassé.

Les métropolitains présents dans le secteur sont
pris à partie par les anjouanais en colère qui font tout naturellement
l'amalgame entre les décisions de l'Etat français et la communauté blanche de
Mayotte.

La préfecture a interrompu le service de la barge
afin d'éviter que les manifestants de Mamoudzou viennent grossir les rangs des
protestataires à Pamandzi.

On parle d'une évacuation du président déchu vers
la Réunion à bord d'un Transal qui serait attendu à Mayotte dans les prochaines
heures.

Ces manifestations ont lieu alors que Mayotte
s'apprête à accueillir demain vendredi le nouveau secrétaire d'état à
l'outremer, Yves Jégo qui va se trouver confronté à un problème de poids pour
son baptême ultramarin.

A Moroni, une manifestation à l'Ambassade de
France a dégénérée Le drapeau français a été brûlé et la police a dû faire usage
de bombes lacrymogènes. La colère monte également dans les trois autres îles de
l'archipel. Une manifestation est annoncée à Mutsamudu, la capitale d'Anjouan
récemment libérée, pour cet après-midi.


E.T.
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Dim 30 Mar - 14:08

Mohamed Bacar a fui à Mayotte et demandé l'asile à la
France

JEUDI 27 MARS 2008


L'ex-président renversé de l'île comorienne d'Anjouan,
Mohamed Bacar, traqué depuis deux jours aux Comores, a fui mercredi dans l'île
française de Mayotte où il a demandé le droit d'asile, selon une source proche
du dossier et une source officielle à Mayotte.

"Le colonel Mohamed Bacar est arrivé à 15h00 locales (12h00 GMT) à
Mayotte mercredi à bord d'un bateau rapide. Il était accompagné d'une dizaine de
personnes, dont certaines armées
", a indiqué cette source sous couvert
d'anonymat.

Il est arrivé dans le sud de l'île et la
communauté anjouanaise a immédiatement réagit en manifestant sa colère devant la
présence du président auto-proclamé sur le sol français.

Selon nos RFO, Mohamed Bacar a passé la nuit chez
son frère, installé de longue date sur l'île française. Un escadron de CRS
encercle la maison, et des barrages ont été dressés sur la route pour empêcher
des manifestants anjouanais hostiles à Mohamed Bacar d'affluer.

"M. Bacar est
actuellement en zone de rétention ainsi que les personnes qui l'accompagnaient.
Ils ont tous fait une demande d'asile politique en France suite aux évènements
intervenus à Anjouan
", a précisé cette source.

Une source officielle française interrogée par
l'AFP par téléphone à Mayotte a confirmé mercredi soir sous couvert d'anonymat
que "M. Bacar est arrivé à Mayotte et a fait
une demande d'asile
".

A Moroni, le ministre de la Défense, Mohamed
Dossar, joint dans la soirée par RFI, reconnaît qu'il a été informé par la
France et attend maintenant une note écrite.

Plus tôt, M. Dossar avait émis des craintes quant
à la possibilité que M. Bacar se soit enfui d'Anjouan vers Mayotte.

Selon Mohamed Dossar, les Comores ont émis il y a
une semaine des mandats d'arrêt internationaux contre l'ex-homme fort d'Anjouan
et certains de ses proches. Le ministre dit espérer que la France en tiendra
compte.

"Il y a une
semaine, des mandats d'arrêts internationaux ont été lancés contre lui et ses
principaux collaborateurs pour rébellion et tortures
", avait-il déclaré à
l'AFP.

"Nous en avons
informé la France au cas où ils tenteraient de se réfugier à Mayotte, mais nous
n'avons reçu aucune garantie
", avait-il notamment précisé.

L'ex-homme fort d'Anjouan était activement
recherché depuis le début mardi à l'aube de l'opération "Démocratie aux Comores" lancée par l'armée
comorienne et les troupes mandatées par l'Union africaine (UA) pour renverser
les autorités jugées illégales d'Anjouan.

La France a soutenu l'opération en transportant
des troupes africaines jusqu'aux Comores.

Le gouvernement et l'UA reprochent à M. Bacar
d'avoir maintenu l'organisation du scrutin alors que l'Union en avait demandé le
report après des affrontements en mai 2007 entre l'armée comorienne et des
gendarmes fidèles à M. Bacar. Depuis, celui-ci a refusé d'organiser un nouveau
scrutin."Nous avons
une centaine de nos gendarmes qui sont déployés à Anjouan pour rechercher les
partisans de Bacar et les arrêter ainsi que ses proches collaborateurs
",
avait-il dit, ajoutant: "Nous avons l'intention
de réintégrer dans l'armée et dans la force de sécurité intérieure d'Anjouan,
les éléments de la Force de gendarmerie anjouanaise (FGA), ceux qui sont
récupérables
".


"La FGA était
(...) une armée privée équipée d'armes de guerre, et vous ne pouvez pas avoir
deux armées dans un même pays
", avait-il conclu.

Jeudi matin, Mohamed Bacar se trouve à l'aéroport
de Pamandzi dans l'attente d'une évacuation vers l'ile de la Réunion. Une
centaine de manifestants de l'importante communauté anjouanaise vivant à Mayotte
sont massés devant l'aéroport afin de protester contre "cette nouvelle ingérance de la France dans les
affaires intérieures des Comores
". Les forces de l'ordre les contiennent
afin d'éviter "tout débordement".

Avec AFP et RFI
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Maadabass le Dim 30 Mar - 14:09

ANJOUAN Défense - Conflits
Les Comores ont réclamé Bacar, en vain




jeudi 27 mars 2008



Les Comores ont demandé jeudi aux autorités françaises de
leur remettre Mohamed Bacar, ancien homme fort de l'île d'Anjouan qui s'est
réfugié sur le territoire français de Mayotte après le renversement de son
régime séparatiste et doit être transféré à La Réunion.


"Nous avons notifié à la France que nous voulions que
le colonel Mohamed Bacar et tous les rebelles en fuite soient extradés aux
Comores
", a dit le ministre comorien des Affaires étrangères, Houmadi
Abdallah, à la presse. "Nous avons rappelé aux
autorités françaises que les mandats d'arrêt international à leur encontre sont
toujours en vigueur
", a-t-il ajouté.

"La justice
comorienne a lancé un mandat d'arrêt international il y a longtemps. On va voir
si les autorités françaises vont le respecter
", a-t-il déclaré.

La fuite de M. Bacar vers l'île voisine de
Mayotte a suscité des manifestations de c! olère aux Comores, avec pour
principale cible la France, accusée de protéger l'ex-homme fort d'Anjouan.
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté jeudi en fin d'après-midi à
Anjouan pour appuyer la demande d'extradition. Des manifestants ont déployé une
banderolle contre l'ambassadeur de France aux Comores, taxé d'"émissaire de la Françafrique". Des
manifestations similaires ont eu lieu à Moroni jeudi dans la matinée près de
l'ambassade de France. Elles ont été dispersées au gaz lacrymogène par les
forces de l'ordre.

Plusieurs groupes de jeunes tentaient toujours à
la mi-journée de se rendre à nouveau vers l'ambassade et étaient régulièrement
dispersés par les forces de l'ordre. "France,
livrez Mohamed Bacar
", pouvait-on lire sur une des affichettes brandies
par les manifestants.

Des manifestations d'Anjouanais s'étaient ! en
outre multipliées jeudi à Mayotte contre la présence de M.! Bacar (lire par
ailleurs).

(avec AFP et Reuter
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comores:1ERes coups de feu à Anjouan entr l'AND et les FGA

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum