MAYOTTE: LE FORUM DES MAHORAIS d'içi et d'ailleurs
NA MOU KARIBU

comores:Aide de la france pour le débarquemen à anjouan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

comores:Aide de la france pour le débarquemen à anjouan

Message par Maadabass le Sam 23 Fév - 15:18

Le porte-parole du gouvernement comorien Abdourahim Said
Bakar s'est réjoui jeudi 21 février de la "victoire diplomatique" des autorités
comoriennes dans la crise anjouanaise après le soutien apporté par l'Union
africaine (UA) à une éventuelle opération militaire contre Anjouan, mercredi
soir







L'engagement de la France,
qui a proposé de transporter des troupes de l'UA pour soutenir militairement le
gouvernement de l'Union, "nous rassure et est perçu à Anjouan comme un
avertissement", a ajouté M. Said Bakar. "Cette
étape du rétablissement de l'ordre à Anjouan est cruciale pour le développement
des Comores
", a-t-il poursuivi.

Lors du point presse quotidien organisé au
ministère français des Affaires étrangères jeudi 21 février, un représentant du
Quai d'Orsay a confirmé "la disponibilité de la
France à fournir un appui aux troupes tanzaniennes et sénégalaises pour leur
transport jusqu'aux Comores, c'est-à-dire jusqu'à l'île de Grande Comore ou
celle de Mohéli
". Il a cependant réaffirmé la volonté de Paris de ne pas
aller jusqu'à Anjouan. "Nous souhaitons ma!
rquer notre soutien à l'Union africaine et à sa détermination à préserver
l'intégrité et l'unité des Comores
", a ajouté le porte-parole du
ministère. "Nous appuierons les initiatives
prises par le groupe africain à New York pour mettre en oeuvre ces
décisions.
" Ainsi, Paris "compte
participer à une ultime mission de médiation menée par l'Afrique du Sud, dont la
date doit encore être confirmée
" –on parle d'une venue ce week-end. Pour
sa part, le porte-parole du ministère français de la Défense, Laurent Teisseire,
a indiqué que "les modalités de ce soutien logistique sont encore à définir".
"Ce ne seront pas nécessairement des moyens de
transport militaires
", a-t-il poursuivi.

De son côté, le chef du bureau de liaison de l'UA
à Moroni, Mourad Taiati, a rappelé lors d'un point de presse jeudi matin à
Moroni que l'or! ganisation panafricaine n'avait jamais considéré comme une pr!
iorité l'option militaire, mais "que
l'intransigeance du colonel Mohamed Bacar était inacceptable
". Une ultime
mission de l'UA est attendue à Moroni rapidement pour "poser les termes d'un ultimatum aux autorités de fait
d'Anjouan
", a en outre indiqué M. Taiati. Qui a conclut sa conférence en
"priant Dieu pour que le colonel Mohamed Bacar
se soumette
" aux exigences de l'UA parce que "si un Comorien meurt, ce sera un mort de
trop
".

A Moroni, cette nouvelle donne intervenue
mercredi soir laisse perplexe. "Et si c’était
un piège pour retarder l’opération et la renvoyer à fin mars
" se
demandait jeudi matin un observateur. "En
renvoyant à fin mars la date butoir, l'Union africaine s'est donné le temps
d'obtenir ! une solution pacifique tout en faisant croire qu'elle soutient la
voie militaire de Sambi
", estimait-il. Les partisans du débarquement ne
manquent pas de rappeler la décision du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de
l'UA intervenue 24 heures plus tôt. Mardi, le CPS avait en effet décidé de
proroger pour une durée de deux mois les sanctions contre le régime Bacar, ce
pour la troisième fois en cinq mois, "et malgré leur inefficacité", déplore un
observateur. Un jour après cette première décision, la position diamétralement
différente adoptée par le comité de suivi fait apparaître des divergences au
sein de l’UA, que la rue comorienne interprète comme une source de
confusion.

VM (avec AFP et Le Quotidien de la Réunion)
avatar
Maadabass
Modérateur
Modérateur

Age : 117
Date d'inscription : 16/10/2007
Localisation : st andré (CAMBUSTON)
Messages : 891
Points : 720

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum