MAYOTTE: LE FORUM DES MAHORAIS d'içi et d'ailleurs
NA MOU KARIBU

COMORES!!Des victimes hospitalisés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

COMORES!!Des victimes hospitalisés

Message par Maadabass le Ven 7 Mar - 12:57

Mercredi 5 Mars 2008
<table border="0" cellpadding="10" cellspacing="0" width="100%"><tr><td align="left" valign="top">
Les cas de passage à tabac, allant parfois jusqu'à des actes
de torture, perpétrés par les Forces de gendarmerie anjouanaise (FGA), sont de
plus en plus nombreux à être recensés.
<blockquote>

"Décidément il ne passe un jour sans qu'une embarcation
de pêche n'arrive sur une plage de Mwali avec une cargaison de rescapés des
geôles de Mohamed Bacar
", écrit la Fondation comorienne des droits de
l'homme (FCDH), qui a fait circuler récemment la photographie d'un homme aux
membres inférieurs boursouflés par les coups. "Samedi 1er mars : 3 originaires de Domoni dont 1
évacué sur El-Maarouf suite à de nombreuses blessures aux jambes et pieds
conséquentes des tortures subies
", énumère le communiqué. "Dimanche 2 mars : 2 originaires de ! Domoni dont 1
évacué à El-Maarouf avec fractures sur les 2 jambes et les 2 bras conséquentes
des tortures subies dans les camps de concentration de Bacar. Lundi 3 mars : 3
originaires de Barakani, le village du sanguinaire. 2 sont évacués à El-Maarouf
dont un sur une civière et dans un état très préoccupant selon des sources
médicales.
"

Si la FCDH s'est parfois illustrée en diffusant
des informations non vérifiées et si l'on ne peut en aucun cas parler de "camp de concentration" à Anjouan, il est vrai
que plusieurs blessés dans un état grave ont été évacués d'Anjouan via Mohéli,
suite à leur arrestation par les forces de Mohamed Bacar.

Nous avons été informés de source sûre de
l'hospitalisation à Fomboni, d'un homme incapable de parler à la suite des coups
reçus durant sa détention. La Gazette des Comores publie également la
photographie d'Attoumani Mohamed! , un professeur d'éducation physique, admis
dimanche à l'hôpi! tal El-Maarouf avec de multiples blessures : les deux bras et
une jambe fracturés, il porte également dans le dos des traces de coup. Il
raconte que durant ses six jours de détention, des hommes cagoulés venaient
régulièrement le frapper. Arrêté pour avoir affiché ses opinions politiques, cet
homme d'une quarantaine d'années a fini par être libéré et hospitalisé après que
son père ait soudoyé la gendarmerie, rapporte La Gazette. Il s'est ensuite enfui
en kwassa kwassa via Mohéli.

VM</blockquote></td></tr></table>
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum