MAYOTTE: LE FORUM DES MAHORAIS d'içi et d'ailleurs
NA MOU KARIBU

MAYOTTE:: Le temps des tractations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MAYOTTE:: Le temps des tractations

Message par Maadabass le Jeu 13 Mar - 21:03

Mercredi 12 Mars 2008
<table border="0" cellpadding="10" cellspacing="0" width="100%"><tr><td align="left" valign="top"><table cellpadding="0" cellspacing="5" width="100%"><tr><td rowspan="2" valign="top">
A l'approche du second tour des élections cantonales et
municipales dimanche 16 mars, les tractations vont bon train à Mayotte depuis
les résultats du premier tour (lire articles précédents). S'il est impossible de
déterminer qui seront les vainqueurs, dans les communes comme dans les cantons,
certains éléments permettent de dessiner une tendance –encore floue- concernant
les futurs conseillers généraux.</td>
<td class="EC_pointvertical" align="center" width="350"> </td></tr>
<tr><td class="EC_pointvertical" align="center">Maoulida Soula pourrait
faire face à une coalition contre lui dans son canton. Une défaite du chef de
file de l'opposition serait un coup dur pour l'UMP.
</td></tr></table>
<table align="right" border="0" cellpadding="5" cellspacing="5" width="200"><tr><td class="EC_pointvertical" valign="top" width="200"><table class="EC_cadre" bgcolor="#dbdde6" border="0" cellpadding="3" cellspacing="0" width="100%"><tr><td>Irrégularités à Bouéni et Sada
</td></tr>
<tr><td>
</td></tr>
<tr><td>Plusieurs
irrégularités ont été relevées lors du premier tour, principalement à Sada et
Bouéni, où l'on a comptabilisé des votes par procurations de personnes pourtant
sur place ou votant également en France hexagonale ou à La Réunion. A Sada, il y
aurait près de 350 votes contestés. La fraude serait plus massive encore dans le
canton de Bouéni (où l'on a comptabilisé plus de 500 procurations pour moins de
2.500 votes), où des jeunes se faisant passer pour malades auraient "donné" leur
voix contre rétribution. De nombreux témoignages rapportent également que des
procurations ont été achetées durant la campagne. Autre irrégularité constatée
par la rédaction de Flash Infos, des femmes voilées auraient voté à Vahibé sans
retirer leur voile pour s'identifier.
</td></tr></table></td></tr></table>
<blockquote>

Alors qu'au lendemain du premier tour, organisé dimanche 9 mars,
les résultats bruts laissaient entrevoir une possible victoire de l'UMP au
niveau des élections cantonales, les tractations de ces derniers jours ont
quelque peu changé la donne. En effet, les deux ténors du parti conservateur
–les seuls capables de revendiquer la présidence de l'assemblée- font face à une
coalition d'opposants dans leur fief.

Le chef de file de l'opposition durant le dernier
exercice (2004-2008), Maoulida Soula, est le plus menacé. Son score du 1er tour
(29,63%) ne lui laisse que peu de marges de manœuvres. Il pourrait faire face à
une coalition rassemblant ses deux poursuivants, Sarah Mouhoussoune (Néma,
18,99% au 1er tour) et Kamardine Bacar (DVD, 17,31%), ainsi que les partisans du
maire sortant de la! commune. Ce dernier, arrivé en tête du scrutin municipal
avec plus de 37% des voix, serait prêt à tout pour "sortir" le conseiller
général sortant, qui, en outre, ne séduit guère dans les villages de Hajangua et
Dembeni –lui est originaire d'Iloni. Outre l'échec comptable en vue d'une
majorité, la défaite de Maoulida Soula serait un coup dur pour l'UMP, tant il a
porté ce parti durant ces dernières années à l'assemblée.

Celle de Mansour Kamardine le serait encore plus.
Pour lui, elle marquerait un coup d'arrêt dans sa carrière politique, après sa
défaite aux législatives en 2007. Pour Sada, fief du RPR (devenu UMP) d'où sont
sortis une grande partie de ses leaders, cela ressemblerait à une
mini-révolution de palais. Pour le parti enfin, cela rendrait très délicate
l'obtention de la majorité au Conseil général. Si ce scénario reste pour l'heure
irréaliste, il n'est pas certain que l'ancien député ne soit une nouvelle fois
confronté à une co! alition basée sur le "Tout sauf Kamardine", comme ce fut le
c! as en 2002 et 2007 lors des législatives. Fort d'un score élevé au 1er tour
(40,18%), il n'en reste pas moins tributaire de l'alliance des autres candidats
en faveur du socialiste Ibrahim Aboubacar (29,45% au 1er tour).

Autant d'éléments qui poussent le camp Oili à
l'optimisme. On ne cache pas parmi ses proches la très forte éventualité de voir
le président de l'exercice 2004-2008, réélu dès le 1er tour avec un score
confortable (plus de 64% des voix) dans son canton de Labattoir, briguer à
nouveau la tête de l'exécutif local le 20 mars prochain, même si son parti sera
ultra-minoritaire (avec un ou deux élus). Tout dépendra, outre les résultats des
deux leaders de l'UMP et de ceux de certains conseillers sortants susceptibles
de s'allier avec lui (Fahari Madi à Bouéni, Soiderdine Madi à Acoua), de la
position des élus MDM. Le secrétaire fédéral du parti, Mhamadi Abdou, conseiller
général de Bandraboua qui ne remettait pas en jeu son siège, ! n'a jamais caché
ses accointances avec Oili. De même, Abdoulatifou Aly, député et leader de la
mouvance dissidente du MDM (Force de l'alternance), s'est par le passé montré
aux côtés de Oili (son courant et le Néma avaient signé des accords en 2007).
Aucun futur élu du MDM ne présentant le charisme nécessaire pour diriger
l'assemblée, il se murmure que le parti départementaliste serait prêt à soutenir
Oili. Celui-ci devrait en échange donner des gages quant à sa volonté de voir
l'île devenir département –lui qui n'a jamais caché sa préférence à un statut
d'autonomie. Dans le cas contraire, Abdoulatifou Aly nous affirmait mardi soir
que son courant serait prêt à s'allier avec l'UMP.

Un dernier homme semble également avoir son mot à
dire. Favori pour le second tour dans son canton de Mamoudzou, Bacar Ali Boto
(30,95% au 1er tour), qui fut le premier vice-président de Oili entre 2004 et
2008, s'est démarqué de son président en fin de mandat. C! elui qui avait failli
rejoindre l'UMP en 2005 pourrait une fo! is de plus changer de camp. Il
pourrait, en cas de victoire dans l'autre canton de Mamoudzou de Zaïdou Tavanday
–un ami à lui en ballottage favorable face à Chihabouddine Ben Youssouf- mettre
en place une coalition UMP-Alliance qui lui permettrait de glaner la présidence
tant désirée…



VM Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil </blockquote></td></tr></table>
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Re: MAYOTTE:: Le temps des tractations

Message par Maadabass le Ven 14 Mar - 1:47

vahibenien a écrit:
Mercredi 12 Mars 2008
<table border="0" cellpadding="10" cellspacing="0" width="100%"><tr><td align="left" valign="top">

<table cellpadding="0" cellspacing="5" width="100%"><tr><td rowspan="2" valign="top">
A l'approche du second tour des élections cantonales et
municipales dimanche 16 mars, les tractations vont bon train à Mayotte depuis
les résultats du premier tour (lire articles précédents). S'il est impossible de
déterminer qui seront les vainqueurs, dans les communes comme dans les cantons,
certains éléments permettent de dessiner une tendance –encore floue- concernant
les futurs conseillers généraux.</td><td class="EC_pointvertical" align="center" width="350"> </td></tr><tr><td class="EC_pointvertical" align="center">Maoulida Soula pourrait
faire face à une coalition contre lui dans son canton. Une défaite du chef de
file de l'opposition serait un coup dur pour l'UMP.
</td></tr></table>
<table align="right" border="0" cellpadding="5" cellspacing="5" width="200"><tr><td class="EC_pointvertical" valign="top" width="200">

<table class="EC_cadre" bgcolor="#dbdde6" border="0" cellpadding="3" cellspacing="0" width="100%"><tr><td>Irrégularités à Bouéni et Sada
</td></tr><tr><td>
</td></tr><tr><td>Plusieurs
irrégularités ont été relevées lors du premier tour, principalement à Sada et
Bouéni, où l'on a comptabilisé des votes par procurations de personnes pourtant
sur place ou votant également en France hexagonale ou à La Réunion. A Sada, il y
aurait près de 350 votes contestés. La fraude serait plus massive encore dans le
canton de Bouéni (où l'on a comptabilisé plus de 500 procurations pour moins de
2.500 votes), où des jeunes se faisant passer pour malades auraient "donné" leur
voix contre rétribution. De nombreux témoignages rapportent également que des
procurations ont été achetées durant la campagne. Autre irrégularité constatée
par la rédaction de Flash Infos, des femmes voilées auraient voté à Vahibé sans
retirer leur voile pour s'identifier.
</td></tr></table></td></tr></table>
<blockquote>

Alors qu'au lendemain du premier tour, organisé dimanche 9 mars,
les résultats bruts laissaient entrevoir une possible victoire de l'UMP au
niveau des élections cantonales, les tractations de ces derniers jours ont
quelque peu changé la donne. En effet, les deux ténors du parti conservateur
–les seuls capables de revendiquer la présidence de l'assemblée- font face à une
coalition d'opposants dans leur fief.

Le chef de file de l'opposition durant le dernier
exercice (2004-2008), Maoulida Soula, est le plus menacé. Son score du 1er tour
(29,63%) ne lui laisse que peu de marges de manœuvres. Il pourrait faire face à
une coalition rassemblant ses deux poursuivants, Sarah Mouhoussoune (Néma,
18,99% au 1er tour) et Kamardine Bacar (DVD, 17,31%), ainsi que les partisans du
maire sortant de la! commune. Ce dernier, arrivé en tête du scrutin municipal
avec plus de 37% des voix, serait prêt à tout pour "sortir" le conseiller
général sortant, qui, en outre, ne séduit guère dans les villages de Hajangua et
Dembeni –lui est originaire d'Iloni. Outre l'échec comptable en vue d'une
majorité, la défaite de Maoulida Soula serait un coup dur pour l'UMP, tant il a
porté ce parti durant ces dernières années à l'assemblée.

Celle de Mansour Kamardine le serait encore plus.
Pour lui, elle marquerait un coup d'arrêt dans sa carrière politique, après sa
défaite aux législatives en 2007. Pour Sada, fief du RPR (devenu UMP) d'où sont
sortis une grande partie de ses leaders, cela ressemblerait à une
mini-révolution de palais. Pour le parti enfin, cela rendrait très délicate
l'obtention de la majorité au Conseil général. Si ce scénario reste pour l'heure
irréaliste, il n'est pas certain que l'ancien député ne soit une nouvelle fois
confronté à une co! alition basée sur le "Tout sauf Kamardine", comme ce fut le
c! as en 2002 et 2007 lors des législatives. Fort d'un score élevé au 1er tour
(40,18%), il n'en reste pas moins tributaire de l'alliance des autres candidats
en faveur du socialiste Ibrahim Aboubacar (29,45% au 1er tour).

Autant d'éléments qui poussent le camp Oili à
l'optimisme. On ne cache pas parmi ses proches la très forte éventualité de voir
le président de l'exercice 2004-2008, réélu dès le 1er tour avec un score
confortable (plus de 64% des voix) dans son canton de Labattoir, briguer à
nouveau la tête de l'exécutif local le 20 mars prochain, même si son parti sera
ultra-minoritaire (avec un ou deux élus). Tout dépendra, outre les résultats des
deux leaders de l'UMP et de ceux de certains conseillers sortants susceptibles
de s'allier avec lui (Fahari Madi à Bouéni, Soiderdine Madi à Acoua), de la
position des élus MDM. Le secrétaire fédéral du parti, Mhamadi Abdou, conseiller
général de Bandraboua qui ne remettait pas en jeu son siège, ! n'a jamais caché
ses accointances avec Oili. De même, Abdoulatifou Aly, député et leader de la
mouvance dissidente du MDM (Force de l'alternance), s'est par le passé montré
aux côtés de Oili (son courant et le Néma avaient signé des accords en 2007).
Aucun futur élu du MDM ne présentant le charisme nécessaire pour diriger
l'assemblée, il se murmure que le parti départementaliste serait prêt à soutenir
Oili. Celui-ci devrait en échange donner des gages quant à sa volonté de voir
l'île devenir département –lui qui n'a jamais caché sa préférence à un statut
d'autonomie. Dans le cas contraire, Abdoulatifou Aly nous affirmait mardi soir
que son courant serait prêt à s'allier avec l'UMP.

Un dernier homme semble également avoir son mot à
dire. Favori pour le second tour dans son canton de Mamoudzou, Bacar Ali Boto
(30,95% au 1er tour), qui fut le premier vice-président de Oili entre 2004 et
2008, s'est démarqué de son président en fin de mandat. C! elui qui avait failli
rejoindre l'UMP en 2005 pourrait une fo! is de plus changer de camp. Il
pourrait, en cas de victoire dans l'autre canton de Mamoudzou de Zaïdou Tavanday
–un ami à lui en ballottage favorable face à Chihabouddine Ben Youssouf- mettre
en place une coalition UMP-Alliance qui lui permettrait de glaner la présidence
tant désirée…



VM Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil </blockquote></td></tr></table>
slt salam
Toujours les mêm et on recommence pour ma part la 1ere chose à éradiquer à Mayotte c'est la bureaucratie parcqu c'est un calvair pour tous ceux qui essaye d'obtenir un simple document administrative on se croirai en Afriqu Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum